Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 28 novembre 2007

La Mort

Ma grand-mère est partie…

Je me suis dit que c’était l’occasion de se pencher un peu sur le concept de la mort (si particulier) en Inde (en particulier dans l’hindouisme).

Alors mamie, je sais pas si tu as réussi à casser le samsara pour atteindre le moksha, si tu as bien respecté ton dharma et tout ça, mais je te souhaite un bon voyage…

2317e91533a7ad5ea381d6b8d95cc450.jpg
Pour faire simple, il y a quelques concepts clé dans l’hindouisme qui se résument au pourquoi, comment, jusqu’où de chaque Etre :

·          Cause : briser le Samsāra (le cercle continu de la naissance, la vie, la mort et la résurrection),

·          But : atteindre le Moksha (libération de samsara),

·          Moyen : en respectant Dharma (agir correctement, en suivant son devoir personnel et les lois scripturales), car chacun est responsable de son Karma (action et réaction qui en découle) ou encore en pratiquant les différents Yogas.

Autrement dit, il existe un cycle de la vie continue, que l’on cherche à briser, en agissant selon ce que notre devoir nous dicte et en pratiquant des activités comme le yoga. Chacun est responsable de ses actions qui conduiront soit à la libération soit à la prolongation du cycle.

Pour aller un peu plus loin (n’hésitez pas à corriger si je me plante), voyons les différents points :

1.       Samsāra : le cycle éternel qu’il faut briser

Le mot Samsāra vient de « couler ensemble », passer par des états, se balader.

C’est le cycle éternel de l’action, réaction, naissance, mort et résurrection. Le Samsāra procure des plaisirs éphémères qui mènent les gens à vouloir renaître pour à nouveau connaître les plaisirs d’un corps mortel. On pense qu’après plusieurs réincarnations, un individu finit par trouver l’unité avec l’esprit cosmique. Ce cycle est accepté comme un fait de nature. Dans l’hindouisme, c’est un état d’ignorance de son soi propre ou de l’Etre Même. C’est un état d’illusion qui conduit l’âme à croire dans la réalité du monde temporel (ou phénoménal) qui conduit à la conscience du corps.

2.       Moksha (ou nirvana ou samadhi ou mukti) : l’état de conscience supérieure

L’idée est donc de sortir de cet état d’illusion pour… marcher vers la lumière ! Ca fait un peu ridicule dit comme ça mais en fait c’est ça. C’est la fin (la libération) du cycle de la mort et de la renaissance, la fin de la souffrance et des limites de l’existence terrestre et l’accès à un état de conscience supérieure.

Le Moksha c’est :  ·          La réalisation de l’union de l’individu avec Dieu, ·          La réalisation de la liaison éternelle de l’individu avec Dieu, ·          La réalisation de l’unité de toute existence, ·          Le non-égoïsme parfait et la connaissance du Soi, ·          L’atteinte de la parfaite paix de l’esprit, ·          Le détachement des désirs terrestres.

37bafced8857e075208545777a6c859c.jpgC’est un peu comme le salut pour les Chrétiens. Cependant, plutôt que d’être une récompense post-mortelle pour ses bonnes actions sur Terre, la libération est vécue comme une dissolution du sens de soi comme un individu égoïste qui empêche de connaître l’esprit pur (d’où la crémation).

Le Moksha apporte la paix ultime (Shanti), la connaissance ultime (Videh), l’illumination ultime (Kaivalya) et le paradis ultime (Swarga).

La danse dans le temple sacré hindou est symbolisée par Shiva levant sa jambe droite, comme se libérant de la gravitation du monde matériel.

3.       Karma, Dharma et Yoga

Comment donc se libérer de Samsāra pour atteindre le Moksha? En pratiquant le Karma et le Yoga.

·          Karma

On peut traduire Karma par action, travail et le décrire comme « la loi morale de cause à effet ». Le Karma lie entre elles les notions de libre volonté et de destinée. Le concept général est le suivant : le Karma est la somme de tout ce qu’un individu a fait, est en train de faire, et fera. Ce n’est ni une rétribution, ni une vengeance, ni une punition ou une récompense. Les effets de toutes les actions créent des expériences passées, présentes et futures, ce qui fait que chacun est responsable de sa propre vie, et de la joie ou de la souffrance qu’il apporte aux autres. Ce qui amène à la « Loi de Karma » selon laquelle toutes les créatures vivantes sont responsables de leur Karma – les actions et les effets de leurs actions – et de leur libération.

