Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 30 mai 2013

Histoires de permis, et de flics...

La blague! 

Ca fait maintenant près d’un an que je conduis en Inde… 

J’avais bien essayé de me faire faire un permis à Delhi mais vu que tous mes documents étaient enregistrés à Mumbai (notamment mon permis de résidence), j’ai dû jeter l’éponge (non sans aller passer une matinée dans le dédale kafkaïen du RTO de Delhi…). 

 

Par acquis de conscience, j’ai retenté l’expérience à Mumbai. Une fois trouvée l’auto-école j’ai apporté mes papiers : passeport et visa, permis de conduire français, permis de résidence, contrat de location et facture. Evidemment là y a eu un hic parce qu’à moins d’un mois de prise de possession de l’appartement je n’avais pas de facture… Et bien je ne me suis pas énervée, non non, Indian style, j’ai laissé mes papiers et suis revenue un mois et demi plus tard avec une facture ! Et 3 500 roupies (environ 60 euros). 

 

Il a ensuite suffit que je harcèle l’auto-école pour qu’ils m’emmènent au RTO. Dans une espèce de hangar vide, deux bureaux, quatre chaises, deux ordinateurs antiques et deux personnes qui te prennent ta photo et tes empreintes. Surréel. Mais en trente minutes c’était bouclé. J’ai eu vieux doute quand il m’a dit que le permis serait envoyé par la Poste – vu que je ne suis jamais chez moi en journée – mais inutile de monter sur ses grand-chevaux, c’est la seule option. Je me suis dit que j’irais faire un sitting à La Poste au bout d’un mois si je recevais rien et puis c’est tout ! 

 

Trois semaines plus tard, par un beau mardi, mes amis reçoivent le fameux permis à la maison !! Comme quoi, rien n’aurait servi de s’énerver… 

Le samedi suivant nous allons étrenner le fameux bout de plastique ; je conduis mes potes en ville.

Depuis le temps que je conduis je n’ai jamais eu de problème : j’ai adopté le style de conduite local alors je ne me fais pas trop repérer ;) Je ne me suis fait arrêter que deux fois (et seulement à Delhi). La première fois : le flic a tapé un délire parce que je parlais au téléphone en bluetooth ; je lui ai dit que non, j’étais en train de chanter et quand il a voulu prendre mon portable je suis partie. Je pense qu’il était juste curieux d’une étrangère au volant… 

La deuxième fois, je sais pas trop comment je m’étais démerdée pour inde,mumbai,voiture,conduire,flic,permisarriver au milieu d’un énorme carrefour à contresens. Un peu bloquée par la panique et toutes les voitures qui m’arrivaient dessus je suis restée arrêter. Et quand j’ai vu un policier qui me faisait signe de l’autre côté, je l’ai pris comme objectif et me suis dirigée tout doucement vers lui. Arrivée à sa hauteur, j’ai baissé ma vitre, lui ai fait mes yeux doux, balancé un « sollllly » et ai continué ma route. Ni vu ni connu j’t’embrouille.  

 

Mais nous revoilà à Mumbai. J’étais donc au volant de ma voiture, contente d’avoir échappé aux flics qui arrêtaient les véhicules en dépassement de vitesse sur le Sea Link. Arrivée au bout du pont je vois un feu rouge. Qui semble ne servir à rien. J’étais donc en train de m’interroger sur l’intérêt de m’arrêter au feu quand mon voisin de droite le grilla ! Evidemment je l’ai suivi… Et évidemment je me suis fait arrêter.  

 

J’étais presque contente de donner mon permis tout neuf !! Sauf que là tiens-toi bien le flic me dit que la procédure c’est de garder mon permis au poste de police de Worli et que je devrais aller le chercher. Et alors là je pète un câble : y a même pas moyen ! Et vas-y que je lui ordonne de me rendre mon permis tout de suite. Que d’abord son feu on le voit pas. Et que pourquoi il a pas arrêté l’autre voiture ? Je veux mon permis tout de suiiiiiite !! 

 

100 roupies (1,5€) plus tard (pas cher payé pour tous les feux que j’ai grillés…), un reçu en main (oui oui je n’ai pas payé le policier) et mon permis dans la poche nous repartons… 

mercredi, 22 mai 2013

L'actualité indienne vue par moi-même

On (France Inter, excuse-moi du peu...) m’a demandé (à moi) de me présenter (en tant qu'expatriée francophone), parler de mon quotidien et de l’actualité indienne… Alors comment te dire ? J’abhorre les journaux et je n’ai pas la télé donc l'actu... Et là, alors que j'attendais de passer à l'antenne j'entends "Et pour nous parler de l'actualité de le monde..." Ouhlala chaud  patate!! C'est comme de demander à un plombier (pas Indien pasque les Indiens savent tout faire) de réparer l'électricité tu vois...

