Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 12 septembre 2013

Apprendre à savourer un chai dans un dhaba

 Je suis fière d’annoncer que mon père a développé l’expertise du « touriste qui voyage en Inde hors des sentiers battus » (autrement dit qui dort dans de super hôtels vides parce que difficilement accessibles, voyage dans des trains qu’aucun autre étranger ne prend etc..). Et maintenant je vais raconter l’anecdote qui m’a fait tirer cette conclusion… 

L'autre jour, mon père discutait avec une touriste française d’une cinquantaine d’années qui visitait l'Inde parce que sa fille y faisait un stage. Sinon elle ne serait jamais venue, nous avoua-t-elle avec honnêteté; pas sa tasse de chai l'Inde... 

 

Donc, mon père teste direct sa « touristitude » : 

- Avez-vous gouté le chai (la boisson locale faite de lait, de sucre, et d’un peu de the (et de cardamome et gingembre)) ?

- Oui, oui. 

- Mais vous avez gouté le vrai chai ?? Le chai que vous buvez dans les boui-bouis de bord de route ?  

- Oui, oui, bien sûr ! Dans ces boui-bouis. 

- (Mon père, sceptique, insiste :) Dans les dhabas, ces espèces de gargotes un peu sales, servant une nourriture (authentique, goûtue, bon marché mais) cuisinée avec le mépris le plus complet de toute règle d'hygiène ? Vous êtes sûre ?? 

- Oui, oui !! 

- Et vous n'avez payé plus de 15 roupies pour votre chai ? 

-15 roupies?? Bien sûr que nous avons payé plus !! Largement même ! 

- Ah ! Je savais bien que vous n’aviez pas été dans un dhaba !! 

 

Je sens comme un traumatisme… 

 

Mes parents n’ont pas l’air prêt d’oublier la fois où j'ai pété un câble au Rajasthan parce que je devais payer 150 roupies pour un chai dégueu dans un hôtel « pour touriste » au bord de la route !! Notre chauffeur a compris et ne nous a emmenés par la suite que dans des endroits miteux où on boit un excellent chai ! En plus si il y a bien un truc qui ne rend pas malade c’est le chai qui est bouilli et re-bouilli… 

 

Et voilà ce qui se passer quand des étrangers s’arrêtent pour une pause chai dans un dhaba dans un bled du Madhya Pradesh (on te fixe comme si tu venais tout droit de Saturne) : 

inde,chai,thé,madhya pradesh,dhaba

Et voilà le dhaba en bas de chez moi à Mumbai : 

inde,chai,thé,madhya pradesh,dhaba

 

samedi, 30 mars 2013

Pour ne pas se brûler

On m’a demandé récemment si les Indiens mangeaient toujours avec les mains dans des feuilles de banane. Pour les feuilles de banane, oui dans les villages j’imagine. Pour les mains c’est partout et c’est pas près de changer. D’ailleurs je ne vois pas pourquoi ça changerait ! C’est quand même super marrant de touiller sa bouffe avant de l’enfourner et puis ça évite de se brûler la langue. Et puis ça évite aussi de la vaisselle et du gaspillage d’eau et de produit vaisselle !

Il existe d’autres techniques pour ne pas se brûler la langue… Par exemple quand le café est trop chaud on le verse dans la soucoupe. Et on boit à la soucoupe ! Et pourquoi pas ?? ;)

7141446161_f957c9d5c5_z.jpg

samedi, 25 décembre 2010

Le thé

Vincent et moi avons visité une fabrique de thé à Darjeeling. On n’a rien compris aux explications du gars quant aux différentes sortes de thé – ou plutôt on a compris qu’il ne pouvait pas sortir de son speach appris par cœur. Alors j’ai cherché – histoire de pas mourir bête après avoir visité Darjeeling.

Lire la suite