Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 08 novembre 2011

Travailleurs étrangers en Inde

Le 12 octobre dernier, je me suis retrouvée devant la télé, à regarder les infos et écouter un journaliste ulcéré de l’information suivante : « Comment-ça le Gouvernement britannique envisage de durcir les conditions d'immigration ? » Ca va pas non ?? Ils leur doivent bien ça aux Indiens !!

 

L'histoire est la suivante : jusqu'à présent, « tout immigration provisoire ouvrait automatiquement le droit de rester ». Ainsi si un étranger a travaillé au Royaume-Uni pendant 5 ans, il peut rester sans visa. Et maintenant les autorités veulent réguler l’immigration des ouvriers.

 

Avant de crier au loup, il serait intéressant de regarder vos propres règles d'immigration. L'Inde essaye également d'empêcher les ouvriers de venir en Inde et « voler les jobs des Indiens » ! Fondamentalement, pour empêcher les travailleurs chinois (et autres asiatique) de venir prendre le boulot des Indiens, l'Inde rend très difficile l’obtention d’un visa de travail pour n'importe quel étranger. Et ils se plaignent !

 

Non seulement les autorités indiennes nous font vivre un enfer pour obtenir un visa de travail : un étranger doit gagner un minimum de US$ 25 000 par an (excepté si vous êtes (a) un cuisinier « ethnique », (b) professeur de langue (autre que d'anglais) / Traducteurs, (c) du personnel travaillant pour l'ambassade/Haute Commission en Inde et (d) venus pour un travail honorifique (sans salaire) avec des ONG enregistrées dans le pays). Et voilà ce qui arrive quand tu as renouvelé 4 fois ton visa (et donc bossé 5 ans) !!

 

india,foreigners working in india,indians working abroad,visa,employement visa,business visa,indian diaspora,chinese workers in india,chinese

Tu rentres à la maison mon ami et tu refais un visa maintenant!!

 

Mettons (voir ci-dessous) qu’il y a environ 50 000 travailleurs étrangers en Inde (avec un tiers de Chinois) contre 5 millions d'Indiens travaillant à l'étranger. Normal que les règles du visa pour l'Inde n'intéressent pas beaucoup d’Indiens !

 

PS : Étrangers travaillant en Inde

 

J'ai trouvé impossible de trouver combien d’étrangers habitent en Inde et combien d'étrangers travaillent en Inde ! J'ai trouvé un chiffre de

Lire la suite

samedi, 05 novembre 2011

Il y a 5 ans...

 ...je débarquai en Inde…

Voici 2 dialogues assez typiques quand des non-Indiens m’interrogent sur la durée de mon séjour en Inde. Le 1er c’est en général avec un non-Indien qui 1. n’a jamais été en Inde, 2. y a passé des vacances ou 3. vient d’arriver. Et le 2nd avec une non-Indien qui s’est frotté à l’Inde de plus près…


-          5 ans ?? Tu dois être amoureuse de l'Inde!!

-          Euh… Non. Je n’adore pas, je ne déteste pas, j’ai simplement trouvé une petite place. Et j'apprécie de découvrir des choses nouvelles tous les jours (pas toujours agréables mais c'est pas grave).

 

-          5 ans ?? Mais comment tu fais ?? (sous-entendu, comment tu tiens le coup?)

-          Euh… J’ai un équilibre professionnel et affectif sur place. Et après 5 ans d’introspection – je passe beaucoup de temps avec moi-même ! – j’ai peut-être même atteint un équilibre intérieur !!

 Pour fêter l’évènement, j’ai décidé de sélectionner une photo de chaque endroit où je suis allée pour mes loisirs. Passons sur le fait que ça m’a pris un temps monstre, j’ai réalisé que, quand même, j’ai vu des choses incroyables !! C’est peut-être aussi un peu pour ça que je reste ;)

 Alors voici mon patchwork (il y a un album (voir sur la droite) pour le détail de où ont été prises les photos); ce sont des photos qui me plaisent, pas forcément touristiques, et aucune n'a été retouchée! :

inde,album,photos,anniversaire

Cliquer sur la photo pour agrandir

 

inde,album,photos,anniversaire

Les endroits que j'ai visités pour le plaisir...


 

mercredi, 07 septembre 2011

De la religion et de la copropriété

En Inde, il est important de bien choisir son immeuble… Et ses habitants !! Parce que ce qu’ils appellent « society » (copropriété) ne va pas vous lâcher… Tous ceux qui s’ennuient (les retraités, les femmes à la maison, les employés, les gardiens) trouveront que votre vie digne d’être surveillée…

 

Voilà comment à Pune, j’ai eu du mal à trouver une « society » qui accepte un couple franco-indien non marié. Les proprios étaient cools. Mais ils ont dû demander l’autorisation !!

 

Ensuite, une fois arrivée à Mumbai, je me suis retrouvée dans une « society » sindhi – les Hindous qui sont venus du Pakistan après la partition. Rien de spécial à part qu’ils étaient tous sindhis.

 

Et puis dans mon nouvel immeuble, j’étais pas peu contente de tomber dans une « society » catholique – je me disais qu’ils seraient un peu moins « conservateurs » que les autres mais que nenni. Bref, dans mon immeuble, il n’y a que des Rodriguez, Pereira, Rebello etc. ça me fait marrer chaque fois que je vois le panneau avec tous les noms ! Et voilà-t-y pas qu’un beau jour je reçois une notification de ma « society » indiquant que la réunion annuelle a eu lieu et en phrase d’introduction « après avoir récité une prière, nous avons attaqué l’ordre du jour … » Faudrait essayer ça en France ! Nous sommes également régulièrement invités pour des messes (pour des anniversaires, des décès etc.) dans notre jardinet. Au moins ça fédère.

 

L’un dans l’autre, je crois que les « societies » les plus contraignantes sont les musulmanes, de ce que j’ai entendu. Une amie française n’y a été acceptée que parce que son mari était musulman. Et dans une autre, le Français a promis-juré de ne pas ramener d’alcool ni de porc.

 

Pas de jugements. C’est simplement un peu surprenant, au début.