Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 18 mars 2014

Les tribulations d’une Parisienne devenue Mumbaikar à Paris…

Il me faut souvent un moment pour me remettre du vol de nuit, et peut-être surtout des derniers mois passés en Inde (oui la vie en métropole indienne fatigue, tous les sens sont tout le temps sollicité, la foule, le bruit etc.) : je dors quasiment vingt-quatre heures après l’atterrissage !

Mais dès que j’ai récupéré je redécouvre ces petits trucs que j’avais oubliés et qui m’apporte tant de joie. Et je découvre ces petits trucs auxquels je me suis habituée en Inde et qui me manque…

inde,paris

Par exemple, quel bonheur d’être une touriste à Paris (la plus belle ville du monde ;) ) surtout quand j’arrive au mois de mars et que le climat est printanier avec le soleil et le ciel bleu ! Quel plaisir de se balader des heures dans les rues parisiennes sans rien d’autre à faire que de regarder autour de moi, les monuments, les gens, la pleine lune derrière les nuages… Les autorités crient au pic de pollution ?? J’ai bien la gorge sèche mais il me semble que c’est surtout à cause de la sécheresse (dans tout climat n’avoisinant pas les 80% d’humidité, j’ai désormais les lèvres qui gercent et de la peau de serpent qui apparaît sur les jambes au bout de quelques jours) : pic ou pas pic, Mumbai est au moins 3 fois plus polluée que Paris* ! Et puis impossible de songer à déambuler rêveusement là-bas : les villes indiennes n’ont pas été conçues pour les piétons. Et puis, une fois que mes pieds ont bien battu le pavé, que la nuit est tombée, entraînant avec elle les températures, je regrette un peu de ne pas pouvoir simplement héler un rickshaw, ou (soyons fou !) un taxi…

La joie de pouvoir se mettre en terrasse et commander un croque-monsieur, ou dans un bistrot et manger du foie gras poêlé suivi d’escargots et de ris de veau et pour finir d’un mi-cuit pas cuit au chocolat ! L’hallu quand la note arrive (même dans des restos qui ne payent pas de mine) : on est jamais loin de la centaine d’euros par personne – qui mange bien boit bien et je (re)découvre le goût des Français pour le vin ! J’ai invité récemment trois amis à Mumbai avec 5 plats, une demi-bouteille de vin et une carafe de bière pour 35 euros !! Et le porte-monnaie n'est pas le seul à prendre cher... Mon estomac, ou mon foie, s'est carrément mis en grève ! Faut dire je suis quasiment devenue végétarienne, par convenance...

La joie de prendre le métro (hors des heures de pointe) et d’être juste un mouton dans la masse. Personne qui me regarde comme si j’étais une sorte d’extra-terrestre : je suis à nouveau A-NO-NY-ME… Mais je perds le contrôle avec ma sale habitude de fixer les gens – tellement de gens bien habillés partout, des touristes, des étudiants, des gens beaux, des gens moches, je ne sais plus où donner des yeux ! – et finis par attirer le regard. Et puis la surprise quand je refuse de monter dans un taxi à trente mètres de chez moi et que le chauffeur me demande d’au moins prendre son numéro parce que je lui plais !

La joie de comprendre tout ce qui se dit ! De pouvoir à nouveau écouter les conversations des tables voisines !! Et puis vite ce sentiment de trop-plein d'informations qui me fait « décrocher » dans les conversations et de retourner dans une bulle que je me suis créée lorsque je ne comprends rien à rien et qui laisse grande place à l’imagination... Pour l’anecdote, je montais un jour dans un rickshaw au Kerala et mon collègue trouvait fou de ne rien comprendre à ce que lui disait le chauffeur (qui ne parlait ni Hindi ni Anglais, seulement le Malayalam). Il ne me restait qu’à lui souhaiter bienvenu dans mon monde !!

Le désagrément de trouver tous les magasins fermés le dimanche et de devoir réinventer des activités. La joie de partager des activités centrées autour de la famille le dimanche (du coup ;) ) !

La joie de retrouver ma famille ! Et la peine de laisser un peu de mon cœur en Inde…

 

*Mumbai has an index of 92.7 and ranks 15 of the most polluted cities whereas Paris is 115 with 62.5 (source: http://www.numbeo.com/pollution/rankings.jsp) ;Pic à 82 ces jours-ci à Paris : http://www.airparif.asso.fr/indices/resultats-jour-citeair. In 2008, the annual mean concentration of particulate matter of less than 10 microns of diameter (PM10) was 38 micrograms per cubic metre vs 132 for Mumbai (source: http://worldbank.tumblr.com/post/41207322814/outdoor-air-...)

samedi, 08 mars 2014

Interview sur ShoppingUnlike

J’ai été interviewée pour le site ShoppingUnlike.com. Voici ce que j'avais à dire! Merci à l’équipe de Shoppingunlike.com de leur intérêt pour mon blog...

Ici en PDF.

1.     D’où vient ta passion pour les voyages ?

J’avais 3 mois quand j’ai pris l’avion pour la première fois ! Mes parents étaient plutôt modernes pour l’époque !

