Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 27 avril 2020

Le coronavirus vu par une Française en Inde - 27 avril 2020

27 avril – Masqu-arade et Papa Modi

  • Nombre de cas en France : 124 575 (22 856 morts)
    • Jour de confinement : 39
  • Nombre de cas en Inde : 28 380 (886 morts) 
    • Jour de confinement à Gurgaon : 34 / National : 32

De ma lointaine Inde, je regarde les Français s’entraîner à leur exercice préféré et unique : la dissertation. Aucun autre pays (à ma connaissance) ne propose cet exercice un peu farfelu qui prépare tout étudiant de français à l’art du débat : introduction-thèse-antithèse-synthèse, et trois points pour chaque partie. Je te donne un exemple d’actualité, un sujet qui fait beaucoup jaser sur les réseaux sociaux :

inde,corona,coronavirus,virus,covid,épidémie,santé,hygiène,immunité,ayurveda,Modi,masque,Mann ki Baat

Pendant ce temps, je regarde un autre exercice de près, celui de M le Modi, le Premier Ministre indien. Je note d’abord que c’est un grand gourou des médias sociaux et qu’il y a de quoi s’y perdre : www.pmindia.gov.in, http://mygov.in, les sites facebook, les handles twitter, www.narendramodi.in, l’appli NaMo (Narendra Modi) – là on frise la mégalomanie quand même.

Ensuite que ses discours sont bien tournés – empreints d’empathie, de références à la culture nationale qui se (re)construit depuis l’Indépendance, d’exemples précis, de témoignages, de citations indiennes, aux festivals de toutes les religions présentes – où le ton paternaliste prédomine. Avec un langage relativement simple, il félicite et réprimande comme un père avec ses enfants. Y en a que ça énerve, mais je pense qu’il y en a beaucoup à qui ça plaît. J’ai ma petite théorie sur le fait que le modèle familial et social indien fait de la plupart des mâles indiens de grands enfants qui n’attendent qu’un gourou pour prendre leurs responsabilités à leur place (quand c’est pas leur mère).

Enfin, j’ai remarqué qu’il joue au « bon flic – mauvais flic » à lui tout seul, suivant les plateformes sur lesquelles il s’exprime :

  • Discours télévisé du 24 mars : « Ceux qui n’ont pas respecté le couvre-feu et ceux qui ne distancient pas socialement mettent toute la nation (vous, vos enfants, vos parents, votre famille, vos amis, le pays tout entier) en très grave danger. Si cette inconscience continue, le prix que l’Inde devra payer est impossible à estimer. Et dans 4 heures commence le confinement national : une interdiction de sortir est impose à tout le monde, un seul pas dehors peut ramener une dangereuse pandémie comme le corona chez vous. » Une petite engueulade et une grosse mise en garde.
  •  
  • Courrier du coeur (Mann ki Baat) du 29 mars : « Je m’excuse du fond du cœur auprès de tous les compatriotes. Et du fond de mon cœur, je sens que vous me pardonnerez – certaines décisions ont dû êtres prises, qui vous ont causé beaucoup de problèmes. Et mes frères et sœurs des milieux défavorisés doivent se demander quel genre de Premier Ministre ils ont, qui les pousse dans leurs retranchements ! Mes excuses du fond du cœur, surtout pour eux. » Des excuses. 
  •  
  • Discours télévisé du 3 avril : Tous ensemble, tous ensemble, nous sommes tous dans le même bateau, communions ensemble autour d’une bougie.
  •  
  • Discours télévisé du 14 avril :  Nous nous y sommes pris tôt (avec le confinement dès 550 cas), nous avons créé des zones d’endiguement (les hotspots), la situation est sous contrôle, bien mieux que dans les pays les plus développés. Et le confinement prolongé jusqu’au 3 mai.
  •  
  • Courrier du coeur (Mann ki Baat) du 26 avril : Tous ensemble, tous ensemble, et tous masqués. « Les hommes sont notre seule ressource pour se battre contre le coronavirus et le vaincre, car nous sommes un pays en développement qui se bat déjà contre la pauvreté. » Et aussi nos traditions de yoga, d’ayurveda, et nos réserves de médicaments. Pas d’images d’hôpitaux, de familles endeuillées mais des photos de dons de nourriture, de gestes solidaires notamment de la part de la police, limite on pourrait croire qu'on est au pays des bisournous. « Et ceux qui s’en prennent aux maladies du corona ou aux soignants seront sévèrement punis par une nouvelle loi (d’ailleurs un autre site pour eux http://covidwarriors.gov.in).Par ailleurs, il est temps de se débarrasser de cette sale habitude de cracher ! » Un message de communion et une petite menace au passage.