Dans l’hindouisme, on trouve la première et la plus dramatique illustration du Karma dans la Mahabharata. Dans ce poème, Arjuna, le protagoniste, se prépare à la bataille quand il réalise que l’ennemi est en fait les membres de sa propre famille. Il décide de ne pas se battre. Son conducteur de char, Krishna – une des incarnations de Dieu (Vishnu) – explique à Arjuna entre autre le concept de « devoir » et lui fait comprendre que son devoir est de se battre.

Attention, si le Karma, est le terme pour dire les principes universels de cause et d’effet, d’action et de réaction qui gouvernent la vie, ce n’est pas la fatalité, ni le déterminisme. En effet, chacun agit avec une volonté libre, créant ainsi sa propre destinée. Donc, si on sème de la bonté, on récoltera de la bonté. Si on sème le mal, on récoltera le mal.

·          Dharma

Voici les 4 buts de la vie :

1.        Kāma: Plaisir des sens et jouissance

2.        Artha: Prospérité matérielle et succès

3.        Dharma: Action correcte, suivant son devoir personnel et les lois scripturales

4.        Moksha: Libération du cycle de Samsara

Grosso modo, à terme, le Dharma et le Moksha doivent supplanter le Kāma et l’Artha. Certains courants impliquent de renoncer également au Dharma, pour se consacrer à Moksha.

En sanscrit, le Dharma signifie l’ordre à la base dans la nature et la vie, considérée comme en accord avec cet ordre. On traduit ce mot par « loi », en référence à cet ordre qui rend possible le cosmos et l’harmonieuse complexité du monde naturel. Le concept de loi naturelle ou divine a, au travers de l’histoire de la civilisation indienne, gouverné les idées de bonne conduite. Le Dharma c’est la bonne conduite, la droiture, la vertu, le devoir. Toutes les religions indiennes considèrent le Dharma comme la bonne compréhension de la Nature (ou de Dieu, comme origine de la Nature). Suivant ces traditions, les êtres qui vivent en harmonie avec le Dharma atteignent plus vite la libération.

Le symbole de Dharma (la roue) est le motif central du drapeau national. Je suis d’ailleurs un peu confuse là-dessus parce que cette roue est aussi le métier à filer qu’utilisait Gandhi (on montre les différents croquis à Mani Bhavan, à Bombay). C’est peut-être un peu la même chose…

·          Yoga (que ma mère pratique activement, comme on peut le constater !) e1ecfc41d5007235ba7a73cfa891e936.jpg

Dans l’hindouisme, l’auto-réalisation (par les 4 yogas (disciplines) ou margas (voies) – que l’on peut pratiquer séparément ou pas) est la clé pour atteindre le Moksha :

Bhakti Yoga (la voie de l’amour et de la dévotion),

Karma Yoga (la voie de l’action droite),

Rāja Yoga (la voie de la méditation) et

Jñāna Yoga (la voie de la sagesse).

Le Yoga est un groupe d’anciennes pratiques spirituelles originaires d’Inde. Comme terme général de l’hindouisme, il fait référence aux « technologies ou disciplines d’ascétisme et de méditation qui doivent mener à l’expérience spirituelle et la compréhension profonde de la nature de l’existence ». En-dehors de l’Inde, on associe surtout le Yoga à une pratique de postures, à une forme d’exercice. Celui qui pratique le Yoga est appelé yogi.

Rituel:

Lorsqu’un hindou se sent mourir, il est entourré de rites religieux et de cérémonies pour le soutenir. Avant qu’il ne meurt, le fils aîné et ses proches versent de l’eau, si possible du Gange (la rivière sacrée) dans la bouche du mourant. Il y a des chants, qui agissent un peu comme une berceuse.

Ensuite, la crémation a lieu dès que possible (sauf si le défunt a moins de 3 ans auquel cas on l’enterre). Petite anecdote : à cause de la déforestation entraînée par le nombre de crémation, le gouvernement a décidé récemment d’ouvrir des crématoriums électriques. Mais ça va contre la tradition…

Avant la cremation, on lave et oint le corps, on coiffe les cheveux et la barbe et on met des vêtements neufs, ou au moins propres, au cadavre. Puis le corps est placé sur un bûcher, dont le fils aîné fait trois fois le tour, jetant à chaque fois de l’eau sacrée sur le défunt. Ensuite il met le feu avec une torche bénie.

13:35 Publié dans IncredIble India | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : inde, mort |  Facebook | |

Les tigres!!!

26fba8db16562c14a6edf60a5f965dc3.jpg
Les chiffres parlent d’eux-mêmes (article du Times of India, 24 novembre 2007 : http://timesofindia.indiatimes.com/India/Less_than_1700_tigers_left_in_the_wild_now/articleshow/2568293.cms ):

« Il y a moins de 7500 tigres en liberté. On en avait compté 3642 il y a 4 ans (avec une méthodologie controversée). Les Etats du centre de l’Inde ont perdu plus de la moitié de leur population à cause du braconnage et la fragmentation de l’habitat. Il ne reste plus que 461 tigres sur 1233 précédemment. Par exemple le Madhya Pradesh comptait 710 tigres en 2002 et n’en a plus que 300… (26 dans Chattisgarh, au lieu de 227 et 103 dans le Maharashtra (mais pourquoi je suis allée aussi loin ??!). »

Nous avons choisi le Madhya Pradesh, et la réserve de Kanha. Je voulais Bandhavgarh (paraît qu’on est assuré à 200% de voir des tigres là-bas).  Il y aurait dans les 130 tigres (8 ont des colliers, et paf c'était pour nous!! mais est-ce qu'ils sont vraiment sauvages??)... Bon la meilleure saison c'est mars-avril quand la sécheresse arrive et que les tigres sont obligés de sortir de la jungle. A éviter absolument les week-ends: les prix doubles et les Indiens rappliquent (c'est pas pour critiquer mais une jeep bourrée de 8 Indiens, notamment des enfants, ça peut être bruyants!).

On peut faire 2 safaris par jour. Départ le matin à 5h30 (dans un froid glacial, dans les 5°C) (les portes du parc ouvrent à 6h), pour un safari de 6h. Départ l’après-midi à 14h30, pour un safari de 3h. Les jeeps sont obligatoires, ainsi que le guide du parc, dont le seul rôle est de s’assurer que les règles (et notamment le plan de route qui doit éviter les bouchons) soient bien respectées. Et ça marche ! Pas un Indien qui pisserait n’importe où… Qui l’eût cru ? On n’a même pas eu le droit de ramasser une épine de porc-épique qui venait de se faire bouffer par un tigre !

Les tigres sont les rois. Assis au milieu de la route, ou la traversant (entre 15 jeeps) – un coup d’œil à droite, un coup d’œil à gauche, et c’est parti –, une nonchalance remarquable… Rien à foutre de rien. On en a vu 2, des jeuns, un mâle et une femelle, en 4 safaris. Et puis plein d’autres animaux. Important : il faut savoir apprécier TOUTE la vie sauvage, et pas seulement traquer le tigre. Parce que c’est vraiment magnifique. On a loupé le léopard (y en aurait 88 à Kanha, et c’est aussi une espèce en voie de disparition mais tout le monde s’en fout !). Perso, j’ai adoré les singes, qui ont une pause terrible et qui donnent (ainsi que certains oiseaux) l’ « alarm call » dès qu’ils voient un tigre (c’est comme ça qu’on les repère). Bon des fois, y a des « missed calls »…

Il est possible de faire des safaris à dos d’éléphant. Les types partent traquer le tigre à 4h du mat’ et dès qu’ils en voient un, ils appellent les touristes qui montent sur l’éléphant et vont voir le tigre. Nous on n’a pas eu de pot : soit nous nous étions enregistrés trop tard pour le safari, soit les éléphants étaient réquisitionnés pour chercher un tigre blessé (des chanceux ont vu deux tigres mâles se fighter, ah dure loi de la nature !! d’ailleurs il n’est pas rare que les pères tuent les bébés mâles…).

