Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 07 décembre 2006

Osho Ashram / Le Temple du Sexe!

medium_Osho.jpg                                     

J’ai visité récemment l’Osho Ashram, à Pune.

Ashram ça veut dire ermitage. Et celui-là présente toutes les commodités d’un club de vacances haut de gamme : locaux derniers cris, piscines, tennis, un chef cuisiner, une boîte de nuit, une guesthouse et le tout dans une nature luxuriante qui invite au recueillement. Et Osho c’est l’un des noms dont s’était affublé le gourou des lieux. Et ce type était un génie !

En bref : il a créé un premier groupe en Inde qu’il a fuie suite à des démêlés avec le fisc. Il est alors parti aux Etats-Unis où il a fondé, en Oregon, le « Grand Ranch boueux » (véritable ville qui compta jusqu’à 3 500 adeptes). Puis de nombreux scandales éclatèrent : infractions aux lois de l'immigration, fausses déclarations, pression excessive sur ses disciples. Osho fut condamné à dix ans de prison, puis expulsé et rentra à Pune.

Son génie, c’était de se faire appeler « moine renonçant nomade » (samnyâsin) tout en vivant dans le luxe (selon Le Monde du 21-22 janvier 1990, il « pesait » probablement un milliard de dollars et possédait une flottille de 91 Rolls-Royces) !

Mais surtout, son coup de génie, c’est sa règle de l’ « open sex » dans l’ashram de Pune. « Du monde entier des fils majeurs quittaient leur mère, des épouses quittaient leur mari pour échapper à des milieux où les interdits sexuels paralysaient les corps et les pensées, générant souvent des violences dans les familles. » Tu m’étonnes !!

Osho affirme que « chaque méditation est une sorte de mini-thérapie explosive qui arrête le mental, développe la conscience du corps, l’observation de soi, et surtout, décuple l’énergie sexuelle en libérant la région génitale de ses blocages ». Motus pourtant là-dessus pendant la visite – qui se résume d’ailleurs à une vidéo des lieux (interdits au touriste) et des témoignages sur les bienfaits de la méditation. MAIS le touriste attentif lira sur son papier que pour participer à une méditation, il doit faire le test du sida !! Et je ne crois pas que ce soit, comme me l’a affirmé Prajay (quel grand naïf ce cher homme !), parce que les adeptes n’ont pas envie de vivre avec la menace de tomber malade s’ils se coupent !! C’est pour le grand gang bang !

Je suis pour la méditation, le respect du corps et même la libération sexuelle. En revanche je trouve ridicule de devoir s’habiller tous de la même façon et aller dans ce genre d’endroit  pour se sentir bien – selon moi, la méditation est davantage un état d’esprit qu’une réunion dans un club de vacances (blindé d’Occidentaux). Je trouve même ça dangereux. Et, les adeptes m’excuseront, mais c’est un peu flippant de les voir déambuler dans leurs robes rouges en adressant un sourire béat (j’ai bien dit béat, pas bêtat ! quoique…) aux petits oiseaux. Et puis faut avouer que ça fait un peu club méd pour paumés en mal de sexe. Enfin je deviens un peu critique là, je vais m’arrêter !!

Une procession de disciples d'Osho, dans leurs belles robes rouges....medium_Osho_20Ashram_202.2.jpg

07:50 Publié dans IncredIble India | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : inde, pune, osho, ashram, sexe |  Facebook | |

lundi, 04 décembre 2006

Copiiiiiiiiiiiiiiiiiiine

medium_041206_We_au_Gujarat020.jpg Voici Maduri.

Samedi matin, j’avais le moral dans les chaussettes. La veille j’avais sauté le dîner et je crois que ça a inquiété tout le monde. Alors quand je me suis pointée au petit matin et que j’ai commencé à bouquiner, l’intendant, ou un proche de la famille je n’ai pas trop compris qui il était exactement, m’a proposé – dans son gujarati natal – d’aller faire un tour avec Maduri, une maid de la maison.

Voilà comment je suis partie visiter Gondal en compagnie de Maduri. Main dans la main ! En ce beau matin ça ne m’a pas dérangée, d’autant qu’elle avait la main fraîche. Et puis quand on transpirait trop, on s’essuyait dans son foulard, facile… On a fait le tour des maisons (des blocs de ciment contenant une seule pièce) du quartier, ma copine me présentant partout comme sa « french » - je ne sais toujours pas si ça voulait dire « friend » ou « french ». En tout cas elle avait l’air drôlement fière !!

J’avais retrouvé la banane quand nous sommes rentrées et l’intendant a compris qu’il avait fait mouche ; du coup il a envoyé Maduri passer la journée avec moi, dans le rickshaw de son père : on a mangé de la canne à sucre, bus du jus de coco, pris des photos, et communiquer comme on pouvait en hindi !!

A midi, j’ai scotché l’intendant quand il m’a trouvée par terre dans la cuisine à aider à faire des chapatis. C’était trop bien cette ambiance bonne enfant dans la cuisine.

Une autre femme, Manguben, m’a emmenée ce soir pour une balade. C’était trop marrant : je travaillais sur mon ordi quand elle est arrivée et m’a proposé (par geste) de la suivre. J’ai dit ok, 2 minutes. Nan nan, elle a rabattu l’écran et m’a entraînée par la main !! J’ai compris peu après que c’était pour ne pas manquer le début d’un office hindou au temple ; et en effet ça valait le coup de se grouiller.

Merci les filles pour ces moments, vous m’avez bien remonté le moral avec vos sourires, vos rires et votre affection (voir quand j'ai débarqué dans le salon où étaient les hommes enroulée dans la couverture de Manguben avec Manguben) ! Vous m’avez fait trop rire avec vos ordres : come, up, tea, seat. Vous avez une sacrée autorité !

PS : plus de photos sur l’album « WE au Gujarat ».

 

dimanche, 26 novembre 2006

Dans la jugle urbaine, je trippe!

Les joies de la circulation en Inde, le pays où vaut mieux pas être pressé…

Hier j’ai trippé dans un rickshaw, il pleuvait et c’était la nuit. Ne manquez pas le passage où on se fait doubler : on redouble cet enfoiré peu après !!

Vidéo :

http://www.youtube.com/watch?v=qKFiRY_xKHA

Aujourd’hui je suis allée au terminal de bus et j’ai filmé les two-wheelers, les three-wheelers, les for-wheelers, les passants… C’est pas bruyant du tout ! Si vous regardez jusqu’au bout, vous aurez un bonus (Prajay et Santosh en live !).

Vidéo :

http://www.youtube.com/watch?v=gwVc7d5cm20

Quelque chose m’a frappée à Bombay. A New York, on entend en permanence les sirènes d’ambulance. A Bombay on n’en entend aucune (on entend juste tout le reste). Les gens sont-ils moins malades ? Et puis comment elles font les ambulances pour se frayer un passage dans un tel bordel ???