Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 18 mars 2020

Le coronavirus vu par une Française en Inde - 18 mars 2020

18 mars

  • Nombre de cas en France : 9 134 (264 morts)
  • Nombre de cas en Inde : 170 (3 morts)

Aux grands petits virus les grands remèdes : je vais faire le plein de courses. Au moins, en Inde, les pâtes et le PQ ne viendront pas à manquer – j’adore cette photo qui s’insurge contre la pénurie de papier toilette : « Coronavirus, c’est des complications respiratoires, par une diarrhée explosive » ! D’ailleurs, j’entends des rumeurs d’Occidentaux ayant remplacé le PQ par du papier journal. Ça va pas la tête non ?? C’est dégueulasse – va savoir où il est passé ce journal, et l’encre et tout. Utilisez de l’eau bon sang, et lavez-vous les mains !

En loucedé je remplis le caddie de thon en boîte et de chocolat importé – produits de première nécessité s’il en est. Mon mari se moque de moi mais ne la ramène pas trop, au moins il n’aura pas à me consoler ce soir. (Depuis notre mariage il y a bientôt 7 ans, nous mangeons très bien, des plats locaux ou des salades avec nos propres légumes, alors acheter une boîte avec 10 sardines à 5 euros, ça le rend dingue !)

Trois magasins plus tard, le bilan est établi : les Indiens ne se sont pas encore rués pour stocker de la bouffe – en tout cas pas ceux qui en ont les moyens – et ils ont surtout acheté du gel pour les mains, du thé et des gâteaux. Plusieurs Indiens m’ont regardée différemment : les Caucasiens sont les nouveaux Français d’origine chinoise vu que sur 137 cas, 25 viennent d’hors d’Inde. Ça fait un peu bizarre de dégringoler de mon piédestal comme ça ! M’enfin, je n’ai pas noté d’agressivité non plus. Faut dire je ne suis pas allée dans les coins touristiques, juste faire mes courses.

Je commande des livres et des puzzles. Je suis prête !!

Alors que les Français en sont au jour 2 de confinement, je m’y mets par solidarité – et par bon sens. Je me demande quand même que faire de ma femme de ménage ? Et comment font-ils dans les prisons ? Annule-t-on les cours d’équitation (où on ne touche personne à part le cheval) ?

Ce soir, nous fêtons l’anniversaire de mon frère par skype : mes parents en Normandie, mon petit frère chez lui, et mon frère dans l’appart parisien familial avec sa copine. C’est chouette de les voir, même si ça me rappelle que je suis loin. Foutrement loin.

inde,expatriation,santé,corona,coronavirus,journal,covid-19

Supermarché à Gurgaon, le 18/03/2020

inde,expatriation,santé,corona,coronavirus,journal,covid-19

Livraison Amazon à Gurgaon, le 18/03/2020

Corona, coronavirus, virus, covid, covid-19, Inde

mardi, 17 mars 2020

Le coronavirus vu par une Française en Inde - 17 mars 2020

17 mars

  • Nombre de cas en France : 7 340 (175 morts)
  • Nombre de cas en Inde : 140 (2 morts)
    • Fermeture des monuments historiques, et de certains temples.
    • Fermeture des écoles partout en Inde – déjà en place à Delhi NCR depuis le 5 mars. Il faut dire, en Inde, on ferme les écoles pour tout et rien : trop chaud, trop froid, trop de pluie, élections etc. C’est qu’il y a en général les grands-parents ou des nounous à demeure, voire les mères qui ne travaillent pas. Pour les plus démunis c’est une autre histoire.
    • Le Gouvernement demande aux autorités de mettre en place la distanciation sociale.
    • Hier, les autorités de Delhi ont réquisitionné 3 hôtels pour la quarantaine des passagers entrant en Inde : 2 Lemontree et l’Ibis d’Aerocity – la note sera à la charge du voyageur, mais limitée à 50€ la nuit.

