Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 11 novembre 2019

L'eau en Inde - 1. Les inondations

Inde,eaux,eau, eau potable,pénurie,crise de l'eau

État du Karnataka

L’Inde, terre de contrastes. L’Inde où une même année voit des États souffrir de sécheresse et d’autres d’inondations (parfois, comme le Kerala en 2018, se payent les deux en même temps, la vie est mal faite). L’Inde, un pays naturellement exposé aux catastrophes naturelles, est en plus en train de réaliser qu’elle risque de faire face à une crise d’envergure : celle de l’eau.

Certains, comme Gael Giraud, prédisent un exode de réfugiés climatiques, avec 3 milliards d’hommes venant d'Inde et d’Asie du Sud-Est forcés de migrer d’ici 2050. Et là on va rigoler.

Enfin, de là, à ce que les Indiens quittent Mother India, il y a quand même un pas. La terre est sacrée, pas question de la quitter. Et ils vivent déjà souvent dans des conditions qui dépassent l’entendement quand on vit dans le confort occidental, alors un peu plus ou un peu moins… D’ailleurs, chaque année, des milliers d’Indiens, Bangladeshis et Népalais souffrent des inondations et ce n’est pas pour autant qu’ils partent vivre en Suède.

Inde,eaux,eau, eau potable,pénurie,crise de l'eauNon, pour l’instant ils vont se réfugier dans les villes indiennes, qui sont déjà choco-blocked. 1,5 millions de personnes en Inde seraient ainsi « déplacées » chaque année à cause de catastrophes naturelles (source). 50 à 120 millions de Bangladeshis risquent de devoir migrer en Inde (pas par choix mais parce que c’est vu comme leur seule option) avec l’érosion des îles du delta des Sundarbans dûe à l’augmentation du niveau des eaux. L’île de Ghoramara, du côté indien de cette zone, a déjà pratiquement disparu.et pourtant certains restent, n’ayant pas les moyens de partir (source).

Ça c’est pour la situation du côté des zones inondables, des dégâts provoqués par un trop plein d’eau. Mais dans le même temps, l’inde commence à manquer visiblement d’eau, et d'eau propre.

À suivre...

lundi, 04 novembre 2019

De la valeur de montrer l'exemple en Inde

Si la plupart des Indiens que j’ai en entretien pensent qu’un bon leader doit montrer l’exemple, je ne suis pas si sûre que cela soit si efficace en Inde. Je m’explique.

J’ai observé deux réactions lorsque j’ai voulu "montrer l’exemple" à ma femme de ménage : l’incrédulité (que moi je passe l’aspirateur) et la vexation (que je passe l’aspirateur à sa place). Dans les deux cas, le résultat est le même : elle me laisse passer l’aspirateur. Soit elle se dit que c’est une de mes lubies, soit elle se dit que si je le fais elle n’a pas besoin de le faire, soit elle se dit qu’elle a toujours passé le balai et que l’aspirateur ce n’est pas pour elle. L’un dans l’autre, l’aspirateur finit par ne pas être passé.

inde,pollution,montrer l'exempleNous avons récemment fait un trek en Uttarakhand et emmené avec nous la nounou de notre fils, une jeune Népalaise. A la maison, elle nous a impressionné dès le début : elle ne jette rien. Même les vieux cartons ou les vieux sacs que je mets à la poubelle finissent toujours par ressurgir. Mon Indien préféré pense que c’est sa culture bouddhiste qui veut ça. Mais notre précédente nounou, une Indienne catholique, était pareille ; même les aliments presque pourris dans le frigo étaient consommés.

Le premier jour du trek, la nounou m’a vu ramasser les ordures le long du chemin et elle m’a confié que ça la faisait réfléchir. Ce n’est pas pour autant qu’elle m’a imitée... (Petite parenthèse : mon intention n'était pas alors de montrer l'exemple, ou encore moins de "donner de leçon" via un comportement (que j'estime (et qui donc reste hautement subjectif)) exemplaire, mais d'ajouter ma petite pierre à l'édifice du nettoyage, parce que je préfère marcher sur un chemin non couvert d'ordures. Et puis si ça aide les gens autour à au moins se poser des questions, c'est tout bénèf.)

Le lendemain, en début de marche, elle sort un chocolat et balance le papier par terre. Comme ça. Devant mes yeux exorbités, elle se reprend et ramasse son déchet. N’empêche que son réflexe est de jeter ses emballages !

Pareil pour notre chauffeur. Pour me réchauffer en attendant le lever du soleil, je ramassai les ordures autour de moi – suivie cette fois-ci par ma nounou. Il m’observa pendant une bonne demi-heure et une heure ou deux plus tard, à la pause, je vis une bouteille jaillir de sa voiture : il se débarrassait de la bouteille d’huile sur le bas-côté.(Au passage, je me demande quand et comment moi et la plupart de mes congénères occidentaux avons perdu cette nonchalance de cracher un chewing-gum par terre ou de nous débarrasser de son papier comme ça, sans attendre une poubelle ?)

