Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 02 avril 2020

Le coronavirus vu par une Française en Inde - 2 avril 2020

2 avril - Témoignage

  • Nombre de cas en France : 52 128 (3 523 morts)
    • Jour de confinement : 16
  • Nombre de cas en Inde : 2 069 (50 morts)  
    • Jour de confinement à Gurgaon : 11 / National : 9

Pendant que je torticole à jeun – ça y est, je suis rentrée dans le collimateur de mon Indien préféré et je n'ai droit qu'à des jus, des infusions et des soupes –, que je regarde les tomates rougir et qu’entre deux coups de fil pros je fais faire les vitres à Samourai Junior, je voudrais partager le témoignage d’Aurélie. Aurélie est Française, mariée à un Indien et très liée à l’Inde où elle a une ONG. Je l'ai rencontrée via les réseaux sociaux, et hébergée un soir à Gurgaon, une belle rencontre. Et voilà qu’elle vient d’être rapatriée du Rajasthan à Paris (dimanche dernier). (L’ambassade de France est mobilisée à 200% à cette entreprise de taille vu que les transports inter-États sont interdits et que les avions ne partent que de 2-3 villes. Ils ont en plus du fil à retordre avec les hippies français dans leurs ashrams de Rishikesh et de Goa ne veulent pas rentrer au bercail, ou alors gratuitement, dixit un ami de l'ambassade. (Pour l’instant, il est recommandé aux résidents français en Inde de rester, sauf urgence médicale.))

inde,corona,coronavirus,virus,covid,épidémie,rapatriement,expatriés,français

Je lui laisse le clavier :

« Ma petite Inde.

Aujourd'hui se termine mon dernier aller qui m'emmènera chez moi.

Il y a quelques jours j'ai dû te quitter.

J'ai dû te quitter d'une façon si brutale, si différente, si difficile.

Alors il était important pour moi de raconter l'histoire. J'ai attendu avant d'écrire. J'ai attendu parce que j'étais en colère j'étais en colère mais pour parler de toi, je voulais le faire avec le cœur.

Samedi, je quittais la maison, précipitamment. Des aurevoirs trop rapides, trop succincts. Tant de choses à dire, à faire, mais il faut partir.

Devant la maison, un bus.

9 étrangers que l'ambassade tente d'extraire. Je prends ce bus, un dernier Namaste et déjà les kilomètres me séparent de ma vie paisible chez toi.

Sur la route une Inde vide. Une Inde confinée. Je te découvre vide de toi mon Inde. Tes couleurs sont cachées, ta vie s'est arrêtée, tes sourires sont oubliés. Il n'y a plus l'odeur des épices dans tes rues, je n'aperçois plus la fumée de ton chai tout juste préparé.

Tu es confinée. Comme le reste du monde, apeurée.

Les kilomètres se poursuivent. Nous voilà à Jaipur.

Malgré les efforts incessants de l'ambassade pour nous mettre en sécurité. Plus d'hôtel. La nuit est tombée déjà. On patiente. Il faut trouver où loger. Un ami indien nous propose de venir chez son oncle pour la nuit. Une nuit c'est tout ce qu'on voulait avant de partir pour Delhi.

Et là, mon Inde, j'ai pleuré. Parce que rien ne s'est déroulé comme nous l'avions imaginé. J'ai pleuré parce que les voisins criaient. Les voisins nous demandaient de partir. J'ai pleuré parce que j'étais humiliée. J'ai pleuré parce que la police nous a demandé de partir. J'ai pleuré parce que notre couleur nourrissait leur peur. J'ai pleuré parce que chez toi mon Inde, je me suis sentie rejetée.

Alors j'ai pleuré. Je t'en ai voulu. J'ai été en colère.

Est-ce ça L'inde ? Rejeter celui qui t'a tant aimé. Rejeter celui qui t'est fidèle depuis des années.

Rejeter la différence,

l'humanité,

l'autre,

l'étranger.

Depuis 10 ans déjà, c'est chez toi que je me sentais chez moi. Alors que t'est-il arrivé...

Puis ma colère s'en est allée. Mes larmes ont séché.

J'ai pris le temps. Le temps de comprendre. D'analyser. D'accepter ce qui c'était passé.

Et ma petite Inde, aujourd'hui c'est à toi que je demande pardon.

Je demande pardon pour t'en avoir voulu. Je demande pardon pour avoir généralisé la bêtise et la peur d'un groupe.

Parce que la réalité ma petite Inde, c'est que dans ce périple, tu n'as jamais cessé d'être là. Cet appartement où nous avons été chassés était celui d'un enfant du pays, ce chauffeur qui nous a conduit vers Jaipur était un enfant du pays, cette guesthouse où nous nous sommes finalement réfugiés, c'est encore le sourire d'un indien qui nous accueillait.

