Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 17 septembre 2021

Le calme avant la tempête ? … Le Covid vu par une Française en Inde 17.09

  • Nombre de cas en France : 6,9 millions (116 000 morts) / 92 millions de vaccinés (43 de double dosés)
  • Nombre de cas en Inde : 33,4 millions (444 000 morts) / 771 millions de vaccinés (188 de double dosés)

Les ex-Covidiens se portent bien ! Encore que…

Après avoir fait l’expérience de douleurs musculaires inexpliquées (comme sa mère d’ailleurs), mon Indien préféré est passé chez le coiffeur. Ce dernier a remarqué une certaine perte de cheveux et a commenté avec fatalité : « effet Covid ». Il a ensuite fait un test sanguin et s’est rué chez le cardiologue après une augmentation subite de son cholestérol. Diagnostic : « effet Covid ».

Quant à moi, après 6 semaines d’odeurs fantômes à renifler du poisson faisandé partout, j’ai commencé une rééducation qui consistait à sniffer 4 huiles essentielles 20 secondes 2 fois par jour (1 huile de fleur, 1 d’arbre, 1 de fruit et 1 d’épice). Celle de citron était plutôt désagréable et ne sentait pas du tout le citron. Il n’en fallut pas plus pour que je « l’attrape ». Tout ce qui ne sentait pas le poisson faisandé sentait désormais le citron qui pue. C’était quand même mieux. Et là, depuis 2-3 jours, j’ai l’impression que ça s’améliore franchement !

À part ça, en Inde, nous sommes très loin des agitations qui divisent la France. On se croirait rendu dans la France de Dreyfus !

L’Inde urbaine n’a pas le luxe d’hésiter – on le sait désormais, les hôpitaux ne tiennent pas le coup s’il y a trop de cas – alors ils se vaccinent à fond. C’est donc 18% des Indiens adultes qui seraient complètement vaccinés (ici ils ont opté pour la simplicité et covid positif ou pas, tout le monde se prend 2 doses.) Apparemment la production a du mal à suivre, les Indiens auraient même annoncé l’interruption de doses vers les pays pauvres non producteurs (source)  

Par ailleurs, les Indiens ont aussi ce petit côté troupeau, mouton ; ils ne sont pas tellement contestataires et feront volontiers ce que leur voisin fait, ou n’importe qui qu’ils admirent. Il y a bien un petit groupe d’irréductibles mais ils la mettent en veilleuse et se contentent de se procurer de faux certificats de vaccination. J’oublie les Indiens de zone rurale (soit 68% de la population) qui ont aussi quelques appréhensions. Il faut dire que le gouvernement leur a déjà fait des blagues, notamment avec des campagnes de stérilisation en 1961 où tu ne savais jamais si tu allais repartir avec tes couilles quand tu te faisais opérer de l’appendicite (source). Les Indiens ne font pas non plus tellement confiance aux fabricants indiens et craignent qu’il y ait de l’eau dans certains vaccins administrés – ce qui n’est pas totalement impossible. Si si, je te jure… (source)

Certains endroits continuent de demander des tests PCR, vaccin ou pas. Parce que comme me le dit un ami qui voyage en Inde en ce moment, ici, "le vaccin tu le fais pour toi (pour TE protgéger), le test PCR tu le fais pour les autres". À bon entendeur...

À part ça, c’est le creux de la vague, comme l’année dernière. Les masques tombent, les activités reprennent (même les écoles, même si à reculons (voir ce post)), on parle même de reprendre les touristes visas l’année prochaine. La grosse différence avec l’année dernière c’est qu’on garde en tête qu’une autre vague puisse venir. La saison des fêtes ayant commencé, les gens se préparent à une resurgence de cas... Sauf pour ceux qui sont officiellement entrés dans l'ère "post-Covid".

Sur ce, bon week-end !

Inde,corona,covid,covid 19,vaccination

vendredi, 10 septembre 2021

Le système scolaire indien – 7. La rentrée 2021!

En Inde aussi c’est la rentrée scolaire ! Une rentrée échelonnée et en ligne mais une rentrée quand même ! Comme chaque année, les élèves du baccalauréats (boards) indiens (CBSE, IGSCE etc.) démarrent début juillet, ceux du baccalauréat international (IB) début août et ceux du Lycée français début septembre*.

En Inde, fermer les écoles est un exercice régulier : qu’il fasse trop chaud, trop froid, trop pollué, élections etc. (Il faut quand même préciser que les conditions sont souvent extrêmes, qu’il pleuve ou cuise.) Alors une pandémie tu imagines… C’est que dans les classes moyenne supérieure et aisée, il y a quelqu’un à domicile pour s’occuper des enfants ; c’est de bon ton que ce soit la mère, sinon il y a les grands-parents à demeure. Chez les plus pauvres, l’accès à l’école est un tout autre sujet.

