Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 30 mars 2009

Retour sur un week-end à Matheran…

Matheran, village perdu (si si village : moins de 6 000 habitants !) dans les montagnes du Maharashtra (800 mètres d’altitude), l’Avoriaz de l’Inde : interdit aux véhicules motorisés ! PS : Je me suis quand même posé la question des urgences médicales et si vous vous questionnez pareillement, sachez qu’il y a une ambulance à moteur quand même !

 

Matheran. Du pur bonheur de pouvoir galoper à fond les ballons tout en regardant les singes se balancer d’arbre en arbre au-dessus du chemin ou les papillons voleter sous notre nez. Mon ami Yogesh m’a laissé les reines de mon cheval et ça a été du pur kif pendant 2 heures.

En revanche, n’oubliez pas la lampe de poche… Surtout si votre hôtel est perdu dans la forêt (genre Barr House). Je me suis fait une petite marche d’une heure dans le noir le plus complet (et mon téléphone pour seule lumière), avec le bruit des singes et un type qui voulait être mon ami (j’ai hurlé quand il a passé son bras autour de mes épaules pour « être mon ami » et il m’a foutu la paix mais je dois reconnaître que j’en menais pas large…).

Bon mais retenons surtout les paysages… Du grand luxe…

 

Matheran_Panoramic_S5.jpg
 
 

 

Point pratique :

Depuis Mumbai (environ 100 kms) : 1h30 de train jusqu’à Neral – en express (départ à 9h13 du mat’ de Dadar) ou 2h en local (départ environ toutes les heures), entre 17 et 35 rs ; de Neral au taxi stand, prendre un taxi : 15 minutes, 50 rs ; puis acheter le pass de la montagne : 50 rs et finir par 1h de marche (ou de cheval) pour arriver à Matheran. Ou Toy train (environ 2h de Neral à Matheran).

Après on arrive dans le Far West : la terre est rouge, les gars vont acheter leurs clopes à cheval, des canyons s’étendent à perte de vue. A couper le souffle…

 

Y a des hôtels de base (dans les 700 rs la nuit) et d’autres plus luxueux (un bon plan : le Barr House (ou Verandah in the forest) : des chambres à 2 500 rs mais faut réserver à l’avance : http://www.neemranahotels.com/ C’est d’ailleurs l’occasion de toucher deux mots sur Francis Wacziarg, un Français arrivé en Inde en 1970, devenu Indien quelques années plus tard (pour cela il a abandonné sa nationalité française) et entrepreneur prospère (notamment avec ses 14 hôtels héritage « non-hôtels » - retapage de vieilles bâtisses historiques)… Pour en savoir plus : Article_BBC News_Francis Wacziarg_261203.pdf; Article_Business Standard_Francis Wacziarg_190808.pdf

samedi, 28 mars 2009

L'instant Coca

La pub coca_S1.jpg
Un singe chapardeur qui a volé son Mazaa (jus de mangue) à ma pote Gabrielle et a fini par jeter son dévolu sur une bouteille de Coca et prendre toutes les poses pour les photos des touristes! Ce aux grottes d'Elephanta, à Mumbai.

08:45 Publié dans N'imp | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : inde, elephanta, singe, coca |  Facebook | |

vendredi, 27 mars 2009

Des mangueuh, des mangueuh, oui mais des Alphonso !

Aujourd’hui, c’est Gudhi Padwa ie c’est férié ! (pour le Maharashtra en tout cas).

Dixit wikipédia, Gudhi Padwa est le Nouvel An du Maharashtra (chaque Etat ayant son propre Nouvel An). C’est donc le premier jour du calendrier Marathi (ie du Maharashtra).

 

D’après le Brahma Purana (un des 18 puranas, les textes religieux hindous – c’est l’occasion de préciser que Gudhi Padwa est une fête hindoue), c’est le jour où Brahma (le Dieu des dieux) créa le monde après le déluge et donc où le temps commença à courir. C’est également le jour où le grand roi Shalivahana a battu le démon Sakas mais en fait on s’en fout.

 

Mais surtout, ce festival marque le début de Vasant, le printemps. Pour résumer, on fête la fin d’une saison et le début d’une autre ; la fin d’une récolte et le début d’une autre. C’est pour ça que Diwali est également appelé « Nouvel An » : c’est l’autre saison.

Avec Gudhi Padwa, on célèbre la récolte des fruits, en route vers les marchés.

 

Pour info, 40% des fruits tropicaux dans le monde sont produits en Inde (ça a du bon côté de transpirer tous les jours…) ; 70% des fruits produits en Inde sont tropicaux.

Les principaux fruits qui poussent ici sont la mangue, la banane, la goyave, l’ananas, la papaye et le lychee ; surtout la mangue.

 

Et donc… avec Gudhi Padwa, c’est à nouveau la saison des mangues!!! Le « roi fruit » comme on l’appelle en Inde. L’Inde est de loin le premier pays producteur de mangues… En 1999, elle a produit quasiment 10 millions de tonnes de mangues ! Les mangues occupent 42,6% de la production totale de fruits. Il y a environ 1 000 variétés de mangues en Inde, mais seulement une vingtaine sont cultivées à l’échelle commerciale.

 

Les mangues Alphonso sont les plus connues (surtout hors de l’Asie). Elles murissent de début avril à la fin de juin dans le Gujarat et le Maharashtra, et de mi-mai à mi-juillet dans le Karnataka et d’avril à mai dans le Tamil Nadu. Les Alphonso sont la première variété produite dans le Mahrashtra.

Le nom Alphonso vient d’un certain Afonso de Albuquerque : un noble portugais qui participa à la conquête de l’empire colonial portugais dans l’Océan Indien et aimait emporter ces mangues dans ses voyages à Goa.  

Les Alphonso s’appellent Badami dans le Karnataka, Gundu dans le Tamil Nadu et plus général Hapoos dans toute l’Inde du Sud.

Pour la petite histoire, en 2007, les Etats-Unis ont levé une interdiction d’importation qui aura duré 18 ans… Ce qu’ils ont pas raté !

 

Source : http://www.fao.org/DOCREP/MEETING/004/Y1879E.HTM#P54_8123;

http://www.snpassociates.com/fruit_mango.htm; wikipédia