Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 24 mai 2012

Comment se débarrasser d’un voisin en beauté en 4 étapes…

Quand j’ai emménagé à Delhi, j’étais pleine de bonnes intentions… J’avais en tête d’éviter les mêmes erreurs qu’à Mumbai par exemple et aller faire connaissance des voisins. Et finalement non.

Enfin j’ai bien parlé avec la vieille du rez-de-chaussée (j’avais oublié ma clé) mais elle ne jure que par mon Indien préféré (ils ont des connexions communes avec la Cour Suprême).

J’ai également fait la connaissance de mon voisin de palier après deux mois de cohabitation. Ce fut à l’occasion d’un carnage : le chat de l’immeuble avait défoncé mon sac poubelle et y en avait partout. J’étais en train de nettoyer quand il est venu me « faire une suggestion » : « pour éviter de salir ton perron, et le mien, ce serait mieux que tu laisses le sac dans l’escalier, au moins les ordures ne seront pas sur notre palier, quand on reçoit ça fait mauvais genre. » Evidemment je n’ai pas pu m’empêcher de demander si ça fait meilleur genre dans l’escalier, et de lui dire que sa solution n'en était pas une.

Le lendemain j’ai acheté une bien jolie corbeille en osier et si il a un déchet à lui qui arrive sur mon palier il va m’entendre !!

Pour revenir au sujet qui nous occupe…

Le jour où j’ai reçu mes cartons, j’étais tranquillement en train de déballer quand j’entends une conversation. J’entends tellement bien, on dirait qu’ils sont dans l’appartement ! Et ça dure ! Je me dis qu’ils sont quand même gonflés de discuter le bout de gras devant ma porte ! Et là, horreur, j’ai réalisé que c’était chez mon voisin !! La pauvre porte en bois qui nous sépare ne sert à rien. Enfer et damnation…

En plus j’avais prévu d’acheter des enceintes de ouf et ça me gênait un peu de l’inviter au cinéma, avec le son mais sans les images !

Lire la suite

mercredi, 02 mai 2012

Comment se mettre un éléphant dans la poche

 Une expérience dont je rigole encore…

 On a tous LE client casse-couilles. Celui qui cherche toujours la petite bête, qui appelle dix fois par jour mais que tu ne peux pas envoyer bouler parce que 1. c’est un client et 2. c’est un bon client.

 N’empêche que chaque fois que tu vas le voir, tu sais que tu vas en prendre plein la tête pendant une heure…  Appelez-moi masochiste, mais j’y vais tous les mois.

 Une soixantaine d’année, un bon quintal.

 Mon collègue le voit arriver de loin et me glisse « tiens, voilà l’éléphant ! » (oups c’est pas bien).

 Et là, dialogue de dingue :

-          Moi : « Bonjour Monsieur, comment allez-vous ? »

-          Lui (avec un grand sourire) : « Ah vous trouvez ?? »

-          Moi : ?????

-          Lui : « Ah oui, peut-être bien que j’ai perdu un peu de poids ! »

-          Moi (qui suis en train de comprendre qu’il croit que je lui ai dit « mais vous avez maigri ! ») : « Ah ben oui quand même, c’est bien visible ! »

 Le type ça l’a mis d’une humeur formidable !

 J’ai passé l’heure suivante à écouter ses griefs et la conclusion de mon collègue : « il était de bonne humeur aujourd’hui » (quand il n’est pas de bonne humeur, on écoute les mêmes plaintes mais c’est beaucoup plus agressif et on sort de là sur les dents).

 C’est énorme !! A réutiliser…

samedi, 28 avril 2012

Le produit magique

Je ne parle pas souvent du boulot mais là quand même ça vaut le coup…

Alors voilà, j’allai rendre visite à un pharmacien la semaine dernière.

Le type il te dégoûte rien qu’à le regarder. Il mâche du paan (un mélange de feuille de bétel, de noix d’arec et de tabac) à longueur de journée, donc quand il te parle, forcément il a la bouche pleine. Et ce ne serait que ça… Ca déborde de partout, il en a plein au coin des lèvres.

J’ai même entouré sur mon bloc-notes le postillon rouge de paan qu’il a balancé.

Répugnant.

A part ça un type assez sympa, bien que très suffisant.

Il m’a longuement expliqué comment protéger mon entrepôt de la poussière. Pour donner plus de poids à ses propos, il m’a montré mes bras en me disant que j’étais en train de me décomposer et que ma peau ne se régénérait pas avant deux ans (allons bon !). Et là il me sort la « crème magique » (je cite), le truc « qu’on ne trouve nulle part en Inde ». C’était tellement magique que c’était dans une boîte en carton complètement poussiéreuse.

Et là, il se met à déboucher le tube, m’en mettre sur le bras et me dire de faire pénétrer. Pleine de bonne volonté, je masse. Je masse. Je masse. La crème/gel se met à faire des boulettes gluantes bleues qui se collent à mes (pourtant pas nombreux) poils de bras.

Pas concluant ton truc mon vieux !

Allez, vaut mieux en rire… Passons aux choses sérieuses maintenant !