Parce que c'est chez toi ma petite Inde, qu'à tous les coins de rues, se cachaient des mains indiennes pour nous aider, des sourires pour nous rassurer, de l'aide pour nous accompagner.

Je te demande pardon ma petite Inde parce que grâce à toi et notre ambassade, nous avons pu rentrer avant la tempête. Ce n'était pas nous que tu bloquais dans ta rue, c'est le virus que tu redoutais. Ce n'est pas à nous que tu fermais tes routes, c'était à tout mouvement.

Oui ma petite Inde, un petit groupe s'est perdu dans sa bêtise mais toi tu étais là. Encore là. À nous demander de partir parce qu'il le faut pour nous. Tu nous as demandé de rentrer mais tu as aussi demandé à tes propres enfants qui vivent loin de toi de ne pas revenir. Tu te prépares à la tempête mon Inde. Tu as tellement à gérer. Tellement à faire. Tellement de choses peuvent se passer prochainement. 

Ce virus mon inde, mais aussi les catastrophes de ce confinement sur toi ma petite Inde.

Alors pardon, pardonne moi d'avoir douté de toi.

Pardonne moi d'avoir égoïstement pleuré ma peine de te quitter quand toi tu as tout ton pays à sauver.

Merci d'être toi mon Inde, merci de nous avoir accompagné jusqu'au dernier instant. Merci pour ton aide. Merci pour tes derniers sourires, merci pour tes derniers efforts.

Je prierai pour toi, car le plus dur reste encore devant toi.

Ma petite Inde, je reviendrai.

Je t'aime et je reviendrai.

Car c'est chez toi que je me sentirai toujours chez moi. »

[Aurélie Auffray]

2020.04.02.jpg

Corona, coronavirus, virus, covid, covid-19, Inde

jeudi, 26 décembre 2013

Des clichés sur les Francais (ou assimilés)

Quelques signes qui montrent que vous êtes Français de cœur 

« Que vous y avez vécu, étudié, ou vous avez récemment regardé l’épisode de Family Guy où Lois va à Paris. Avouons-le, nous voulons tous être Français. » 

 

1.Vous buvez trop de vin rouge mais juste parce que le vin c’est « moins cher que l’eau. » 

 

2.Vous avez regardé Jules et Jim et/ou Les 400 Coups dans leur intégralité sur youtube. 

 

3.Vous êtes arrêtés les cupcakes depuis que vous avez goûté un macaron. 

 

4.Vous matez la cérémonie des Césars avec votre chat Pierre. 

 

5.Vous faites encore et souvent référence à la Révolution française quand vous parlez politique. france,clichés,francais

 

6.Avaler un café sur le pouce est considérée comme une offense personnelle. 

 

7.Vous prononcez « Le Pain Quotidien » comme il faut et ça irrite vraiment vos amis à chaque fois. 

 

8.Vous avez les conjugaisons des verbes en boucle dans la tête au lieu de chansons de Miley Cyrus. 

 

9.Vous donnez des conseils non sollicités aux touristes français dans le métro, juste pour le plaisir de sortir votre meilleur Fraccent. 

 

10.Vous connaissiez Vincent Cassel avant qu’il doigte Natalie Portman dans Black Swan.

 

11.Mélanger des pâtes et du vous semble une bonne idée. 

 

12.Vous faites désormais du vélo en talons hauts et robe courte. 

 

13.Vous ne pouvez pas choisir entre Lea Seydoux et Mélanie Laurent. 

 

14.Vous prétendez que cette horrible tour de téléphonie cellulaire (Tour Eiffel) a été laissée là après l’exposition universelle de 1889. 

 

15.Les Misérables est d’abord un livre, puis une comédie musicale, puis un film. 

 

16.Vous regardez vos émissions télé préférées avec des sous-titres français, juste pour le fun. 

 

17.Le 4 Juillet est une date importante parce qu’après il ne reste que 10 jours avant la Bastille! 

 

18.La dernière fois que vous êtes allés chez le coiffeur et avez tenté une coupe classique Bob, vous êtes ressorti en sosie vieilli de Bon Jovi. 

 

19.Une cigarette ça vaut un repas, pas vrai?!

 

Source :http://www.Buzzfeed.com/sarahdunn/Signs-youre-French-at-Heart  

08:00 Publié dans N'imp | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : france, clichés, francais |  Facebook | |

dimanche, 24 mars 2013

Dis-moi comment tu conduis je te dirai qui tu es...

Passer des heures bloqué dans les bouchons en Inde laisse pas mal de temps pour cogiter... C’est ainsi que l'autre jour je me demandais si il ne pourrait pas y avoir un lien entre la façon dont les gens conduisent et leur façon de voir la vie. 

Bien sûr ça nous fait rester dans le domaine du cliché mais l’idée n’est pas complètement stupide, à mon avis. 