Montrer l’exemple n’est peut-être donc pas suffisant. Il est aussi bon d’expliquer. Ou bien de mettre des amendes (quand il s’agit de payer les gens du monde entier comprennent plus vite, c’est marrant). Ou les deux.

Lors d’un voyage d’entreprise dans une réserve naturelle au Népal, un des Indiens de mon groupe avait jeté une cannette vide par la fenêtre du minibus. Autant te dire que mon boss français (qui l’avait ramassée) s’en était étranglé. Pour éviter au patron de péter une durite et à l’Indien de se payer la honte, je pris les choses en main. J’interdis à mes collègues de jeter le moindre papier par terre pendant notre séjour, sans poser de questions. Et lors de notre réunion suivante, je passais une demi-journée en workshop sur l’environnement, en essayant de simplifier au maximum et d’utiliser des exemples qui leur parlent. L’homme à la canette fut le plus enthousiasmé ! On ne lui avait jamais dit tout ça, et ce qui nous semble à nous aujourd’hui un simple geste civique (d’utiliser une poubelle) lui paraissait génial. Il a même fait imprimer des tee-shirts pour ses enfants et utiliser mon power point dans son village pour informer ses congénères !

(Après il faut aussi que le ramassage et le traitement des ordures suivent derrière, car on me rétorque souvent « à quoi bon ? ».)

L’école est un bon moyen de faire changer les choses, et certains établissements (les plus privilégiés pour l’instant) ont embrassé la cause de l’environnement : les enfants ne veulent plus utiliser de pétards, brûler les démons pour Dusserah, allumer des lampes électriques pour Diwali, et font même des collectes de pochon de lait !

Un des piliers de la campagne du Gouvernement actuel est le "nettoyage de l’Inde" (Swachh Bharat ou Clean India Mission), à savoir surtout l’éradication de la défécation en public, avec la donnée de plus de 50% des Indiens qui s'y adonnaient en 2015. Encore faudrait-il traiter les eaux derrière parce qu’aujourd’hui 98% des excréments ne sont pas traités. En plus, ils n'y a pas deinde,pollution,montrer l'exemple système de vidage/traitement des fosses septiques, ce qui repose donc sur une activité manuelle (le manual scavenging). En soi, on peut arguer qu'il n'y a pas de sot ou honteux métier et il faut bien que les gens de cette caste d'intouchables dédiée au vidage des égoûts et des chiottes des autres vivent. Mais au nom du respect de l'homme, cette activité est devenue illégale en 2013. Comme cette loi n'était pas très claire (le scavening n'est interdit que si le travailleur n'a pas d'équipement de protection, ce qui n'est pas défini par le texte) et qu'il n'y a pas toujours de technologie adéquate ou rentable pour les remplacer, cette pratique perdure. Les quelques 5-6 millions de toilettes construits en quelques années sont remplis en quelques mois et ne se vident pas tout seuls... Alors peut-être que chier sur le bord de la route, si ça dérange pas les Indiens (et certains se battent pour conserver ce droit), ce n’est pas si terrible.

Et puis il y a d’autres priorités comme :

  1. Accès de tou(te)s au gaz (ce qui évite de brûler du bois et des bouses dont la fumée provoque des maladies chez les femmes qui cuisinent dans des cagibis pas aérés et qui pourraient utiliser le ramassage passé au ramassage à meilleur escient – mais 45% du gaz/LNG est importé en Inde (surtout du Qatar, de l’Australie et de la Russie) sachant que le gaz naturel représente 8,7% de l’électricité produite en Inde, derrière le pétrole brut (10.3%) et le charbon (72%)).
  2. Accès de tou(te)s à l’eau potable.
  3. Nettoyage des plastiques qui polluent de partout.
  4. Développement des énergies renouvelables.

Bref, un vaste sujet...

lundi, 28 octobre 2019

Le Cachemire pour les nuls

Le Cachemire est une « petite » région montagneuse au nord de l’Inde où il fait bon vivre. Normalement.

D’abord centre de l’hindouisme puis du bouddhisme, le Cachemire a connu son premier dirigeant musulman en 1339. Il est ensuite passé entre les mains des Mogholes, des Afghans et des Sikhs.

En 1846, à l’issue de la première guerre Anglo-sikhe, le Cachemire a été cédé par les Sikhs à l’Angleterre, qui en fit un État indépendant. En raison de sa taille – c’était le deuxième territoire des Indes (à peu près un tiers de la France, pour 10 millions d’habitants) –, les Britanniques n’avaient pas vraiment les ressources de l’occuper et ils le vendirent à Gulab Singh, lui-même hindou. La vraie indépendance ne fut que de courte durée car une dizaine d’années plus tard, cet État princier fut mis sous la souveraineté de l’Angleterre, et ce jusqu’en 1947.

