Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 13 novembre 2017

IndianSamourai chez le dermato

inde,dermatologie,dermatologue,tourisme médical,acné,boutons,ayurvédaDepuis plusieurs semaines, un grain de beauté me cause de l’inquiétude. Par mesure de sécurité, la première chose à faire est évidemment de consulter un dermatologue. Evidemment. Je m’adressai donc à mes réseaux d’étrangères à Delhi pour une recommandation – ma peau blanche (type 1) n’est pas une peau indienne (type 4) et j’aimerais autant montrer mon truc à quelqu’un qui s’y connait un peu en peaux type 1 – mais rien. Je m’en remis donc à Google, ou plutôt à Practo, un Tripadvisor de la médecine. Constat numéro un : il y a pléthore de dermatos à Gurgaon. Constat numéro deux : il y a pléthore de dermatos bien notés. Constat numéro trois : y en a pas beaucoup qui ont étudié ou pratiqué en Europe/Etats-Unis – c’est ptêt pas une spécialité qui bénéficie de ce genre d’expérience à l’étranger. Avec cette histoire de types de peau, la dermatologie n’est certainement pas le fleuron ni la manne du tourisme médical en Inde…

inde,dermatologie,dermatologue,tourisme médical,acné,boutons,ayurvédaBref, je trouvai un profil sympa. Beau gosse. Mais surtout ayant étudié à Londres. Et d’après les commentaires, le genre de médecin à creuser un peu et chercher la cause du problème au lieu de se ruer sur le traitement. Genre ça existe ! Ni une ni deux je pris rendez-vous. Une gravure de mode le type, grand, baraqué, des yeux de cocker qui font fondre, un Apollon type 4 à croquer ! Qui brisa le charme vite fait bien fait – non pas en attaquant cash sur mon acné faciale qui me tracasse depuis plusieurs mois mais de la façon suivante :

- Lui : Dites-moi, qu’est-ce que je peux faire pour vous ?

- Moi : J’ai un grain de beauté qui m’inquiète.

- Lui : Ah oui ? Et vous auriez une photo ??

- Moi (comme deux ronds de flan) : Euh… nan… Mais si vous voulez je peux vous montrer !

inde,dermatologie,dermatologue,tourisme médical,acné,boutons,ayurvédaIl a regardé le truc de loin (c’était même pas entre mes cuisses mais au-dessus de mon nombril), sans lampe ni loupe. Sans toucher bien entendu – on est loin de l’épisode de Savita Bhabi chez le docteur. Et de conclure qu’il valait mieux que j’aille voir son boss. Je me payais ainsi une demi-heure de voiture supplémentaire pour atterrir dans le genre de cabinet dermato que je cherchais tout à fait à éviter : très indien, tout glauque, spécialisé dans le laser et la repousse de cheveux (le grand complexe indien, la calvitie, et un énorme business avec le changement de qualité de vie). Ça doit être mon karma !

Quant à mon acné – je me décidai à poser la question au beau docteur, j’étais là, tant qu’à faire – il fit exactement le contraire de ce que j’espérais. Il a commencé par me dire que j'avais pas beaucoup de boutons ; et il sait de quoi il parle au vu de ses cicatrices d'acné (le comble pour un père dermato), flatteur mais pas franchement aidant. S’il avait voulu chercher le pourquoi du comment avant de soigner, il aurait pu m’interroger sur mes niveaux d’hormones, la qualité de ma digestion, que sais-je encore (au moins depuis combien de temps ça durait). Et bien non, il décréta que c’était à cause du soleil et me prescrit… de la crème solaire ! Le soleil !! Non seulement mes boutons ont commencé leur danse en janvier quand on se caillait les miches dans le brouillard hivernal mais encore en été, le soleil est tellement fort, que mon taux de Vitamine D dégringole : on se cache du soleil ici ! Bref, j’ai trouvé un vrai champion…

Commentaires

Ca me rappelle bien des souvenirs de mon séjour en Inde tes mésaventures! Une de mes collègues avait consulté pour une éruption cutanée bizarre sur la cuisse. Le docteur, un homme, n'avait pas voulu regarder mais avait décrété que c'était sûrement à cause de la sueur et des frottements du jean et avait prescrit une crème. Le truc est parti au bout de quelques semaines, peut-être grace à la crème, peut-être tout seul. Quant aux histoires d'acnée adulte...une bonne soeur assise à côté de moi dans l'avion et la chef du FRO où je renouvelais mon visa se sont permises des commentaires extrêmement violents et intrusifs sur mes boutons qui m'ont laissée sur sans voix!!!

Écrit par : Jade | lundi, 13 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Ben moi, lors d'un récent voyage en Inde, j'ai eu l'occasion de consulter un médecin indien : une première depuis plus de 30 ans que je séjourne en Inde (ou en Asie). Les raisons : de la fièvre, des fourmillements dans les reins, mal à la tête, peu d'appétit car nauséeux, le gosier très asséché. Je suspectais un début d'infection urinaire à cause de la congestion dans les reins.
Le jeune médecin me prends le pouls, constate que j'ai de la température mais ne cherche pas à savoir combien. Comme je n'avais pas de sang dans les urines ni de difficulté à aller faire pipi, il écarte la thèse de l'infection urinaire et me prescrit pour 2/3 jours: un relaxant musculaire et de l'omeprazol (!). Ca soulage un peu surtout au niveau fourmillement dans le dos mais on sent bien que ça ne guérit rien! Donc j'arrête le traitement au bout de 2 jours.
De retour en France après prise de sang et analyse, le verdict tombe (au bout d'une semaine quand même!) : j'avais attrapé la dengue!
Un truc de ouf je vous dis!

Écrit par : Dadou Ronron | mercredi, 15 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire