Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 14 décembre 2008

Je vais bien tout va bien…

« Ils sont pauvres mais ils sont heureux. »

« Les Indiens ils sourient tout le temps. »

Des clichés qui reviennent en permanence…

Les Indiens sont-ils un peuple heureux ? Ou un peuple plus heureux qu’un autre ? Impossible à dire, selon moi. Et puis je ne vois pas bien l’intérêt d’un tel classement.

 

Tout ce qu’on peut dire c’est que les Indiens se suicident comme les autres (enfin un peu moins quand même). Et même que ça inquiète les autorités.

 

Article du TOI du 3 décembre : Article_TOI_Suicides_031208.pdf

 

14 personnes se suicident toutes les heures en Inde. Les raisons varient : de l’échec d’une relation à la banqueroute, en passant par la maladie et l’exclusion sociale

-          23,8% : problèmes familiaux

-          22,3% : maladie prolongée

-          2,8% : échec amoureux

-          2,7% : banqueroute

-          2,6% : dispute à propos de la dot

 

1 suicidé sur 3 est un jeune.

1 suicidé sur 5 est une femme au foyer.

 

Il y a une augmentation de 3,8% du nombre de suicidés entre 2006 et 2007 (total en 2007: 122 637 suicidés, dont 43 343 femmes soit plus de 35%).

 

En tête, le Maharashtra avec 12,4% des suicides.

264 morts sont classées comme « suicide familial ou de groupe » ; et là, le Kerala est en tête, avec 39 cas.

 

Pour plus d’infos sur le suicide en Inde, visitez le site : http://www.maithrikochi.org/india_suicide_statistics.htm

On y apprend notamment que les Keralais sont les plus enclins au suicide ; le taux de suicide au Kerala (pourtant le « jardin de Dieu ») est 3 fois supérieur à la moyenne nationale. 26 personnes meurent par suicide chaque jour (plus 75 tentatives) ; et 80% des suicidés appartiennent au groupe des 15-59 ans.

 

Et un autre article, davantage concentré sur Pune, en date du 25 aout : Article_Times of India_Deaths unexplained_250808.pdf

 

D’après la Prevention of Crime Branch (PCB), 529 personnes se sont suicidées l’année dernière à Pune – 582 en 2006 et 506 en 2005.

Les raisons :

-          161 : problèmes familiaux

-          116 : maladie prolongée

-          33 : dérangement mental

-          25 : drogue

-          16 : chômage

-          14 : échec amoureux

 

Ce qui est inquiétant c’est que la tendance montre que de plus en plus de gens éduqués se suicident ; de plus en plus de jeunes diplômés font le pas… Ici on les appelle « techies » (techniciens ingénieurs). Ils travaillent beaucoup, avec énormément de pression et de stress.

Autre nouvelle tendance qui perturbe la police : les personnes qui se suicident n’ont pas un comportement anormal avant de mettre fin à leur vie.

 

En conséquence, une ONG basée à Pune, « Connecting », a ouvert une helpline pour prêter une oreille attentive aux personnes en détresse. Ils reçoivent au moins 2 appels par jour, des gens de tous âges appellent.

En général, la jeune génération se sent inutile, sans valeur, en tant qu’être humain. Ils ont le sentiment que le monde est sans espoir et qu’ils sont incapables de le changer.

En ce qui concerne la génération d’avant, ils se sentent toujours inutiles pour leur famille.

Les problèmes changent avec l’âge. Beaucoup se plaignent de dépression à cause de problèmes relationnels et de fossé entre les générations.

 

Maintenant, replaçons l’Inde dans le contexte mondial et… dédramatisons… un peu…

 

Oui, près de 100 000 personnes se suicident en Inde tous les ans, ce qui fait que l’Inde contribue à elle toute seule à plus de 10% des suicides dans le monde.

Le taux de suicide augmente régulièrement et a atteint 11,2 pour 100 000 personnes en 1999 (soit une augmentation totale de 78% par rapport au taux de 1980).*

Table suicides.JPG

 

MAIS, selon les estimations de l’Organisation Mondiale pour la Santé (OMS), en l'an 2000, à peu près 1 million de personnes se sont suicidées et 10 à 20 fois plus ont fait des tentatives de suicide à travers le monde. Ceci représente en moyenne 1 mort toutes les 40 secondes et une tentative toutes les 3 secondes. Ainsi, le constat doit être fait qu'il y a plus de morts par suicide que de morts provoquées par tous les conflits armés à travers le monde.*

 

En Inde, en 2007 il n’y a eu « que » 1 mort toues les 4 minutes (soit 123 000).

 

-          Lituanie :                 38,6 suicides pour cent mille personnes,

-          Japon :    21,9 suicides pour cent mille personnes,

-          France : 17,6 suicides pour cent mille personnes,

-          Chine :                    13,9 suicides pour cent mille personnes,

-          Inde :                      11.2 suicides pour cent mille personnes.

 

Voir le tableau ci-dessous (source : http://fathersforlife.org/health/who_suicide_rates.htm) ou Wikipedia (http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_countries_by_suicide_rate)

Table suicides 2.JPG

 

Sources :

* http://www.maithrikochi.org/india_suicide_statistics.htm

** http://www.doctissimo.fr/html/psychologie/mag_2003/mag0131/dossier/ps_6433_suicide_monde.htm

10:31 Publié dans IncredIble India | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : inde, suicides |  Facebook | |

jeudi, 11 décembre 2008

Vous avez des vieux journaux??

C’est connu, les Indiens sont les rois du recyclage ; rien ne se perd ici… C’est quand même plutôt chouette non ?!

Voici donc le mec qui ramasse les papiers pour le recyclage. Il m’a débarrassée de 17 kilos (dument pesés comme vous pouvez le constater) et je l’ai délesté de 85 roupies (5 roupies le kilo).

Vous pouvez également constater ma passion pour le Times of India que j'avais renoncé à jeter depuis plus de 6 mois...

Ninad Bedekar0002.jpg

samedi, 06 décembre 2008

Hommage à ma pote

Hommage à ma pote Deepi, une jeune dentiste du Punjab, Sikh de religion.

 

Lorsque je l’ai rencontrée, elle était amoureuse d’un bong (un Chrétien du Bengale) qu’elle fréquentait depuis 5 ans, vivant une relation plutôt libre, loin de chez elle, à Pune. Envisageant le mariage, elle s’est ouverte sur sa relation à sa mère qui lui a dit… « pas moyen ma chérie ».

« Et puisque c’est comme ça, tu reviens à la maison en décembre, le temps de te trouver un ptit mari. »

Obéissante, respectueuse des traditions et de sa famille, Deepi ne s’est pas enfuie avec son bong. Non. Elle l’a quitté.

Et s’est maquée avec un Kashmiri musulman. (Si ses parents apprennent ça, un Musulman après un Chrétien, ils vont avoir une attaque cardiaque!)

 

Il lui reste un mois pour, dixit elle-même, « profiter de sa liberté » (traduction : picoler, fumer et câliner son copain en public). Et ses parents « ont intérêt à lui trouver un bon mari ».

 

Ceci n'est pas une critique ni même sarcastique mais bien un hommage parce que même si elle a l’air de s’éclater, elle fait quelques sacrifices qui ont l’air d’avoir un peu de mal à passer…