Bon heureusement j'avais passé quelques heures à parfaire (voire à faire) ma culture cricket, Bollywood et politique. Y avait du pain sur la planche et j’espère ne pas avoir dit trop de bêtises ! Définitivement je préfère me cacher derrière l'écriture ;)

Politique 

On parle déjà dans la presse des élections de l’année prochaine, avec les candidats des deux plus gros partis qui se tirent la bourre (Modi pour le BJP et Rahul Gandhi, et sa mère Sonia, pour le Congrès, qui dirige actuellement). Ok je me suis pas foulée mais j’écris plus là-dessus dans un prochain poste ! 

8795692_l_1361359154.jpg

 

Inde et Chine  

Très récemment il y a eu la visite du Premier Ministre chinois Li Keqiang. Il y a un mois des troupes chinoises ont fait une petite balade de santé de 20 km sur le territoire indien. Les relations indo-chinoises ne sont pas franchement cordiales. Il y a la question de la frontière au Nord de l’Inde, du Tibet dont l’Inde accueille les réfugiés, les lois anti-dumping qui rendent difficiles les importations depuis la Chine etc. Je me souviens encore du jour où l’Inde a renvoyé des milliers de travailleurs chinois chez eux (parce qu’ils sont encore moins chers que les Indiens). Et puis les Indiens trouvent que les Chinois sont sales. Et les Chinois le leur rendent bien !

 

Mais j'ai creusé un peu plus que ça les relations géopolitiques (oh comme j'aime pas ce mot!) de la zone et voici ce que j'ai compris... Les relations entre la Chine et l'Inde sont millénaires, avec la soie, le bouddhisme et tout ça. Sauf que d'un côté y a un peuple très militarisé à tendance autoritaire et de l'autre un peuple plutôt non-violent à tendance anarchique (je schématise on m'excusera...).

Après la Seconde Guerre Mondiale, les Etats-Unis se sont rapprochés du Pakistan, leur pion anti-communiste dans la zone, sans pour autant jamais prendre vraiment position contre l'Inde dans tous les conflits, malgré le tropisme pro-russe de cette dernière. 

 

En 1962, les Chinois ni vu ni connu sont allés annexer un bout du Cachemire, une bonne grosse gifle à l'Inde qui a appelé les Etats-Unis à la rescousse mais le temps qu'ils arrivent et la Chine avait annoncé la fin de la guerre... La Chine en a alors profité pour se rapprocher du Pakistan, son pion contre l'Inde, en l'aidant pour l'armement et la nucléarisation (laquelle ne fait pas l'heur des Américains...).

 

En 1965, les Indiens et les Pakistanais se battent pour le Cachemire. Alors que les Etats-Unis préviennent la Chine qu'ils sont prêts à soutenir l'Inde, un cessez-le-feu est signé grâce à la médiation soviétique.

 

En 1971, le Bangladesh veut son indépendance du Pakistan. L'Inde soutient l'idée et signe un accord de soutien militaire avec l'Union Soviétique au cas où les choses tourneraient mal. Les Etats-Unis soutiennent le Pakistan mais interrompent quand même l'envoi d'armes à Islamabad pendant le conflit. Et l'Inde attend l'hiver pour éviter que la Chine, toujours prête à aller grignoter un bout de Cachemire (même si il n'est pas impliqué dans ce conflit), vienne aider le Pakistan.

 

Depuis 2011 le Pakistan a perdu de sa prestance il me semble, et tous ses "alliés" viennent un peu draguer l'Inde (Hillary Clinton en 2012, Li Keqiang cette année)...

 

Et en ce qui concerne le Cachemire, ça reste une poudrière prête à s'embraser. Son côté stratégique réside dans le fait que c'est une région glacière, avec de l'eau. Et que c'est sur la route du Xianjing aux ressources minérales et agricoles incontournables pour la Chine.

Manjul_Cartoon_260413pol_Chinese_incursion.jpg

 Cricket et scandale 

On parle beaucoup du scandale de l’IPL (Indian Premier League). Trois joueurs de cricket de l’équipe des Rajasthan Royals ont reconnu avoir été payés pour tricher. Et alors ça ça fait des remous pas possibles. Comme le fait que la mégastar de cinéma Shah Rukh Khan (qui au passage co-possède l’équipe de Kolkata, les Kolkata Knight Riders) ne soit toujours pas autorisé à assister aux matches à Mumbai – il est interdit de stade pendant cinq ans pour une altercation avec la sécurité, qui aurait poussé un de ses gosses. Ses copains de Bollywood manifestent mais les autorités tiennent bon… 

funny-cartoon-about-ipl-2013-season-01.jpg

 Sécheresse 

Il y a aussi une énorme sécheresse dans le Maharahstra (ainsi que da14drought5.jpgns d’autres Etats) mais on n’en parle pas beaucoup dans la presse. Sauf quand il s’agit de mentionner les œuvres de charité de certains acteurs (comme Salman Khan qui aurait donné 2000 tanks alors qu’il ne sort même pas de nouveau film). C’est comme ca que j’ai des amis à Mumbai (capitale du Maharashtra) qui ne savent pas qu’il y a une sécheresse… 

