Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 09 décembre 2006

Le Cricket pour les Nuls

medium_041206_We_au_Gujarat077.jpgJe squatte régulièrement au Poona Club :

Le sport anglais est organisé autour du club. Le club était au départ un regroupement de personnes de bonne compagnie, réservée au début du XIXe siècle à une certaine classe. Peu à peu les institutions chargées de veiller aux règles sportives se constituèrent et organisèrent des associations sportives : le jockey club (1750), puis le golf (1754) et le cricket (1788). Depuis 1850 leur nombre ne cessa de croître jusqu’à nos jours.

Une fois, j’ai dû assister à un pseudo match de cricket. Je pensais qu’on pouvait pas faire plus chiant que le baseball comme sport, mais les Indiens l’ont fait ! Vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=afLmProFR_s

Prajay me soutient mordicus que cricket et baseball n’ont rien à voir. Moi, à partir du moment où je vois un terrain de gazon, des types en blanc (avec des jambières, des gants et des casques), une batte et une balle, je trouve que ça se ressemble (et pour infirmer ma théorie, en France, la fédé de baseball s’appelle Fédération de Baseball ET Soft Ball (ce qui inclut le cricket)).

Ceci étant précisé, le cricket a son intérêt dans la passion qu’il suscite ici. C’est LE sport national. Et tout le monde a été scotché quand, cette année, la finale de la Coupe du Monde de foot a fait plus d’audience que celle de cricket (diffusée simultanément). Les joueurs sont de véritables stars, comme celles de Bollywood.

Je faisais remarquer à Santosh que c’était gonflé d’appeler un sport, vu que dans l’équipe que je matais, ils avaient presque tous la bedaine. Il m’a rétorqué qu’ils ne transpirent peut-être pas beaucoup, mais ils doivent tenir au moins 6 heures (enfin 5 jours pour un « test match »). Ca veut dire que les spectateurs aussi !

Grosso merdo, ils sont onze par équipe, une seule équipe sur le terrain. Le lanceur lance la balle (il a six lancés). Son but est de détruire le guichet adverse (un guichet étant constitué de 3 piquets de bois assez rapprochés les uns des autres pour empêcher que la balle puisse passer entre 2 piquets). Le guichet est protégé par le batteur, qui prend position devant et qui doit empêcher (avec sa batte évidemment) sa destruction par la balle lancée par le lanceur de l’équipe opposée.

Bon après y a tout un système de points :

  • Si le batteur frappe la balle, il peut gagner des points en échangeant sa position avec celle de l’autre batteur situé à un autre endroit sur le terrain. Chaque échange de position apporte un point. Les deux batteurs peuvent courir ainsi autant de fois qu’ils veulent, jusqu’à ce que les chasseurs aient relancé la balle au gardien (dont le seul rôle est de récupérer la balle, où qu’elle soit), qui détruit alors le guichet.
  • Si le batteur envoie sa balle hors des limites du terrain, sans qu’elle ait touché le sol, cela lui rapporte six points.
  • Si la balle sort en roulant, cela vaut quatre points.
  • Si la balle ne peut être retrouvée, un joueur de champ annonce une balle perdue, qui rapporte 6 points – je kiffe cette règle !!

Il y a une autre règle que j’adore : Un joueur ne peut être remplacé que s’il est blessé ou malade et que l’arbitre a autorisé son remplacement. Le remplaçant n’est pas autorisé à garder le guichet, ni à batter ou à lancer. J’ai donc vu un type batter pendant qu’un autre courrait à sa place !!!

Plus de détails sur : http://www.ccsb95.com/whatscricket.htm

08:45 Publié dans IncredIble India | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : inde, cricket |  Facebook | |

Commentaires

Je connais bien Pune depuis 1989 (!), j'y étais encore en novembre (oui, il a plu des cordes le 22 !), je viens de trouver votre blog et je sens que je vais suivre vos aventures punéites avec intérêt !

Si vous voulez, allez faire un tour sur le mien :
http://indomaniaque.canalblog.com

Oui, les indiens peuvent être énervants par moment, surtout avec leur manie de ne jamais laisser quelqu'un seul, mais j'ai la chance d'avoir à Pune des amis formidables ...

Écrit par : francoise | mercredi, 13 décembre 2006

Les commentaires sont fermés.