Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 03 avril 2020

Le Covid vu par une Française en Inde - 03.04

  • Nombre de cas en France : 64 338 (5 091 morts)
    • Jour de confinement : 17
  • Nombre de cas en Inde : 2 547 (56 morts) 
    • Jour de confinement à Gurgaon : 12 / National : 10

Rester confiné(e) à la maison comporte des risques pour la santé, la preuve par moi-même. Alors que je me suis réveillée mercredi avec le dos, le cou bloqués et une douleur intense, je me suis demandé d’où ça pouvait bien venir. Et puisque la honte ne tue pas, je t’avouerai avoir googlé « mal de cou symptôme coronovirus ». Jusqu’à ce que, ce matin, mon fils me demande de faire une roulade arrière avec lui. Ça m’a transportée à mardi, quand il avait fait la même requête et que j’avais joyeusement obtempérée. Et que j’étais partie complètement de travers, me tordant sans doute un truc au passage ! Et pourtant je yogue tous les matins, personne n’est à l’abri d’un accident… Attention au tour de rein en passant l’aspirateur ! Sinon je tiens bon, je résiste, je refuse encore de l’accompagner dans ses appuis renversés. En espérant que de rester penchée sur un puzzle ne me réserve pas de surprise…

En attendant, nous toussons tous grassement à la maison mais sans fièvre ni autre symptômesymptôme – en même temps, rien de très anormal pour tout bon Indien qui se respecte : nous sommes en plein de changement de saison avec l’été qui s’installe. Nous buvons tellement d’infusions d’inspiration ayurvédique que mon urine sent le gingembre, le citron et le miel ! Heureusement qu'on a arrêté l'ail assez vite...

Notre voisin italien a peint un arc-en-ciel et un message :

inde,corona,coronavirus,virus,covid,épidémie,bidonvilles,Mumbai,Dharavi

Quand je l’ai traduit à mon fils, « Tout ira bien », il m’a dit mais pourquoi il a mis ça, on veut pas que ça finisse le confinement ! Je suis rassurée, il le vit bien…

Comme les rues de Mumbai d’ailleurs, avec cette très belle vidéo dronienne :

Vidéo qui te fait te demander : mais ils sont où tous les gens ? Et là, dans les bidonvilles, c’est tout de suite moins bucolique. À la limite, tu te dis que les gens sur les routes sont pas forcément les moins bien lotis et tu comprends mieux pourquoi ils rentrent chez eux à la campagne où, même si ce n’est pas le grand luxe, ils pourront respirer, inch’allah. (D’ailleurs, on vient de détecter 3 cas et 1 mort à Dharavi, le plus grand bidonville d’Asie avec plus d’un million d’habitants.) : (regarder à partir de la minute 13) :

inde,corona,coronavirus,virus,covid,épidémie,bidonvilles,mumbai,dharavi

Corona, coronavirus, virus, covid, covid-19, Inde

mardi, 31 mars 2020

Le Covid vu par une Française en Inde - 31.03

  • Nombre de cas en France : 52 128 (3 523 morts)
    • Jour de confinement : 14
  • Nombre de cas en Inde : 1 397 (37 morts)
    • Jour de confinement à Gurgaon : 9 / National : 7

Le lockdown (confinement) en Inde se fait dans la force – mais en même temps cet exercice est un tour de force à lui tout seul – et la douleur, sauf pour ceux qui ne sont pas tranquillement à la maison.

inde,corona,coronavirus,virus,covid,épidémie,exode,migrants,aide

L’exode des migrants des grandes villes vers les campagnes se poursuit, les coups de bambous continuent de pleuvoir, certains groupes sont mêmes aspergés de désinfectant (source).