En plus de ça notre hôtel était terrible, tout vide, super bonne bouffe, soirée au coin du feu sur notre terrasse. Pas de bruit (c’est bien la première fois, en un an !). Pas de télé. Coucher à 9h !! Des vraies vacances !!!

mardi, 13 novembre 2007

Bouge ton boule c'est Bollywood!

Un an et une semaine en Inde et je n’en ai jamais parlé… My God. Faut dire que ça fait à peine un mois que je m’y suisc9611f2b10bf44136683ae3fc228b4d3.jpg mise (bon mais j’en ai vu 5 pendant ce laps de temps !). Et pourtant, pas un dîner où les acteurs Bollywood ne sont pas évoqués (c’est comme le cricket en somme). Mais pour les potins, on verra plus tard (Dallas à côté c’est de la gnognotte). http://www.bollywoodgossips.net/

4c5a1686fcd7a0ec1f55b6d5515442b0.jpgDimanche, j’ai vu Om Shanti Om. C’est l’histoire d’un type figurant qui est amoureux d’une jeune première qui sort avec un producteur. Et puis plein d’intrigues après… La 1ère partie c’est le cinéma des années 70 (ah non mais les Indiens avec des fringues des sixties c’est exceptionnel), la 2nde le cinéma des années 2007. Les plus du film (selon moi) : on comprend tout même sans capter les dialogues et c’est une satyre du cinéma bollywoodien (j’ai halluciné en lisant que la productrice voulait en faire une « ode à l’ère dorée du cinéma », ils sont tous complètement tournés en ridicule). Il y a beaucoup de critiques négatives sur le film (mais je suis pas assez connaisseuse pour comprendre) ; l’important c’est que tout le monde s’accorde pour dire qu’il est divertissant.

Le trailer : http://www.youtube.com/watch?v=Hh2u5vXQsq8

Le hit : http://www.youtube.com/watch?v=kYsIzdK0DP8

ETymologie : « porte-manteau » de Bombay et Hollywood. Bollywood fait donc référence à l’industrie cinématographique de Bombay/Mumbai – attention, ce n’est pas l’industrie indienne, il y a des tonnes de genres différents. On les appelle aussi les masala films (masala = mixture d’épice).

Histoire : « Bollywood est un terme qui déplaît souverainement aux réalisateurs hindis ; ils rappellent que l’industrie du cinéma existe à Bombay depuis plus longtemps qu’à Hollywood, puisque les premiers studios américains se sont créés sur la côte Est avant de déménager en Californie au début du XXème siècle. Les frères Lumière ont amené le cinématographe à Bombay en 1896, quelques mois seulement après avoir présenté leur merveilleuse invention à Paris. […] » (Suketu Mehta, Bombay Maximum City). Le 1er film indien (silencieux) a été tourné en 1913 (Raja Harishchandra). Dans les années 30, 200 films étaient produits chaque année. Le 1er film parlé, en 1931, a été un super hit (Alam Ara). A la fin des années 50, la couleur est arrivée mais ne s’est vraiment imposée que dans les années 65. Depuis les années 2000, Bollywood se modernise : devenu célèbre dans le monde entier, il faut être à la hauteur !

Quelques chiffres (Suketu Mehta, Bombay Maximum City):

« En ce début de XXIème siècle, l’industrie indienne du spectacle pèse près de 3 milliards d’euros. Cela ne représente qu’une part infime des 230 milliards d’euros qui y sont investis chaque année dans le monde, mais l’Union se classe tout de même au premier rang mondial pour le nombre de réalisations et de spectateurs. Elle produit en moyenne 1000 longs-métrages, 40 000 heures d’émissions télévisées et 5 000 albums de musique qui sont exportés dans 70 pays. Chaque jour, 14 millions d’Indiens voient un film dans les 13 000 salles du sous-continent ; et les films indiens attirent dans le monde un milliard de spectateurs de plus que les productions hollywoodiennes. La télévision n’est pas en reste : 60 millions de foyers possèdent un téléviseur, et près de la moitié (28 millions) étant câblés, les ruraux comme les citadins ont le choix entre une bonne centaine de chaînes. […] L’Inde est un des rares continents où Hollywood n’ait pas réussi à se creuser mieux qu’une petite niche ; les films américains comptent à peine pour 5% du marché. Les cinéastes hindis font d’ingénieux saboteurs. Alors que partout ailleurs le cinéma a été terrassé par Hollywood, l’Inde a absorbé Hollywood dans la grande tradition hindoue : elle l’a accueilli à bras ouverts, n’en a fait qu’une bouchée et l’a régurgité. Joyeux métissage de tous les genres connus jusqu’alors, le produit de cette digestion est une nouvelle divinité à dix têtes.