Le premier voyage à l’étranger dont je me souvienne était en Tanzanie quand j’avais 10 ans. Ça m’avait bouleversée !!

Ensuite on a enchaîné les voyages pendant les vacances, puis les échanges de langue, puis Erasmus et je n’arrête plus !

2.     Pour quelle(s) raison(s) as-tu commencé à bloguer ?

Quand j’ai atterri en Inde je me suis dit que ce serait sympa et pratique de partager mon quotidien sur un blog avec ma famille et mes amis.

3.     Comment décrirais-tu ton blog en trois mots ?

En m’inspirant de commentaires : drôle, intéressant, intriguant

« Toujours un bonheur ton blog, et régulièrement mis à jour, beaucoup d'humour et un regard toujours attentif et pétillant sur le pays dans lequel tu vis pourtant depuis quelques années maintenant. Je suis fidèle à ton blog depuis quelques années, et t'encourage à continuer à partager tes aventures et anecdotes indiennes ! Encore merci :) »

Écrit par : Carole | dimanche, 16 juin 2013

4.     De quoi t’inspires-tu et qu’est-ce que tu aimes le plus dans le fait de bloguer ?

Je m’inspire de la vie… Des gens, des paysages, des réflexions, des lectures, il y a une richesse inépuisable en Inde pour qui est un peu curieux !

J’aime écrire depuis que je sais tenir un stylo. Ça me fait du bien. Quelque part, j’ai commencé à écrire pour les autres et maintenant j’écris beaucoup pour moi, tout en restant dans le partage.

5.     Pourquoi l’Inde ?

Un peu par hasard. A la fin de mes études j’ai galéré pour trouver un V.I.E. (en Amérique du Sud) et y en a un qui m’est tombé tout cuit dans le bec. Et c’était en Inde !

6.     Qu’est-ce qui te différencie des autres blogueurs voyage ?

Mon quotidien est un voyage ! Vivre en Inde (depuis 7 ans) est une aventure à soi tout seul ;) Et je pimente le tout d’anecdotes de découverte de chouettes coins du pays.

7.     Comment décrirais-tu les contacts que tu as avec tes lecteurs ?

Je n’ai pas énormément de contact à vrai dire. Je réponds évidemment à tous les mails, toutes les questions, même si je peux pas aider. Je me suis mise en quatre pour trouver une pièce de moto pour un lecteur une fois ! J’ai aussi fait de très belles rencontres via mon blog, de Français qui passaient par l’Inde…

8.     Avec quel appareil prends-tu tes photos ?

J’ai dû remplacer mon reflex Olympus par un Canon (Olympus n’en faisait plus) mais je suis pas fan. Du coup j’utilise beaucoup ma GoPro.

9.     Si tu pouvais faire un vœu, qu’est-ce que ce serait ?

Que la vie continue d’être aussi belle…

10.   Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui commence un blog ?

De ne pas trop se prendre au sérieux, de ne pas lésiner sur l’auto-dérision, de se remettre en question avant de remettre les autres en question, et de n'écrire que si on le fait par plaisir !

samedi, 22 février 2014

La vache qui valait de l'or!!

Un soir que j’avais besoin d’un petit remontant, une petite gâterie, je suis allée chez Santé (un micro-magasin spécialisé dans les produits importés) pour m’offrir… un steak ! Et là le type me sort ses steaks, ça faisait 8 ans que j’en n’avais pas vu d’aussi gros !! Ils venaient des USA ses steaks en même temps…

A la caisse, je tendis gaillardement ma carte sans même m’être enquise du prix : ce soir mon plaisir n’a pas de prix ! Puis je la retirerai prestement des mains de la vendeuse en entendant le montant : 3 500 roupies (40€) !! Pour 700 grammes de barbaque ?? A ce prix-là j’ai mieux fait d’aller à Dubai me faire une grillade !! J’ai donc délaissé les steaks…

Et je suis allée au Cold Storage (ce qui ressemble le plus à une boucherie de chez nous). J’ai demandé du tenderloin undercut – ce que je prends d’habitude, c’est fondant, c’est délicieux. Seulement voilà, tu ne peux qu’acheter le morceau entier. Or il n’en restait plus qu’un. Et le-dit morceau pesait 2 kilos. Déjà que je peine à chaque fois avec les undercuts d’un kilo (même en congelant les morceaux), je décidai que ça devait être un signe : pas de (sacrée) vache pour le dîner ce soir ! Mais bon vendeur, le gars réussit à me refourguer des cubes de bœuf local, 60 roupies pour 300 grammes. Qui dit mieux ??!!

Je me remettais à peine du choc causé par le différentiel de prix quand les cubes de bœuf atterrirent dans mon assiette. Non seulement je faillis me démonter la mâchoire à force de mastiquer mais en plus ça n’avait pas vraiment de goût (je me demande encore si c’était pas plutôt du buffle qu’il m’a vendu)… La prochaine fois je reste sur mon undercut à 250 roupies du kilo !!

Plus sur les vaches, le bœuf, la vénération et tout ça ici : http://www.indiansamourai.com/apps/search?s=vache