Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 15 juin 2020

Le coronavirus vu par une Française en Inde - 15 juin 2020

15 juin – 14 jours de déconfinement indien…

  • Nombre de cas en France : 156 287 (29 374 morts)
    • Jour de déconfinement : 35
  • Nombre de cas en Inde : 332 783 (9 520 morts) 
    • Jour de déconfinement national : 15

2020.06.15 (1).jpg

2020.06.15.jpg

Source https://www.worldometers.info/coronavirus/country/india/

inde,corona,coronavirus,virus,covid,épidémie,santé,hygiène,déconfinement,cyclone

Source : Livemint du 6 juin

Alors que l’épidémie semble exploser en Inde (les chiffres ont doublé en 2 semaines), je choisis de traiter des sujets de fond, comme les relations de famille entre Indiens et non-Indiens. Mais qu’est-ce que je pourrais te dire ? La vie a repris quasiment à la normale depuis 2 semaines et oui, les chiffres explosent. Mumbai, Delhi et Chennai sont les plus touchées mais Hyderabad – qui vient récemment d’augmenter le nombre de tests – n’est pas en reste. Beaucoup prédisaient le pic de l’épidémie fin juin mais ils ne sont plus très sûrs maintenant. Août est même parfois mentionné comme période de pic. On ne sait pas trop ce que les chiffres veulent dire, ils sont largement manipulés, que ce soit en termes d’infections que de décès. C’est le fou absolu. Le flou absolu aussi :-)

Ceux qui peuvent restent chez eux, s’auto-confinent, en s’autorisant juste femmes de ménages, livraisons Amazon et Swiggy/Zomato (pour les restaurants). Heureusement, il fait un peu trop chaud pour avoir vraiment envie de se balader. Mais tous, même parmi les gens riches et éduqués ne sont pas aussi raisonnables. Pour une raison qui nous échappe, ils se sentent intouchables et s’autorisent diners et fêtes chez les uns et les autres. Pour tous les autres Indiens, c’est-à-dire la grosse majorité des Indiens, on vit au jour le jour, comme avant le confinement.

Les migrants sont rentrés chez eux, propageant le virus dans les campagnes selon la presse. Certains migrants seraient quant à eux retournés sur leur lieu de travail – la rumeur veut que les trains du Bihar à Pune soient pleins. Pleins comme les hôpitaux, apparemment. Ou alors sur le point de l’être. D’ailleurs, notre copropriété a commandé des bouteilles d’oxygènes. (Je me demande comment interpréter ce geste.)

Un ami a voulu rentrer des US à Mumbai. Il est resté en plan à Francfort plusieurs jours avant de trouver un vol de rapatriement humanitaire. En plein vol Francfort-Mumbai, l’avion a été détourné sur Delhi. Il a donc dû passer 7 jours en quarantaine dans un hôtel, en partageant sa chambre avec un autre rapatrié. Chambre à 30 euros par jour par occupant, où il y a tout juste la place du lit double, et où les 3 repas de la journée, servis en barquettes d’aluminium sont invariablement les mêmes. Et surtout, pas un seul contrôle de santé ni même de température. Et puis 7 jours, ça rime à quoi ?? Son vol Delhi-Mumbai a été reporté de 3 jours mais il a quand même réussi à rentrer chez lui.

La mousson est un poil en avance dans le Kerala et il pleut déjà un peu à Mumbai. Quant au nord (Delhi etc.), les températures sont presque clémentes cette année. Alors que d’habitude on a au moins 6 semaines de grosses chaleurs dans les 45 degrés, nous n’avons eu qu’une semaine de canicule cette année. Surtout, il pleut toutes les semaines, du jamais vu. Le temps est tout à fait spécial. Un cyclone à l’est (ils y sont habitués), un cyclone à l’ouest (une grande première mais heureusement pas aussi puissant que prévu), un tremblement de terre majeur attendu à Delhi après un mois de petites et moyennes secousses.

Corona, coronavirus, virus, covid, covid-19, Inde

Écrire un commentaire