Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 21 décembre 2009

Le Pont d'Adam

Si certaines personnes se posent des questions sur le pont qui reliait l'Inde au Sri Lanka. Légende ou fait réel? Voici un site intéressant:

 

Le Pont d'Adam, Pont de Râma ou Setubandha, est une chaîne des bancs de sable s'étendant de l'île de Mannar, près de la côte de nord-ouest de Sri Lanka à l'île de Pamban où se trouve la ville de Râmeshvaram, sur la côte de Coromandel, dans le Tamil Nadu, et située entre le golfe de Manaar au sud-ouest et le détroit de Palk au nord-est. Long d'une trentaine de kilomètres, il occasionne une gêne certaine pour la navigation.

 

Découvert grâce à d’anciens textes des Indes, ce pont qui est maintenant immergé à 90 mètres sous le niveau de la mer, mesure plus de 30 kilomètres de longueur. Le pont d'Adam est aussi nommé pont de Râma car il est dit dans le Râmâyana qu'il a été construit pour permettre à Râma d'atteindre l'île de Lanka où son épouse Sita était prisonnière du roi démon Râvana.

 

La courbure unique du pont et sa composition par l'âge révèle qu'il a été construit par l'homme. Tant la légende que les études archéologiques montrent que les premiers signes d'habitants humains à Sri Lanka remontent à un âge primitif, il y a environ 1.700.000 années et l'âge du pont est pratiquement équivalent. Cette information est un aspect crucial pour pénétrer dans la mystérieuse légende appelée Ramayana que l'on suppose avoir eu lieu au Treta Yuga (1.700.000 ans).

 

Dans l'épopée de Ramayana il est fait mention d'un pont construit entre Rameshvaram (dans l'Inde du Sud) et la côte de Shri Lanka sous la supervision d'un personnage dynamique et invincible appelé Rama, supposé être l'incarnation du Suprême. Cette information peut ne pas être de grande importance pour les archéologues qui s'intéressent à explorer les origines de l'homme, mais il est certain qu'elle ouvrira les portes spirituelles des personnes du monde qui en sont venues à connaître une histoire ancienne liée à la mythologie indienne.

 

skrilanka_pont.jpgDes indices géologiques sembleraient montrer que, par le passé, le pont d'Adam ait été un isthme continu. Des chroniques indiqueraient qu'une brèche aurait été ouverte dans le pont, en 1480, par une violente tempête. En 2002, sur les suggestions d'un chercheur des vestiges du passé, la NASA produisit une photographie satellite prise entre les Indes et le Sri Lanka. Celle-ci laisse apercevoir sous les eaux entre la pointe sud des Indes et le Sri Lanka une structure chevauchant les cols de la chaîne de montagnes sous-marines. Les images satellitaires de la NASA montrant la matérialité de l'isthme eurent un si grand retentissement en Inde que son porte parole fit la déclaration suivante : « les images [... ] peuvent être nôtres, mais leur interprétation n'est certainement pas la nôtre [... ] des images de télédétection ou des photographies depuis l'orbite ne peuvent pas fournir des informations directes au sujet de l'origine ou de l'âge d'un chapelet d'îles, et n'indiquent certainement pas si des humains ont été impliqués dans la production de cette structure. »

 

Source : http://secretebase.free.fr/civilisations/ruines/oceanindien/oceanindien.htm

samedi, 19 décembre 2009

FUCK!!

Absolument incroyable.

J’ai cru à une blague.

Mais non.

Voici une vidéo d’un type sorti tout droit de Star Wars avec sa combinaison futuriste. Et qui te fait un speech sur le champ sémantique du mot « fuck » :

Instructif. Finalement il a du bon ce type… Ses ividéos sont disponibles ici: http://www.osho.com/webmedia/video/oshoonvideo.cfm 

Pour en savoir plus sur Osho, j’avais écrit quelques lignes quand je suis arrivée à Pune : http://www.indiansamourai.com/tag/osho

jeudi, 17 décembre 2009

Pollution??

En ces temps mouvementés pour l’environnement, tandis que l’Inde (et la Chine) refusent de signer l’accord sur l’émission des gaz à effet de serre (je n’entrerai pas dans les détails), j’ai été interpelée par les PUC ambulants ci-dessous : 

PUC.jpg

Le gouvernement indien a mis en place depuis plusieurs années un système de Pollution Under Control (PUC).

Une carte est délivrée par les points de contrôle autorisés (ambulants et stations essence) – 45 Rs pour une voiture. Ces points de contrôle vérifient que le véhicule n’est pas polluant avec tests informatisés à l’appui.

 

Pénalité si on n’a pas la carte ? 1,000 Rs.

Pénalité si on a la carte mais que le véhicule est « visiblement » polluant ? On a 7 jours pour rectifier le tir ou bien on est mal barré.

 

J’ai vu de mes yeux vu mon chauffeur de taxi s’arrêter et acheter la carte PUC. Sans contrôle. Normal.

D’ailleurs, voici où se situe l’Inde parmi les pays pollueurs :

Pays pollueurs 2007.JPG

 Pour en savoir plus : co2highlights.pdf

Sources : http://www.iea.org/; http://www.geo.fr/environnement/actualite-durable/sommet-de-copenhague-climat-pays-emetteurs-de-co2-57894

 

Sources (PUC) : http://www.delhi.gov.in/wps/wcm/connect/doit_transport/Transport/Home/Pollution+Control/P.U.C.+Certificate ; http://timesofindia.indiatimes.com/india/India-virtually-isolated-at-Copenhagen/articleshow/5334770.cms 

 

 

06:21 Publié dans IncredIble India | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : inde, pollution, puc |  Facebook | |