Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 29 janvier 2008

Discours du Président Sarkozy en Inde, 26 janvier 2008

Pour me consoler de ne pas être allée à Delhi à la réception du Président (oui c'était trop dur d'être à Goa...), j'ai reçu son discours à la communauté française: 26.01_Communaute_francaise_prononce.pdf. Et je l'ai lu! En voici la substance: 

 

Objectifs avec l'Inde :

·          Plus d’étudiants indiens : multiplier par trois le nombre de visas que nous donnons aux étudiants indiens (1 500 étudiants indiens alors que nous avons 17 000 Chinois).

·          Doubler nos exportations et nos échanges. à 12 milliards d’euros d’échanges commerciaux d’ici à 2012 (nous sommes à un peu moins de 6).

·          Aider les PME à 1 000 PME qui exerceront leurs talents en Inde.

·          2 nouveaux consultas généraux à Calcutta et à Bangalore.

·          Augmenter les crédits pour l’Alliance française et pour les lycées français.

·          Rendre l’école française à l’étranger gratuite (comme dans l’hexagone) : cette année la terminale est gratuite.

·          Des députés qui représenteront les Français de l’étranger.

·          Faciliter la réintégration des fonctionnaires qui sont partis à l’étranger au lieu de systématiquement les renvoyer à l’étranger.

·          Accueillir davantage d’hommes d’affaires indiens en France (ce n’est pas dans le discours, mais il n’y a aujourd’hui que 40 hommes d’affaires indiens en France selon l’AFII (Agence Française pour l’Investissement International)), mais avec réciprocité.

Et puis, après quelques mots sur comment ça énerve qu’on vous enlève, pour des pinailleries, une commande après avoir gagné un appel d’offre ( ;) ) viennent les succès du Président (quand même) :

·          « N’hésitez pas à raconter à vos familles, à vos amis, ce que vous avez vu. Dites leur bien -ce n’est pas de la politique, c’est juste une ou deux remarques comme cela- que les 35 heures cela n’existe pas nul par ailleurs ! Ce n’est pas un jugement. C’est juste une description. » (Je dis pas, mais travailler comme les Indiens, non merci…)

·          Les régimes spéciaux, vingt ans qu’on en parle, j’ai signé les décrets la semaine dernière. Plus personne n’en parle, c’est fait. On disait que c’était impossible, c’est fait ! C’est accepté.

·          L’autonomie des universités, on en parlait, c’est fait. C’est accepté.

·          La fusion entre l’ANPE et l’UNEDIC, c’est fait. C’est accepté.

·          La fusion entre la direction générale des impôts et la comptabilité publique, qui a mis par terre deux ministres socialistes, c’est fait. C’est accepté.

·          Le bouclier fiscal à 50%, c’est fait. C’est accepté.

·          La possibilité de déduire son ISF quand on investit dans une entreprise, c’est fait. C’est accepté.

·          La réforme de la carte judiciaire, chère Rachida, c’est fait. C’est accepté.

Après cette lecture édifiante ( !), je me suis demandé qui écrivait ces discours et pourquoi cette personne utilise l’expression « serial killer » au lieu de tueur en série, et « serial violeur » au lieu de au moins « serial raper » (peut-être que c’est parce que si on le lit à la française ça fait un truc marrant !! « ouèch, serial rappeur ») ou violeur en série…