Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 03 novembre 2009

Wagon spécial

Voici ce qu’on trouve sur les trains de Mumbai:

 

Image0048.jpg

 

L’œil occidental non avisé peut trouver ça choquant.

Mais en fait, y a une explication. Et ben voui…

 

Ces wagons ont été créés en août 2006 pour rendre la vie plus facile aux Indiens atteints de cancer. Ils ont ainsi le droit (mais pas l’obligation) de voyager dans le wagon handicapé, avec leur aide, et avec un ticket de seconde classe – si ils ont leurs papiers médicaux sur eux.

 

Effet pervers, ça donne l’idée à certaines personnes que le cancer est contagieux. Comme ces femmes qui ont viré un gamin atteint de cancer de leurs wagons en 2008 (il y a en effet des wagons réservés aux femmes et c'es quand même une riche idée; dans la même veine, les femmes ont le droit d'y aller mais pas l'obligation). Il serait peut-être plus pertinent d’élargir la notion d’ « handicapé » plutôt que d’ajouter des catégories de gens comme ça sur les trains. Enfin moi j’dis ça, j’dis rien.

 

Il est intéressant de noter que les premiers wagons sont réservés soit aux handicapés (et cancéreux), soit aux femmes. C’est un peu la place du mort. Comme en témoigne l’accident arrivé le 23 octobre dernier à Delhi (22 morts) : ce sont ces wagons qui ont pris le plus cher.

 

Source : http://mid-day.com/news/2008/aug/280808-Cancer-Patients.htm ; http://media-dis-n-dat.blogspot.com/2009/10/indian-train-crash-that-kills-22.html

jeudi, 30 juillet 2009

A ne pas rat-er

Mais quelle horreur…

 

Alors que mon rickshaw patientait au feu rouge, qui a atterri dans mon champ de vision ? Ce gros rat.

J’ai hésité à sauter sur la banquette (y a pas beaucoup d’endroits où sauter dans un rickshaw) et à hurler au chauffeur de démarrer (mais c’était tout bloqué). Bon, de toute façon l’animal n’avait pas l’air de vouloir monter dans le rickshaw, Dieu soit loué.

Non il avait trouvé un truc à bouffer et c’est tout.

N’empêche que quand je vois leur taille, je flippe. Les chats flippent aussi…

Image0012.jpg

dimanche, 26 juillet 2009

Du statut d’arbre dans une mégalopole indienne

 

Le paradoxe indien (ou plutôt un paradoxe) indien : le rapport à la Nature. Mère Nature, Animaux : Respect. D’un autre côté la Terre est une poubelle donc pourquoi s’embêter à jeter ses détritus dans des poubelles ??

Je hurle (ou en tout cas j’ai bien envie) quand des Indiens jettent leur canette de bière à la mer depuis le pont supérieur, ou dans la vallée depuis la colline. A taper.

Ma fibre écologique (pourtant pas non plus extrêmement sensible mais quand même) s’en voit tous les jours au bureau avec une mission : remplacer les 12 gobelets en plastique utilisés chaque jour pour le chaï par des tasses. Pas si facile qu’il n’y paraît : dès que j’ai le dos tourné, tout le monde revient au gobelet parce que c’est trop fatiguant de faire 5 mètres pour laver sa tasse… Et là, je dois dire que mon collègue français est pire que mes collègues indiens et se fout ouvertement de ma gueule quand j’insiste.

 

Mais passons. Pour illustrer le paradoxe, voici une photo d’une chose qui me surprend encore et toujours : les ingénieurs indiens construisent les routes AUTOUR des arbres plutôt que de les replanter sur le trottoir. Je ne suis pas une spécialiste ès infrastructure mais je pense que ça nuit à la fluidité de la circulation tout ça…

 

Image0013.jpg

 

Menfin bon…