Les règles :

1.       Durée : 2h45-3h, avec parfois l’hymne national au début (il faut alors se lever) et toujours une pause au milieu.

2.       Chants : Les films bollywood sont avant tout des comédies musicales. Il y a entre 5 et 15 séquences chantées. Toutes en playback (comme tous les dialogues d’ailleurs). Les chansons sortent en général avant le film, alors mieux vaut que ce soit des tubes : ça assure l’audience dans les cinémas !

3.       Danses : En général, les chants s’accompagnent de danses et là, c’est le top du top. Enorme. Fantastique. Parfois la danse est justifiée dans l’intrigue, des fois elle tombe comme un cheveu sur la soupe. Mais quoi, ils ont juste envie de se remuer, ça arrive ! Un petit trajet en bus ? Chantons ! Dansons ! Les acteurs sont donc obligés d’être de bons danseurs. Les danses sont un mélange de danses traditionnelles et de « western style » (pop) – celles-là, c’est les mieux, des nanas à moitié à poil qui se remuent le boule, un truc de ouf. Si c’est une danse à deux, alors le décor se doit d’être à la hauteur : le must, les paysages du Cachemire (on dirait les Alpes enneigées) ou des chefs d’œuvre d’architecture. Notons aussi les changements de costume plus que nombreux pour chaque danse.

4.       Intrigue : Les Indiens ont un petit penchant pour le mélodramatique. Le grand classique ce sont les amants contre les parents en colère, les triangles amoureux, les liens familiaux, le sacrifice, les flics corrompus, les kidnappeurs, les méchants, les courtisans au grand cœur, la famille perdue de vue, les frères et sœurs séparés par le destin, les renversements de situation et des coïncidences qui tombent bien… L’idée de base c’est que quand on va au ciné, on oublie le reste. Peu importe la finesse du film, les gens veulent sortir de leur routine (peut-être surtout ceux qui ont la vie vraiment dur). Et en général ça marche !

5.       Bisous : Les conventions changent. Les bisous sont maintenant autorisés !! (Avant c’était tout dans le suggestif ; j’ai été choquée quand les héros se roulent une pelle magistrale dans Dhoom 2.) Et puis ça se passe plus facilement en ville, avec les « usages modernes » plutôt qu’à la campagne, avec les mariages arrangés. Et puis y a de moins en moins de danses (et ça c’est très grave si vous voulez mon avis).

6.       Spectateurs : C’est l’anarchie. Les gens viennent avec des nouveau-nés, ils parlent à voix haute, répondent au téléphone. No complex. J’ai jamais autant jonglé que pour un film d’horreur américain : ils se sont mis à faire les animaux de la ferme, au 4 coins de la salle. Suketu Mehta (Bombay Maximum City) précise que : « Les salles de cinéma indiennes n’ont rien de commun avec les caissons de relaxation collective proposés aux cinéphiles occidentaux. D’abord, il est hors de question ici d’intimer aux autres de se taire. Chacun dit ce qu’il a envie de dire, et souvent le public converse avec les personnages. Quand une divinité apparaît à l’écran, certains lui jettent de la monnaie ou se prosternent dans les allées. Les bébés braillent. Pendant les séquences chantées, un spectateur sur quatre sort acheter une boisson fraîche ou une friandise dans le hall d’entrée. Dans ces conditions, tout dialogue un peu subtil est exclu parce qu’il serait tout simplement inaudible. »

07:05 Publié dans IncredIble India | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : inde, bollywood |  Facebook | |