 

Il s’agit de fait de la plus grosse sécheresse depuis 1972 – on se souviendra peut-être qu’à l’époque Indira Gandhi avait demandé à Nixon de l’aide humanitaire ; il avait commencé à envoyer de la nourriture avant de se rétracter parce qu’il pouvait pas la blairer.  

 

A l’époque aucune « famine » n’avait été enregistrée, pas plus que cette année. Mais quand même plus de 12 000 villages n’ont plus d’eau et doivent être approvisionnés par camion. La situation est catastrophique (avec des risques d’émigration multipliée vers les villes, inflation des prix des denrées de base etc.). Et en plus en 40 ans, le Maharashtra est devenu numéro un en nombre de barrages, apparemment mal gérés donc…  

 

Cinéma indien 

india_and_you_cinema_special-copy.pngOn fête cette année les 100 ans du cinéma indien : le premier film indien, Raja Harishchandra de DG Phalke, est en effet sorti dans les salles le 3 mai 1913 (soit à peine 8 ans après que le cinématographe a été breveté par les frères Lumière en France). Il s’agit d’une œuvre mettant en image (et pas en son) un épisode du Mahabarata, une épopée de la mythologie hindoue. 

 

En France on ne connaît quasiment que Bollywood (l’industrie du film de Bombay, avec ses mégastars et ses films tournés en hindi avec des danses, des courses poursuites, des drames familiaux et amoureux, et un maximum de kitsch). D’ailleurs dans toutes les langues il semble qu’on confonde Bollywood et cinéma indien… Alors qu’en fait les industries cinématographiques de Kollywood (de Chennai) et de Tollywood (de Hyderabad (même si Tollywood fait aussi référence au cinéma de Kolkata)) produisent chacune presqu’autant de films que Bollywood chaque année (environ 200). Chaque industrie a ses spécialités – par exemple, les films Mollywood (du Kerala) sont souvent comiques sur fonds de disputes familiales et politiques (beaucoup de dialogues, de comique de situation et pas de chansons).

 Et puis il y  a des films « normaux » qui font parler de plus en plus d’eux (apparemment on appelle ça cinéma indépendant) même si l’auditoire reste très restreint pour l’instant. Pas vraiment surprenant quand on sait que c’est un film (tamoul et non hindi d’ailleurs) qui s’appelle Enthiran – The Robot (voir l'image)inde,politique,gandhi,rahul gandhi,sonia gandhi,modi,actualité,infos,chine,cricket,ipl,scandale,corruption,sécheresse,famine,maharashtra,bollywood,cinéma,festival de cannes,vidya balan,bombay talkies,films indépendants,tollywood,kollywood,mollywood,enthiran qui a engrangé le plus d’argent.  

Cette année, l’Inde est invitée d’honneur du 66ème festival de Cannes, alors qu’un seul film indien (Neecha Nagar de Chetan Anand) a jamais gagné le premier prix (enfin co-gagné avec 9 autres films) en 1946, la première année du festival. Pas de film indien dans la sélection officielle cette année mais 3 dans d’ autres catégorie et la projection de Bombay Talkies (quatre court-métrages commandités pour fêter les 100 ans du cinéma indien) lors du gala, et une actrice indienne (Vidya Balan) dans le jury.

 

 

Sources (cinéma indien, Bollywood) : 

·          http://www.thehindu.com/news/cities/Hyderabad/telugu-movies-overtake-tamil-films-in-number/article3343155.ece 

·          http://xnepali.net/movies/moviewoods-hollywood-bollywood-tollywood-lollywood-ollywood-kollywood/ 

·          http://www.boxofficeindia.com/showProd.php?itemCat=303& 

·          http://www.worldlistmania.com/top-10-highest-grossing-indian-movies/ 

·          http://indiainbusiness.nic.in/newdesign/upload/news/New_Horizons_Final.pdf 

·          http://www.indiaonline.in/About/entertainment/cinema/Film-Industry.html 

·          http://www.hindustantimes.com/Specials/Entertainment/Cannes-2013/Chunk-HT-UI-Cannes2013-IndiaConnect/Celebrating-Hindi-cinema-at-Cannes/SP-Article10-1063045.aspx 

·          http://tribune.com.pk/story/485402/10-best-indian-independent-films-of-2012/ 

·          http://www.dharamsalafilmfestival.com/home.html 

·          http://www.tiiff.in/

 

samedi, 18 mai 2013

Interview pour ExpatBlog

Mon blog a été élu blog du mois sur ExpatBlogMerci pour la distinction !! inde,expatriation,question,interview,expatblog

Voilà l’interview que j’ai faite pour eux : 

 

"J’ai 30 ans, je suis parisienne d’origine.