Mais il y a aussi des choses plus positives comme :

inde,corona,coronavirus,virus,covid,épidémie,exode,migrants,aide

Un flic de Chennai qui fait une campagne « innovante » pour encourager les gens à rester chez eux. (source)

inde,corona,coronavirus,virus,covid,épidémie,exode,migrants,aide

Des trains sont affrétés pour permettre soins et quarantaines dans les endroits les plus reculés. (source)

inde,corona,coronavirus,virus,covid,épidémie,exode,migrants,aide,nipah

Des hôtels de luxe ont été réquisitionnés à Mumbai et Delhi dès mi-mars pour les voyageurs. Pareil au Tamil Nadu, pour les voyageurs et d'autres cas qui ont besoin de quarantaine mais ça fait moins de bruit parce que les hôtels sont "normaux". (source). Maintenant, le Gouvernement de l'Uttar Pradesh entend y loger son personnel médical en contact avec les malades du Coronavirus. (source)

inde,corona,coronavirus,virus,covid,épidémie,exode,migrants,aide

inde,corona,coronavirus,virus,covid,épidémie,exode,migrants,aide

inde,corona,coronavirus,virus,covid,épidémie,exode,migrants,aide

Beaucoup d’Indiens se mobilisent, individuellement et collectivement et s’organisent pour trouver à manger et aider les pauvres. (source)

Ma nounou m'a fait passer un message pour une collecte de chapatis et de farine. Je l'ai relayé sur le groupe de ma résidence et tout le monde est trop content de mettre la main à la pate, et en nature en plus. Je sens ma nounou partie pour faire des galettes toute la nuit. En tout cas, elle a retrouvé le sourire.

C’est beau mais ça plombe quand même un peu l’ambiance non ? Désolée, j’ai rien trouvé qui fasse sourire sans être complètement déplacé dans le contexte. Voilà, le coronavirus, en Inde, c’était au début une maladie de riches (qui avaient l’argent pour voyager) avec un remède de riches (le confinement) et c’est encore les pauvres qui vont trinquer. Et maintenant, les riches (du monde entier) semblent découvrir les pauvres (notamment indiens) sur le dos desquels ils ont (souvent) bâti leur fortune (sciemment ou pas). Parce que pour les pauvres qui marchent dans les rues indiennes, ce n’est qu’une galère de plus. Leur vie de tous les jours n’est pas un long Gange tranquille. Et ce n’est pas nouveau, mais là, avec la situation actuelle, c’est devenu difficile à ignorer. Qui s'intéresse d'habitude au 340 000 d'Indiens qui meurent de la tuberculose ? Maintenant, ne vas pas te dire que ta dépression liée au confinement est injustifiée. Certes, tu fais sans doute partie des chanceux qui ont un toit et à manger, mais tes émotions sont réelles et proportionnées à ta situation. Sur ce, je me tais !

 (PS : L'histoire aurait été différente si le monde se payait aujourd'hui une épidémie de Nipah, ce virus qui vient de la chauve-souris hôte naturel), se transmet à l'homme par l'absorption de fruits contaminés ou par contact avec d'autres animaux infectés (humains ou porcins surtout) et entraîne des encéphalites graves et des maladies respiratoires. Nous l'avons notamment échappé belle en juin 2018 quand Nipah a fait 17 morts au Kerala. Des cas sont détectés quasiment chaque année.)

inde,corona,coronavirus,virus,covid,épidémie,exode,migrants,aide

Corona, coronavirus, virus, covid, covid-19, Inde

lundi, 06 janvier 2020

Punition indienne et super yoga

Certes, en Inde, les punitions sont souvent physiques, à l'école comme à la maison – ils n’y vont pas avec le dos de la cuiller, un peu comme en Europe il y a 50-60 ans.

Mais des fois, ils ont aussi des punitions plus subtiles comme celle-ci, repérée dans le film Growing up Smith :

Inde,punition,squat,super brain yoga,Uthak-BaithakCe squat, appelé parfois « hindu squat », ou encore Uthak-Baithak en hindi, Baski en Kannada ou Thoppukaranam en tamoul, est fort bien connu d’à peu près tous les Indiens. Et certaines recherches en ont fait une position du « super brain yoga », qui aurait des propriétés incroyables pour énergiser le corps et activer le cerveau. À bon entendeur…