Inde,conduire,style de conduite,volant,allemands,francais,britanniques,blague

Udaipur

Non non ! Je ne suis pas en train de dire que les Indiens sont tous cinglés parce qu’ils conduisent comme des malades !  Quoique... 

Mais non, je me disais plutôt que que la seule règle de conduite en Inde à savoir « toujours regarder devant. Pas sur les côtés. Jamais en arrière » s'applique aussi à la façon dont ils conduisent leur vie. Toujours aller de l'avant plutôt que s’appesantir sur le passé. C’est probablement en partie lié au développement économique de l'Inde où tout (ou presque) reste à faire. Mais je pense que c'est aussi dans la nature des Indiens, une nature du genre "ne pas trop réfléchir (c’est du moins l'impression qu'ils donnent), être tourner vers l'avenir, profiter simplement des bons moments (il faut voir nos équipes se lancer dans des danses endiablées sitôt la musique allumée lors de nos séminaires)".

 

Pour revenir au style de conduite des Indiens, c'est tout bonnement chacun pour soi. Il n'existe pas de concept de « bien-être collectif », de « si je laisse cette personne passer d'abord, je ne bloquerai pas toute la rue pendant une heure ». Même chose quand il s'agit de faire la queue. Les Indiens ne font pas la queue, ni en voiture ni ailleurs. Je pense que c'est parce qu'ils n’ont rien à faire des autres ; ils sont les seuls qui comptent. Les Indiens des êtres individualistes ? Je crois oui (sauf quand il s'agit de la famille) – et qui peut les blâmer ? Avec une population de 1,2 milliards, c’est un peu un contre tous !

 

Maintenant vous me direz, qui suis-je pour critiquer ainsi ? Ne suis-je pas Française ? Ah les Français … Peut-être les pires conducteurs du monde (ou du moins d’Europe, soyons justes). J'ai hurlé de rire en lisant ce site qui nous décrit comme des « maniaques impatients, intolérants, agressifs même, dotés d’une conviction inébranlable de notre propre immortalité, et qui n’ont que peu de respect pour les règles de la circulation, en particulier pour tout ce qui concerne le stationnement (à Paris, une voiture est un dispositif servant à créer des places de stationnement) » – le reste est encore mieux, je vous laisse lire… Donc c'est comme ça que nous nous comportons au volant ; mais peut-être pas que non ? Le Français râleur, impatient, indiscipliné, ça me rappelle plein de gens !!!

 

Suivez-moi en Allemagne avec ce blog. Vous êtes au feu. "Oser contester l’autorité du bonhomme rouge et griller le feu sur une route complètement vide quand il est encore rouge, c’est de prendre des risques personnels considérables. Pas d’avoir un accident, la route est complètement vide après tout. Sauf si vous vous faites rentrer dedans par une voiture invisible, vous êtes en sécurité. Non, ce que vous risquez vraiment c’est le mépris, les coups de klaxon et les « Halte ! » criés par les Allemands qui se trouvent sur la scène de crime. Qui vont maintenant vous regarder comme un renégat irresponsable, voire suicidaire, définitivement asocial. » Ceci n’illustre-t-il pas le stéréotype du peuple allemand très discipliné et aimant suivre les règles ?

 

Les Britanniques eux conduisent plutôt prudemment … Au point qu'ils sont plus frustrés par leurs conducteurs trop lents que par les trop rapides ! Un temoignage du flegme britannique et de leur politesse légendaire ?*

 

Peut-être que j'ai tout faux, mais je me suis bien amusée en écrivant ce post !

 

Pour conclure, une petite blague sur les styles de conduite dans le monde :

 

« Une main sur le volant, une main sur le rebord de la fenêtre. Sydney 

Une main sur le volant, une main sur le klaxon. Japon 

Une main sur le volant, une main tenant le journal, le pied solidement enfoncé sur l’accélérateur. Boston 

Les deux mains sur le volant, les yeux fermés, les deux pieds sur le frein, frémissants de terreur. New York 

Les deux mains en l'air, gesticulant, les deux pieds sur l'accélérateur, la tête tournée pour parler à quelqu'un dans la banquette arrière. Italie 

Une main sur le klaxon, 

L’autre main faisant un salut, 

Une oreille collée au téléphone,

L’autre oreille tendue vers la musique qui joue super fort, 

Le pied sur l'accélérateur, 

Matant les filles qui passent, 

Discutant avec quelqu'un de la voiture d’à coté. 

Welcome to India!!"

 

Sources: 

Living in France: http://www.justlanded.com/english/France/Articles/Travel-Leisure/French-Drivers 

Living in Germany: http://venturevillage.eu/how-to-be-german-part-1 

* Living in the UK: http://www.thecheers.org/Entertainment/article_2222_English-Politeness-and-Manners.html ; http://www.telegraph.co.uk/motoring/news/8649662/Slow-drivers-cause-the-most-frustration.html 

Joke: http://www.asianjoke.com/general/driving_styles_around_the_world.htm