Alors voilà, les écoles indiennes sont fermées en Inde depuis mars 2020… Écoles, étudiants et familles semblent avoir pris le pli depuis ces 17 longs mois. Les écoles n’en reviennent pas des économies qu’on peut faire en fonctionnant en ligne (pas d’activités, pas d’électricité, pas de nettoyage etc.), et ne souhaitent pas prendre de responsabilité : pour tout cas positif, elles devraient refermer leurs portes. Les élèves ont assez vite apprécié de ne pas se coltiner plus d’une heure de bus par jour, et d’être scotchés devant un écran plusieurs heures, qu’ils n’utilisent bien sûr pas qu’à des fins éducatives. Enfin, de nombreux parents, probablement traumatisés par la vague Covid d’avril, préfèrent attendre que les enfants soient vaccinés avant de les renvoyer en classe, même (et surtout) les plus jeunes. Voilà l’extrait d’un échange sur le chat des parents d’élève de la classe de mon fils (mon commentaire en vert) :

Inde,école,rentrée,école en ligne.femmexpat

Inde,école,rentrée,école en ligne.femmexpat

Inde,école,rentrée,école en ligne.femmexpat

Chacun semble s’être tellement habitué à la situation que lorsque certains États ont autorisé (autorisé, pas imposé) la reprise en présentielle – ils sont 8 États et Territoires de l’Union sur 36 à avoir sauté le pas le 2 août 2021 – personne ne s’est vraiment bousculé au portillon. (À ce titre, le Lycée Français de Delhi avait réussi à rouvrir à l’automne 2020, arguant auprès des autorités qu’il avait d’autres problématiques que les institutions indiennes. D’une part, leurs effectifs sont très restreints, à l’inverse des usines scolaires indiennes qui gèrent souvent des milliers d’enfants. D’autre part, le système n’est pas tenable pour des familles françaises – dans lesquelles les deux parents travaillent, ou n’ont simplement pas la disposition mentale de rester avec les enfants toute la journée.)

Malgré tout, certains établissements privés, notamment dans l’Haryana, rouvrent progressivement : d’abord le lycée, puis le collège, et enfin le primaire/maternelle. L’enseignement reste mixte : les profs sont dans les salles de classe avec une poignée d’enfants (les volontaires sont rares et autorisés seulement 2 fois par semaine car leur nombre est limité), mais également derrière leur écran pour ceux qui sont en ligne. Certaines écoles considèrent que s'il n'y a pas un nombre minimum d'élèves volontaires, elles n'ouvriront pas - la mienne notamment. D'ailleurs pour lire davantage sur MA rentrée (enfin celle de mon fiston), c'est par ici, sur le site de FemmExpat !

inde,école,rentrée,école en ligne.femmexpat

lundi, 02 août 2021

Le système scolaire indien – 1. L’accès à l’école

Les écoles sont fermées en Inde depuis mars 2020. Celles qui ont pu ont lancé les cours en ligne – une tannée de toi à moi – mais un grand nombre d’enfants n’y a même pas accès. Soit parce que l’école n’a pas eu les moyens d’opérer cette transition, soit parce que les parents n’ont pas le matériel ni la connexion internet ou même l’électricité – heureusement il y a le smartphone (source de la photo), même si seulement 50% des Indiens en possèdent un (source).

Inde,école,école primaire,école privée,école publique,système scolaire,éducation,boards,baccalauréat,illettrisme,analphabétisme

En Inde, depuis la loi de 2009 (source), l’accès à une éducation gratuite et obligatoire est un droit fondamental des enfants de 6 à 14 ans. De fait, selon l’Unicef (source), les taux d’inscription en primaire avoisinent les 99%. Pour autant, ce chiffre ne semble pas refléter vraiment la réalité : un quart ou un tiers des 238 millions d’Indiens âgés de 6 à 14 ans ne seraient pas scolarisés.

(Au passage, 3 millions d’enfants vivraient dans la rue, 33 millions travailleraient et plus de 10 millions seraient exploités (1 sur 3 étant analphabète), d’après la Smile Foundation et l’ONG Child Rights and You (source) – Attention ici à ne pas confondre travail (une nécessité vitale pour les familles très pauvres) et l’exploitation qui s’apparente à de l’esclavage moderne (tâches inhumaines peu ou pas rémunérées). Selon la Constitution, le travail des jeunes est autorisé dès 14 ans (sauf pour des tâches dangereuses, dans les usines ou dans les mines, pour lequel l’âge légal est 18 ans). Par ailleurs, de nombreuses associations caritatives aident ces enfants laissés-pour-compte en s’assurant qu’ils puissent continuer à gagner leur pitance tout en suivant des cours. Les Occidentaux ont cependant du mal à comprendre ceci, très attachés au concept de protection de l’enfance. Évidemment, la différence entre travail acceptable et travail pénible est ténue et subjective ; dans cette perspective le plus simple reste donc de tout interdire. Ce qui pénalise grandement les pauvres, qui n’ont guère de choix, et qui trouvent plus de dignité à travailler qu’à mendier.)

L’impact du Covid sur l’alphabétisation en Inde va être loin d’être négligeable. Et puis pas seulement… Pour les très pauvres, l’école est le garant d’au moins un repas significatif pour les enfants. Alors quand on passe en ligne, c’est plus compliqué.

À suivre…