Des ambulances et des hôpitaux dans le reste du monde - des hommes et leur bonté en Inde.

inde,corona,coronavirus,virus,covid,épidémie,santé,hygiène,immunité,ayurveda,Modi,masque,Mann ki Baat

Et enfin, même si je comprends l’importance du masque (pour tous, partout, quel que soit le masque, si on commence à réfléchir on va pas s’en sortir), est-ce bien indispensable chez soi devant la télé ??

inde,corona,coronavirus,virus,covid,épidémie,santé,hygiène,immunité,ayurveda,Modi,masque,Mann ki Baat

Corona, coronavirus, virus, covid, covid-19, Inde

jeudi, 23 avril 2020

Le coronavirus vu par une Française en Inde - 23 avril 2020

23 avril – L'immunité indienne face au coronavirus

  • Nombre de cas en France : 119 151 (21 340 morts)
    • Jour de confinement : 35
  • Nombre de cas en Inde : 21 393 (681 morts) 
    • Jour de confinement à Gurgaon : 30 / National : 28

2020.04.23 (4).jpg

Les Indiens sont-ils plus résistants au coronavirus que d’autres ? Étant donné que l’obésité est quand même moins répandue (voir ce post), il n’est pas idiot de se poser la question. La réponse est : on ne sait pas, mais les Indiens sont aussi les champions du diabète, des maladies cardiaques et respiratoires (voir ci-dessous). Donc on ne sait vraiment pas.

2020.04.23 (3).jpg

Causes des décès en Inde entre 2010 et 2013 (source)

De manière générale, est-ce que les Indiens sont plus résistants aux maladies que d’autres ? Comme expliqué, ils ont des pratiques hygiéniques que je qualifierais de supérieures mais des conditions hygéniques souvent difficile, notamment avec le manque d'accès à l’eau (voir le post). Ils vivent aussi dans un pays tropical et sont donc exposés à de nombreuses maladies, et ce qui ne te tue pas te rend plus fort. Peut-être. Ils ont en plus une véritable science – même si elle est plus intuitive qu’écrite (en tout cas pour l’instant) – des plantes et des épices. M’est-avis (après m’être enfilée quantité de livres sur le sujet) que les cuisines indiennes sont bien plus qu’un jeu de goûts et peuvent bien plus influer positivement sur la santé. Le curcuma par exemple a de vraies propriétés antiseptiques. Des graines comme celle de moutarde ou de fenouil aident à la digestion. Or une bonne digestion signifie que les impuretés ne restent pas longtemps dans le corps et reste donc la base de tout traitement médical.

D’ailleurs, en Inde bien plus qu’en France, j’entends parler d’immunité pour combattre le coronavirus, pas comme arme unique mais en combinaison avec les gestes barrières et éventuels traitements/vaccins. Et ça ne me paraît pas déconnant. Il faudrait faire un cours sur l’ayurveda mais voici les grands principes pour renforcer ses barrières protectrices :

  1. Faire du yoga – les mouvements sont tels qu’ils font aussi travailler les organes internes, si c’est pas fantastique !
  2. Manger du chyavanprash (formulation à base d'herbes et supplément de santé dont le puissant tonique à base de plantes contient : de l’amla (une espèce de groseille), de l’Ashwagandha, du Vidarikand, du poivre long, du bois de santal blanc, de la cardamome, du tulsi (basilic sacré), du Brahmi, de l’Arjun, du Jatamansi, du neem (margousier) et de nombreuses autres herbes qui aident à renforcer l'immunité, plus du miel et du ghee, beurre clarifié): 1 cuillère à café (10 g) le matin.
  3. Boire des infusions d’herbes telles que : ashwaghanda, curcuma, triphala, amla (groseille indienne), tulsi (basilic sacré). Pas gagné en France !
  4. Boire une tisane / décoction à base de basilic, cannelle, poivre noir, gingembre séché, raisins secs : 1 ou 2 fois par jour (ajouter du jaggery (gour) ou du sucre, et du citron pressé selon le goût).
  5. Boire du lait chaud (150 ml) avec du curcuma (1/2 cuillère à café) : 1 ou 2 fois par jour
  6. Manger léger, éviter les nourritures lourdes et difficiles à digérer et les aliments frits.
  7. Cuisiner avec du curcuma, du cumin, de la coriandre et de l'ail.
  8. Buvez de l'eau tiède tout au long de la journée (il est possible d'y ajouter du jus de citron) : cela aide à digérer les aliments et à prévenir l'accumulation de toxines.

2020.04.23.jpeg

Une bonne petite vidéo d’une amie indienne :

Et puis pourquoi ne pas essayer l'hypnose / autohypnose pour booster ses défences immunitaires ? Vidéo par un excellent practicien de mes connaissances, Adrien :

Corona, coronavirus, virus, covid, covid-19, Inde

mercredi, 22 avril 2020

Le coronavirus vu par une Française en Inde - 22 avril 2020

22 avril – Des masques, des masques, oui mais d'la distanciation sociale ?