Hier nuit, grande première, j’écoute le discours du Président français en live. Celui dans lequel il répète six fois que mon pays est en guerre. Et dans lequel il annonce la fermeture des frontières. En fin de journée, la fatigue aidant, je craque ma petite larme. Depuis 2006, la France ne m’a jamais parue aussi loin. La raison me dicte de me calmer : ce n’est que pour que quelques semaines, et en cas d’urgence l’ambassade nous rapatriera. Peut-être mais je n’ai pas envie d’être raisonnable ce soir. Alors je chouine. Et mon mari me demande de cesser d’aller sur Facebook :-)

La bonne nouvelle du jour c’est que mes amis français souvent trop occupés pour se souvenir de moi – en même je n’ai qu’à m’en prendre à moi-même, c’est moi qui suis partie – se rappelle à mon bon souvenir ! Ils ont un peu plus de temps pour envoyer des messages, c’est chouette.

Et puis mes voisins indiens se sont mis au télétravail et les aires publiques de la résidence les voit désormais se balader – oui je sais, c’est illogique, ils sortent maintenant qu’on leur demande de rentrer chez eux… Mais du coup, on se rencontre, on se parle, on rit, on échange. Certains (Indiens) flippent (au bord de la psychose), la plupart voit tout ça de loin, incapables de même imaginer ce que les Chinois et les Européens vivent et beaucoup prennent la situation avec philosophie. « Dekhte hain. » (On verra bien.) C’est-à-dire qu’ici, on est habitués aux catastrophes naturelles : sécheresses, inondations, tremblements de terre, famines (24 entre 1770 et la dernière, en 1943, qui auraient fait 60 millions de morts), la grande grippe de 1818 qui auraient causé 17-18 millions de morts (source). Bref, inconscients ou philosophes, les Indiens vivent au jour le jour…

Ils ont même leurs propres blagues du genre « Ce que les Indiens n’ont pas réussi à apprendre aux Anglais en 400 ans [d’occupation], le coronavirus leur a appris en 4 jours : le namasté » !

inde,expatriation,santé,corona,coronavirus,journal,covid-19

Corona, coronavirus, virus, covid, covid-19, Inde

 

lundi, 16 mars 2020

Le coronavirus vu par une Française en Inde - Début mars 2020

11 mars

  • Nombre de cas en France : 2 281 (48 morts)
  • Nombre de cas en Inde : 65
    • Des changements pour les visas ont commencé le 3 mars. Le 13 mars, les Indiens bloquent les visas.
    • Un message automatique remplace la sonnerie d’attente quand tu appelles un portable : un type te tousse dans l’oreille avant une diatribe expliquant le corona virus. Un bel exemple d’utilisation de la technologie pour informer les gens.
    • Depuis ce matin, la température est prise à tous les visiteurs de notre résidence.

Ma mère commence à baliser. Alors que je recommande à mes parents de faire le plein de bouquins et d’aller se mettre au vert en Normandie – y a pire quand même –, je partage mon enthousiasme : « Nous vivons un moment historique, c’est formidable ! » Depuis des années, je rêve d’appuyer sur le bouton pause, et voilà que ce moment arrive. Un temps pour se recentrer, être en famille, se reposer, bouquiner, écrire, jouer avec mon fils, travailler un peu aussi. En fait, c’est déjà presque mon quotidien, réalise-je, avec les voyages et les rendez-vous en moins. Et puis c’est facile pour moi de dire ça. Notre maison a un jardin, notre copropriété de grands espaces verts, pour que mon fils lâche le trop-plein d’énergie. Et si ça ne suffit pas, sa nounou peut s’occuper de lui. Y a de quoi avoir envie de rester coincé à la maison ! Limite, j’aimerais bien que ça nous arrive ici aussi…

14 mars

  • Nombre de cas en France : 4 500 (91 morts)
  • Nombre de cas en Inde : 100 (1 mort)
    • Demain, le gouvernement de Delhi annoncera la fermeture des théâtres, gyms, piscines, boîtes de nuit.
    • Après-demain, les autorités de Delhi interdiront les rassemblements de plus de 50 personnes. Ouf notre pote n’est pas passé loin avec son mariage. Ah non, attends, cette règle ne concerne pas les mariages. Et la marmotte…

Ce soir, nous allons à un mariage. Il faut se nettoyer les mains à l’arrivée. Les invités hésitent un peu sur la manière de se saluer. Cinq heures plus tard, l’alcool aidant, tout le monde se serre dans les bras. C’était peut-être irresponsable d’y aller, mais qu’est-ce que nous avons bien mangé !

inde,expatriation,santé,corona,coronavirus,journal,covid-19