Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 13 décembre 2009

Histoires de défécation - classe...

Pas de nouvelles bonnes nouvelles ? Tout va bien.

Silence radio sur mon blog pendant plusieurs semaines…

La tête sous l’eau, beaucoup de boulot ! Envie de partir en vacances la tête libre…

 

Mais toujours en Inde.

La grande réflexion de la semaine dernière : tandis que je marchais – les températures se sont un peu calmées et il fait bon marcher le matin – et que je croisais une grosse crotte (d’origine humaine je pense), je me suis dit : « c’est fou, avec le nombre de chiens errants dans ce pays, on ne voit presque jamais de crottes de chiens ». Ca c’est parce qu’il y a des gens pour balayer de bon matin, quand tout le monde dort…

 

Voici une photo pour cogiter, comme quoi y a aussi beaucoup d’endroits où y a beaucoup de merde :

 

DSC00313.JPG

 

En parlant de ça (caca-popo), voici l’histoire d’un ami commercial tandis que nous déjeunions : « Je ne mange pas épicé parce qu’après ça fait mal. L’autre jour, j’ai entendu mon voisin pousser des cris – ils habitent tous deux dans des cahutes de bidon-ville. Il avait mangé épicé la veille… »

dimanche, 15 novembre 2009

Divers

Vivre en Inde, c’est retomber en enfance, à grande échelle…

 

Y a des maisons de poupée géantes…

Maison.jpg

 

Et des dinettes géantes…

Dinette.jpg

 

C’est un spectacle permanent

08:27 Publié dans IncredIble India | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : inde |  Facebook | |

mercredi, 11 novembre 2009

Un esprit sain avec un ventre plein

Food.jpg

Voici une pancarte sur un camion de bonbonnes de gaz croisé à Goa. J’ai tilté parce que c’est TELLEMENT ça. L’Inde est un pays où tout (ou presque) passe par la bouffe. Evidemment il n’y a pas qu’en Inde. Dans ma famille aussi, ce qui compte c’est « cuisiner avec amour ». Mais en Inde, ça prend des proportions, je te raconte pas. Enfin si, je te raconte.

 

Tu arrives dans une famille ou pour un rendez-vous professionnel et on te donne à manger. Attention, c’est une offense si tu ne touches rien.

Tous les festivals ne tournent autour que d’une seule chose : la nourriture.

Les dieux ont souvent plus à manger – en offrande – que les dévots.

Un commentaire fréquent quand tu rentres de vacances : « t’as grossi mais ça te va bien » – sous-entendu, t’as bien mangé ! (Des fois, on te dit aussi que t’as maigri mais c’est nettement moins positif.)

La première réaction d’un Indien quand tu lui dis tu es français : « la nourriture n’a pas de goût chez vous, non ? ». Et puis dans la batterie de questions introductives : tu viens d’où ? où sont tes parents ? combien de frères et sœurs ? tu travailles ? tu cuisines ?

Et puis la nourriture ça se partage. Tu passes pour un gougnafier si t’as envie de te goinfrer ton butter chicken toute seule – parce que c’est LE truc que t’as envie de manger aujourd’hui…

 

Y a pas besoin de chercher bien loin dans un pays où :

Il y a eu 14 famines entre le 11ème et le 17ème siècle. Et puis encore 9 famines entre 1702 et 1966. Avec à chaque fois des millions de morts (source : wikipédia). L’OMC a déterminé que la dernière grande famine date de 1943 (la famine du Bengale, plus de 3 millions de morts) mais on ne va pas chipoter sur le nombre. Il est dit qu’il n’y a plus de famines en Inde mais d'après un rapport de l'UNICEF, la moitié des enfants souffrant de malnutrition dans le monde vivent en Asie du Sud. En Inde, 30% des enfants ont un poids insuffisant à la naissance et près de 50% conservent cette insuffisance pondérale à l'âge de trois ans.

On comprend l’importance de la nourriture…