  • Nombre de cas en France : 119 151 (21 340 morts)
    • Jour de confinement : 35
  • Nombre de cas en Inde : 19 984 (640 morts) 
    • Jour de confinement à Gurgaon : 30 / National : 28

En France, les gens se sont mis à faire des masques avec leurs vieux slips avec frénésie. Un peu comme les Indiens, chacun y va de son tuto (surtout pour ceux qui n'avaient pas déjà leur bon masque anti-pollution N95). Sauf qu’ici c’est obligatoire dès à présent, on n'a pas à attendre le déconfinement. Pourquoi attendre hein ? Dans le doute…Et puis prendre une habitude c'est long, autant s'y mettre tout de suite.

inde,corona,coronavirus,virus,covid,épidémie,santé,hygiène,décès,immunité,ayurveda,masque,geste barrière

Ce qui m’amène à réfléchir à certaines pratiques indiennes, notamment dans le contexte d’une épidémie.

Premièrement, les Indiens n’ont pas besoin de se claquer une bise pour se saluer (surtout pas en fait !). Un namasté suffit ! Ce que les Indiens n’ont pas réussi à enseigner aux Anglais en 200 ans, le corona l’a fait en 2 semaines :

inde,corona,coronavirus,virus,covid,épidémie,santé,hygiène,décès,immunité,ayurveda,masque,geste barrière

Sauf qu’aussi, ils touchent (ou plutôt effleurent) les pieds des aînés (voir ce post) et aiment bien marcher en se tenant la main (surtout entre hommes – voir ce post). En ville, dans le milieu corporate, le namasté n’a quasiment plus cours et a été remplacé par une poignée de main.

Deuxièmement, les Indiens sont très concernés par l’hygiène :

  • Ils prenaient déjà des bains quand les Européens se lavaient deux fois l’an – prendre un bain en Inde n’implique pas d’utiliser une baignoire, l’eau stagnante étant considérée comme sale et impure, mais plutôt de se laver au seau, ce qui économise bien de l’eau comparé à une douche. On a beau dos de les trouver sales quand on sait que « la banalisation de l’hygiène corporelle date de 1950-55 en France, étant liée, pour une bonne part, à la généralisation de l’eau dans le logement » (source) Les Indiens eux, étaient propres avant, et sans l’eau courante.
  •  
  • Alors d’accord ils font encore caca dehors, en tout cas 50% d’entre eux. Mais eux ils trouvent ça plus propre quand dans une maison ; et puis du coup ils n’utilisent jamais leur main gauche, réservée au splash d’eau sur les fesses pour les laver. Et surtout ça pollue ptêt un peu moins les rivières dans lesquelles les égouts sont reversés sans être traités (voir ce post). Certains ont aussi des toilettes sèches chez eux, qu’ils font vider par des femmes de basse caste - pas question qu’ils touchent eux-mêmes leur caca. Enfin en ville, hors bidonville, les gens ont leur propres toilettes à eau.
  •  
  • En règle générale, il faut se déchausser quand on entre chez quelqu’un, y compris dans des magasins qui ne sont pas des supermarchés (surtout dans le sud).
  •  
  • Dans l’alimentation existe le concept de « jutha ». En gros, un individu ne peut pas toucher un aliment touché (pollué) par quelqu’un d’autre. C’est pourquoi les Indiens ne boivent pas au goulot mais à 5 centimètres (un art que j’ai encore du mal à maîtriser), ne croquent pas dans la pomme du voisin, ni ne piochent dans son assiette, et même ne gouttent pas ce qu’ils cuisinent (grand sacrilège). Bref, mes manières de table, ils les trouvent dégoutantes. C’est histoire de pureté et de pollution est intrinsèquement liée au concept des castes et donc à l’hindouisme « Partager de la nourriture avec une personne immorale ou manger dans un endroit impur peut transférer ces impuretés dans le corps de celui qui mange. ». écrit Lizzie Collingham dans Curry, A tale of cooks and conquerors; il s’agirait pas qu’un intouchable aille contaminer un brahmane. C’est d’ailleurs aussi pour ça que beaucoup d’hindous trouvent les musulmans sales.


Néanmoins, ils ont aussi quelques manies peu ragoutantes et extrêmement nuisibles à l'hygiène publique, comme celle de cracher. Et le fait qu'ils mangent avec leurs doigts (voir ce post), même s'ils sont censés se les laver avant le repas, risque d'être un facteur de aggravant dans la propagation (en ville, j'en vois souvent qui ne passent pas au lavabo avant un repas). Et puis surtout, il faut bien avouer que les conditions dans lesquelles beaucoup d’Indiens vivent sont quand même peu hygiéniques. Mais surtout, les gestes barrières, c’est pas gagné… Surtout en milieu urbain, dans les zones surpeuplées…

inde,corona,coronavirus,virus,covid,épidémie,santé,hygiène,décès,immunité,ayurveda,masque,geste barrière

inde,corona,coronavirus,virus,covid,épidémie,santé,hygiène,décès,immunité,ayurveda,masque,geste barrière

inde,corona,coronavirus,virus,covid,épidémie,santé,hygiène,décès,immunité,ayurveda,masque,geste barrière

inde,corona,coronavirus,virus,covid,épidémie,santé,hygiène,décès,immunité,ayurveda,masque,geste barrière

Corona, coronavirus, virus, covid, covid-19, Inde