Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 15 mars 2020

Le Covid vu par une Française en Inde - Février 2020

5 février

  • Nombre de cas en France : 6
  • Nombre de cas en Inde : 1

Un collègue français me parle de Wuhan. Quezaco ?? Jamais entendu parler de ce bled ! Ni du virus qui s’y propage. Sa description me fait penser à un roman apocalyptique et puis je retourne à mon travail, j’ai d’autres chats à fouetter moi.

17 février

  • Nombre de cas en France : 11
  • Nombre de cas en Inde : 3

Une collègue française me demande d’écrire un message de soutien à nos collègues chinois. Bien contente que ce virus de mes deux viennent de Chine et non d’Inde – ça la fout mal pour l’image quand même – j’arrive à faire de l’esprit :

« Message d’un géant qui fait peur au monde à un autre géant qui fait peur au monde :

Les Indiens, comme les Chinois, ont quelques proverbes de sagesse antique vers lesquels se tourner en période difficile.

J’ai trouvé celui-ci : « Nous ne pouvons pas changer la direction du vent, mais nous pouvons ajuster les voiles. » Et si je suis sûre que l’équipe d’Andros China maîtrise les bases de la navigation ou du cerf-volant, il m’a semblé un peu bateau.

Et puis je suis tombée sur un autre : « Lorsqu’un éléphant est en difficulté, même une grenouille le frappera. » Mais soyez assurés que le petit batracien indien est là pour soutenir le pachyderme chinois dans ses épreuves de début d’année. Nous pensons fort à vous. »

En même temps, j’entends parler du nouveau racisme dont les Français d’origine chinoise sont victimes. Une vidéo sur Facebook me fait rire : Une fille d’origine asiatique descend dans le métro, le visage couvert par un masque et collé au téléphone : « Je ne sais pas ce que j’ai, je reviens juste de Chine, et je tousse. » Trois glandus qui squattaient les sièges sur le quai se lèvent et se barrent en courant. Elle s’assoit et les traite d’idiot en se marrant. Et puis elle se tourne vers un quatrième individu, un noir, et lui demande pourquoi il ne s’est pas enfui comme les autres. « Moi, j’ai ebola. » Comme un ressort elle se lève et détale. Dans quel monde vivons-nous !

Pour terminer, mes parents, qui prévoyaient un voyage en Inde, en passant par Abu Dhabi, ont préféré annuler, à cause du risque d’être assis à côté d’un passager infecté. Je me suis moquée – comme d’habitude. Franchement, quelles sont les changes d’avoir pour voisin un Chinois malade sur un vol Paris-Abu Dhabi. Pour une fois, la répartie était prête : un Britannique avait fait le trajet Singapour-les Alpes françaises (sans être jamais allé en Chine) a refilé le virus à plusieurs personnes avant de rentrer au Royaume-Uni et de se faire diagnostiquer. Les 3 premiers cas en France (et en Europe), de Chinois ayant séjourné à Wuhan, sont annoncés le 24 janvier 2020. Le 29 janvier, le Britannique était dépisté. Les Chinois ne sont plus les seuls coupables, la maladie se propage.

28 février

  • Nombre de cas en France : 57
  • Nombre de cas en Inde : 3, tous guéris

Je regarde les statistiques en France et en Inde, matin et soir. On dirait les J.O.

Les gens me posent de plus en plus de questions sur le mystère indien : 3 cas seulement ? Ne savent-ils pas compter ? Ne comptent-ils pas ? Les Indiens sont-ils immunisés naturellement – le Corona ne trouvant pas sa place parmi les autres maladies qui traînent genre dysenterie, tuberculose, jaunisse, malaria, dengue ? Fait-il trop chaud ? (Pourtant, dans le nord, c’est encore l’hiver.) Nous croisons les doigts parce qu’un virus hyper transmissible pourrait faire un véritable carnage en Inde :

  • Avec la surpopulation, ils ont l’habitude de vivre collés les uns aux autres. Faire la queue sans se frotter à son voisin, ce n’est pas envisageable.
  • Alors ok, ils font traditionnellement le geste du « namasté» au lieu de se serrer la main ou de se faire la bise, mais à part ça ils sont hyper tactiles et marchent volontiers en se tenant la main.
  • Selon la Public Health Association, seulement 53% de la population se lavent les mains avec du savon après défécation, 38% se lavent les mains avec du savon avant de manger et seulement 30% se lavent les mains avec du savon avant de préparer la nourriture.
  • Seulement un quart de la population totale de l’Inde a de l’eau potable chez elle. (source)
  • L’Inde aurait 739 024 lits d’hôpitaux dans des établissements publics – soit 0,6 lits pour 1 000 personnes (source). Les lits de réanimation représenteraient 5% du nombre total de lits (source), soit moins de 40 000. Et puis il faut voir les hôpitaux publics hein. Je voudrais pas cracher dans la soupe mais j’en ai visité un paquet, surtout les ailes réservées à l’accouchement où il n’est pas rare que plusieurs femmes partagent un lit pre et post-partum. La France a 3 lits en soins intensifs pour 1 000 habitants : 253 364 lits d’hôpitaux publics et 5 000 de réa (source)[4]. Je te laisse faire les maths et je nous laisse trembler (3 fois plus de lits d’hôpitaux, 8 fois plus de lits de réa, 20 fois plus d’habitants).
  • Et puis comment survivraient les pauvres, ceux qui gagnent leur pain quotidiennement, si on les forçait à rester chez eux. Ah oui c’est vrai, beaucoup n’ont pas de chez eux. C’est pas gagné.