 

Comment t'est venue l'idée de t'installer en Inde? 

A la fin de mes études (école de commerce), je suis partie voyager en Amérique du Sud et j’ai décidé d’aller travailler dans cette région. J’ai recherché un VIE mais n’en ai pas trouvé. Et puis un VIE m’est arrivé tout cuit en Inde ; je me suis dit pourquoi pas… 

 

Depuis combien de temps es-tu partie? Est-ce la première fois que tu vis loin de chez toi?

Je suis en Inde depuis plus de 6 ans. 

J’ai quitté la maison à 20 ans pour aller faire mes études à Reims puis mon Erasmus en Espagne. 

 

Comment s'est passée l'installation? 

Bien. Je n’avais pas beaucoup d’attentes concernant l’Inde vu que je n’avais pas prévu d’y aller. Ça s’est fait un peu dans le brouillard parce qu’au début je ne comprenais pas grand-chose à ce qui se passait (à cause de la langue, et du fait qu’en Inde tout se passe toujours à la dernière minute alors les plans n’arrêtent pas de changer). 

 

Les Indiens sont-ils accueillants? 

C’est le moins qu’on puisse dire ! 

 

Qu'est-ce qui t'a le plus surpris à Mumbai/en Inde? 

Le bordel (ou l’anarchie pour être plus politiquement correcte ;) ). Il se passe plein de trucs partout tout le temps, des véhicules qui passent dans tous les sens, des gens qui squizzent les files d'attente, des échopes un peu partout. Ca donne une impression de bordel organisé (ou pas).

 

 

Quelles sont les différences les plus marquantes avec la France, ton pays d'origine? 

La notion d’efficacité – les Indiens travaillent moins vite, passent plus de temps dans la clim au bureau, sont moins organisés. 

La logique : la logique française est cartésienne. Je ne saurais pas qualifier la logique indienne – mais y en a une, si si ! – mais elle est différente.

 

 

Est-ce qu'il y a des choses qui te manquent depuis que tu es installée à Mumbai? 

J’ai surmonté le manque de bœuf et de fromage et même d’autres produits (on en trouve mais c’est pas facile facile). Donc en terme de nourriture ça va. 

Je rentre 3-4 fois par an en France donc je gère aussi la distance avec ma famille et mes amis. 

Ce qui me manque, c’est le calme (ou l’absence de bruit). 

 

La vie d'une expat à Mumbai, ça ressemble à quoi ? 

Ca ressemble à beaucoup de travail ! 

Ma journée typique ressemble à 20 minutes de rickshaw à travers un bidonville puis des meetings tout azimut. Un butter chicken et un naan commandés le midi au bureau. Des pauses coca sur la terrasse (avec vue sur la mer). Boulot jusqu’à 20 heures puis happy hour à la terrasse du Novotel avec une collègue (vue sur la mer à nouveau). 

Et dimanche à la piscine ou au spa. 

Ça, c'est quand je ne suis pas en déplacement professionnel ou en train de courir l’Inde pour le plaisir ! 

 

Qu'est-ce qui t'a donné envie d'écrire ce blog? 

Je dis souvent que j’ai commencé à écrire pour ma famille et mes amis (le jour de mon arrivée) et j’ai vite réalisé que plein de monde sauf ma famille et mes amis le lisaient ! Alors j’ai continué. 

En fait je crois que je l’écris pour moi-même. 

 

As-tu déjà rencontré du monde grâce à ton blog? 

Pas mal oui ! Physiquement et par mail. 

Je reçois pas mal de mails pour des conseils de voyage, d’installation, de recherche d’emploi et même des traductions de proverbe de français à hindi. 

 

Quel(s) conseil(s) donnerais-tu à celles et ceux qui souhaiteraient aller vivre à Mumbai/en Inde? 

Soyez patients… Il y a un dicton qui dit qu'en Inde si t'as de la patience tu la perds et si t'en as pas tu la gagnes. En fait c'est ça, en cercle... L'Inde, tu la découvres tous les jours, faut la laisser venir à toi, ne pas vouloir essayer de tout comprendre, tout analyser. Et le plus frustrant, c'est que quand tu commences à t'y sentir à l'aise, t'arrives pas à expliquer pourquoi!