Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 11 juillet 2016

Reggae francais en Inde

Trop fière de mon pote et de son groupe Jahneration qui se sont offert une petite tournée indienne en début d'année (même si je suis pas dans la vidéo, ni mes prises pendant le concert)!

lundi, 20 juin 2016

Drapeau indien

Indian flag.jpg

En début de mousson, à l'aéroport de Bangalore

 

lundi, 13 juin 2016

La différence entre les photomatons indien et français ?

Samourai au photomaton.jpgRéponse: le photomaton français ne te traite pas de grosse moche !! 

Je m'explique...  

En réalité, le photomaton indien n'existe pas, ou alors seulement au service des visas des ambassades. Il faut donc aller chez le photographe. Ou du moins dans la boutique de développement de photos du coin dans laquelle se trouvent un homme et un appareil photo reflex. Le photographe quoi, qui n'a donc de photographe que l'appareil photo. Car l'habit fait le moine. Des fois.   

Il y a quelques mois, à Mumbai, je me pointai ainsi dans un minuscule réduit de bidonville. Très pro, le "photographe" était bien embêté que je porte un tee-shirt blanc. Ça ne collait pas du tout. Même si le drap qui faisait office de fond qu’il avait choisi n’était pas blanc mais gris (donc contrasté) – ca je ne comprendrai jamais ce qu’ils font à chaque fois, mettre un fond de couleur et ensuite photoshopper l’image pour que le fond apparaisse blanc?? Ce jour-là, comme souvent, je n’étais pas d'humeur à supporter des simagrées et surtout je n’avais pas le temps de rentrer me changer. Balayant du regard la toute petite pièce dans laquelle je me trouvais, je repérai une étoffe bleue foncée et m'en emparai. C’est ainsi que sous les yeux ébahis du photographe je m’enveloppai de son "fond" ‘bleu-nuit-étoilé’ poussiéreux dont je découvris les petits astres (ils sont fanas de photos kitschs y a pas à tortiller) et pris la pause !      

La semaine dernière j’eus à nouveau besoin de photos. Et là, pas de pitié pour les croissants, le photographe prit 2-3 clichés et alors qu’il me montrait fièrement sa sélection pour que j’approuve, je me pris la réalité en pleine face: un double-menton, des joues rouges presque acnéiques, les cheveux en bataille, la totale ! Pour être honnête, je me moque pas mal de la tête que je fais sur les photos, elles sont destinées à d'autres. J’allais donc accepter l’impression quand son collègue vint à la rescousse. En voyant la photo il dégagea son pote, me tendit un mouchoir avec un compliment sympa « essuie-toi, t’as la peau grasse » (oui euh bon c’est surtout qu'il fait 48 degrés dehors et que je sue un peu tu comprends quoi), fit quelques réglages et m’offrit de jolies photos d’identité. Avec à peine de photoshop! Parce qu’attention, en Inde, on te laisse pas partir avec des photos où tu as une mèche de travers ou un vieux chtar. Et en général j’ai les deux, quand c'est pas pire ! Pour te dire, une fois ils ont même insisté pour éclaircir la peau de mon Indien préféré !!          

Le photomaton en Inde est donc une expérience à ne pas louper ! (Surtout que les 20 photos te coûtent moins d'un euro cinquante :-) ).