Des rumeurs circulent sur l’influence des températures sur le virus. Il est tentant de se réfugier dans ce mince espoir.

Inde,expatriation,santé,corona,coronavirus,journal

Corona, coronavirus, virus, covid, covid-19, Inde

jeudi, 10 octobre 2019

Inde: Liens pratiques

Venir en Inde / Voyager en Inde :

Liens utiles en Inde :

Expatriation :

 Rencontrer des expatriés / échanger avec des expatriés :

 Liens pratiques pour expatriés :

 Trouver un job en Inde :

 Hindi :

lundi, 23 septembre 2019

Maid-in-India: un mal nécessaire

Récemment, j’ai, par inadvertance, entendu la conversation de deux Indiennes d’un certain âge. La première rentrait tout juste de quarante ans aux États-Unis et la deuxième avait un fils qui y vivait et qui lui demandait instamment de le rejoindre.

  • La première : Comme je suis contente d’être rentrée ! D’ailleurs, vous savez ce qui m’a le plus manqué là-bas ?
  • La première (sans laisser à l’autre le temps de répondre) : Les domestiques !!
  • La deuxième : Ah ben je veux bien vous croire ! D’ailleurs c’est surtout pour ça que je ne veux pas y aller. Ici j’ai deux personnes à temps plein chez moi, je ferais comment moi là-bas ?

Un peu estomaquée je fus. Que leur cercle social, leur famille leur manque, okay. Mais leurs femmes de ménages ? C’est Inde,india,maids,domestiques,employés de maison,chauffeur,femme de ménage,cuisinièred’ailleurs la raison pour laquelle ma voisine dont le mari a été muté à San Francisco refuse de le rejoindre. Elle est avocate et l’idée de devoir faire le ménage, la cuisine et conduire sa fille à l’école, non merci !

Le plus paradoxal dans cette histoire, c’est le comportement de ces maîtresses de maison avec celles dont elles ne peuvent apparemment pas se passer. Elles les payent le minimum (entre 100 et 300€) quitte à parfois aller les chercher mal dégrossies (texto) dans des villages, leur donnent 2 jours de congé par mois, et les traitent comme si elles étaient invisibles (au mieux) ou des esclaves (au pire). Elles s’étonnent ensuite de la rotation du personnel qui ne reste guère chez elles. C’est peut-être moins vrai à la campagne, ou dans la classe moyenne, mais c’est assez flagrant dans la société aisée urbaine, qui ne sait plus à quel saint se vouer pour se faire apporter son verre d’eau en paix.

Quant aux employeuses, elles ont leur conscience tranquille : elles créent de l'emploi, offrent des opportunités, et n'ont souvent pas grand-chose en retour : les femmes de ménage mettent rarement du coeur à l'ouvrage, parfois volent et rentrent à leur village (où vit leur famille) à la moindre occasion, les laissant dans la panade pile quand elles ont besoin d'elles pour préparer le thé aux invités.

FVAP4898.JPG

Il y a d’ailleurs des petits malins qui ont pensé à monter des agences de maids. Et la plupart sont de vrais filous. Les employées travaillent correctement un mois, le temps que l’agence touche sa com, et puis ça devient n’importe quoi. Une tâche non aisée donc, de gérer du personnel de maison en Inde. D’autant que faire la poussière quotidiennement est nécessaire, que la cuisine (indienne) prend un temps non négligeable, et qu’on préfère envoyer le chauffeur chercher les enfants à l’école plutôt que de passer soi-même deux heures dans les bouchons.

Les besoins en aide sont donc certainement plus élevés en Inde qu’en Europe ou aux États-Unis, et couplés, bien heureusement, avec une main d’œuvre encore bon marché. Mais si devoir faire son lit le matin est le prix à payer pour respirer un air qui n’a pas 286 μg/m3 de PM10 (contre une moyenne mondiale de 71, et ça c'était en 2010), ça vaut quand même le coup d’y réfléchir !

Un livre sur le sujet : Maid in India