Inde,Cachemire,Kashmir,Indus,Pakistan,Chine,Modi,crise de l'eau,barrages

Au moment de la partition, les Anglais demandèrent aux Etats de leur Empire de choisir leur camp : musulman (Pakistan) ou hindou (Inde). À ce moment-là, le Cachemire est un État à majorité musulmane dirigé par un Maharajah hindou qui, lui, préfèrerait tout bonnement l’indépendance, ni indien ni pakistanais. Ce fut donc le statu quo, l’attentisme, d’août à octobre 1947. Mais ça titillait dur Indiens et Pakistanais d’annexer cette région, et ce sont ces derniers qui cédèrent les premiers à la tentation. Le Cachemire demanda alors de l’aide à l’Inde, qui n’accepta qu’à la condition que le Maharajah signe l’accession du Cachemire à l’Union indienne. Avec toutefois un petit bémol : le Cachemire conserva le pouvoir d’avoir une constitution séparée, d’avoir son propre drapeau et d’être autonome quant à son administration interne. Mais surtout, seuls les Cachemiris avaient le droit d’acheter des terres dans la région.

Fin. Ou début de la débâcle pour cette région désormais disputée et « occupée » par l’Inde, le Pakistan et la Chine (qui a profité des échauffourées pour s’immiscer dans le conflit dans les années 60). L’Inde administre l’État du Jammu-et-Cachemire, le Pakistan les territoires de l’Azad Cachemire et du Gilgit-Baltistan et la Chine la région de l’Aksai Chin et la vallée de Shaksgam.

Inde,Cachemire,Kashmir,Indus,Pakistan,Chine,Modi,crise de l'eau,barrages,colonie,décolonisation,indépendance,hindou,musulman,Chine

En août 2019, l’Inde a décidé de retirer à la région du Cachemire qu’elle administre son statut spécial (le fameux article 370), dans l’esprit « t’es Indien ou tu l’es pas » – même si l’Inde n’a pas jugé nécessaire de poser la question au peuple cachemiri (on voit ce que ça a donné avec le Brexit, hein), et a préféré y aller manu militari (c'est-à-dire en isolant la population, coupant les télécommunications etc. pendant plusieurs semaines, la région étant une poudrière, les droits de l'homme ne font pas le poids).

Prochaine étape annoncée : récupérer la partie contrôlée par le Pakistan (article). À l’heure où le monde craint les attaques terroristes des extrémistes musulmans, M le Modi n’a pas froid aux yeux.

Au-delà des idéologies nationalistes et religieuses – disons que le conflit de février 2019 entre l’Inde et le Pakistan mené haut la main par le Premier Ministre lui a en grande partie valu sa réélection en mai – la région est aussi importante en termes de ressources d’eau. Surtout pour le Pakistan. Le Pakistan dépend entièrement de l’Indus pour son réseau hydrographique – d’ailleurs, peu après l’indépendance, l’Inde a fermé certains robinets (intentionnellement ou pas, on ne sait pas) et le Pakistan l’aurait senti passer.

Le bassin hydrographique de l’Indus est divisé entre le Pakistan, qui représente environ 60% de la superficie du bassin versant, l’Inde (20%), l’Afghanistan (5%) et le Tibet (15%). L’Inde dépend de l'Indus au nord-ouest (Punjab, Haryana, Rajasthan) et du Gange au nord-est. L’Indus prend sa source au Tibet, traverse le Ladakh, passe par le PoK (le Cachemire occupé par le Pakistan) avant de terminer au Pakistan.

Selon le Traité de l’Eau de l’Indus, signé en 1960 par le Pakistan et l’Inde, le premier a des droits exclusifs sur les affluents occidentaux (Indus, Jhelum et Chenab qui prennent tous deux source dans le Cachemire indien) et la seconde sur les affluents orientaux (Sutlej-Beas et Ravi). De plus, ce traité autorise l’Inde à exploiter le potentiel hydroélectrique des rivières Jhelum et Chenab, tant que cela ne réduit ni ne retarde l’approvisionnement en eau du Pakistan - ce qui est souvent subjectif et a fréquemment requis l'intervention d'instances internationales d'arbitration. En ce moment d'ailleurs, l’Inde a de gros projets de barrages, ce qui inquiète ses voisins. Par ailleurs, le Pakistan et l’Inde ont déjà beaucoup endommagé l’Indus pour permettre l’irrigation et l’hydroélectricité de la région.

Inde,Cachemire,Kashmir,Indus,Pakistan,Chine,Modi,crise de l'eau,barrages,colonie,décolonisation,indépendance,hindou,musulman,Chine,eau,rivières

inde,cachemire,kashmir,indus,pakistan,chine,modi,crise de l'eau,barrages,colonie,décolonisation,indépendance,hindou,musulman,eau,rivières

Update : Depuis mi-octobre, les lignes fixes sont rétablies et les lignes de téléphonie post-paids également.