Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 28 septembre 2020

Voyager de la France à l'Inde à l'heure du Covid - Le Covid vu par une Française en Inde 28.09

Puisque l’été indien se terminait en France, il a bien fallu aller le poursuivre… en Inde. Si j’ai eu bien du mal à me décider à y aller – pour cause de paralysie décisionnelle, sans doute liée au contexte covidien – j’ai malgré tout réussi à en profiter un maximum ! Tout en ne faisant que le minimum, c’est-à-dire en se posant ici une semaine, là une autre semaine, sans trop en faire. Alors bien sûr, il y a eu mes amis que je n’ai pas pu voir ; en réalité je n’en ai vu quasiment aucun. Cet été c’était plutôt ambiance troisième âge pour moi, et qu’est-ce qu’ils ont la patate ! Ça picole, ça pédale, les soixantenaires d’aujourd’hui sont les nouveaux trentenaires. À tel point que je me suis demandé si quelque chose ne tournait pas rond chez moi, qui avais les batteries un peu à plat. Mon mari en a pris plein les mirettes sur les plages du sud, le pauvre ne savait plus où donner de la tête avec toutes ses filles hyper bien gaulées qui faisait du yoga en string et seins nus sur des stand-up paddles (j’exagère à peine). Nous étions très loin de la morosité indienne où rien ne retournait à la normale, ne serait-ce que le temps de vacances, et où chacun restait chez soi à ruminer. (Un autre vent de liberté que j’ai remarqué : plein de filles ne mettent plus de soutien-gorge, est-ce une nouvelle tendance ?)

Mais voilà, après une véritable bouffée d’oxygène, il a fallu rentrer. (En fait non, on aurait pu rester vu que je travaille de chez moi et que les écoles ne semblent pas prêtes de se ré-ouvrir mais il y a un seuil, invisible et movible, au-delà duquel je suis en danger de ne plus rentrer en Inde du tout, alors oui, il a fallu rentrer…)

Voilà quelques notes sur la procédure pour prendre un vol international avec atterrissage à Delhi (c’est différent pour chaque aéroport en Inde), pour ceux que ça intéresse :

  • Si vous ne voulez pas faire la quarantaine institutionnelle de 7 jours, vous pouvez demander une exemption. À condition de voyager avec un enfant de moins de 10 ans, d’être enceinte ou très malade, avoir un décès familial ou d’avoir un test négatif de moins de 3 jours. Il faut alors, au moins 72 heures avant le départ, remplir ce formulaire https://www.newdelhiairport.in/airsuvidha/covid-19-exempt... : Au bout de 48 heures, j’ai reçu la confirmation que ma demande était acceptée. J’ai imprimé le papier que l’on m’a demandé à l’arrivée – le type l’a regardé mais d’assez loin. Ensuite, on vous tamponne le bras, pour bien vous rappeler qu’il y a 2 semaines de quarantaine à la maison à se taper.
  •  
  • 2 jours avant le départ j’ai reçu un mail de l’ambassade de l’Inde avec un Google Form à remplir. Je l’ai imprimé et ça a été vérifié au moment de l’embarquement. Ils ont aussi pris un formulaire ‘Undertaking cum indemnity bond’ que l’on peut remplir à l’aéroport ou télécharger.
  •  
  • Dans l’avion, on nous a remis 2 autres formulaires que j’ai dûment remplis et que personne ne m’a demandé.

À l’aéroport, pas grand-chose à déclarer si ce n’est que nous sommes sortis en 40 minutes chrono. À la montée dans l’avion on nous donne une visière à mettre à l’arrivée (pas pour monter dans l’avion ni le temps du vol) ; et puis 100 mètres plus loin on nous demande de l’ôter – y a ptêt une opportunité de changer un truc. On nous avait dit de faire attention sur les quotas d’alcool ou les produits alimentaires ramenés de France mais sur notre vol, les douanes n’ont vérifié personne. Le duty free se débarassait de ses chocolats proches de la date d’expiration : pour 30€ d’alcool acheté, ils offraient pour 150€ de Milka, Kinder etc. Le retour s’annonçait sous les meilleurs auspices !

Inde,France,Corona,Covid,voyager,avion,visa,douane,tampon

Écrire un commentaire