Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 07 décembre 2015

Une websérie sur le mariage, l'amour, la modernité et la tradition

Très divertissant et néanmoins instructif ! (Possibilité de mettre les sous-titres en bas à droite):

jeudi, 08 décembre 2011

La conversation du jour

Il y a quatre ans j'ai rencontré une fille à Pune. Une fille sympa, marrante. Une Sikh qui sortait avec un Chrétien depuis 4 ans. Elle étudiait la médecine dentaire. Nous allions boire des verres. Une Vie étudiante normale quoi...

Et puis un jour elle est rentrée chez elle, au Punjab. A parlé à sa mère de son copain. La décision a été vite prise: tu finis ton semestre et tu rentres à la maison ma fille. Ca a ensuite pris un an pour trouver le mari. Le genre de mec qui a étudié 7 ans aux Etats-Unis, fait toutes ses conneries, puis est rentré au bercail pour épouser une bonne petite Indienne (les"blanches" c'est bien pour s'amuser, mais pas se marier: pas de moralité!) qui "doit rester à la maison et aider maman" (NB : à gérer les domestiques). Affaire conclue. Elle ne travaillera pas. Elle ne fera rien. En plus de ça, elle a dû s'adapter à vivre dans une « joint family » (la famille avec tous les oncles, les tantes, les frères, les sœurs, les cousins, les grands-parents etc.), elle qui est une fille de l'armée (un officier change fréquemment de poste et se déplace partout avec seulement l'épouse et les enfants).

Je sais que ça n’a pas été facile pour elle. Peut-être qu'elle se sentait chanceuse parce qu’elle a rejoint une des plus riches familles Sikhs de Mumbai? En tout cas, après avoir été la bonne fille, qui a bien obéi à sa maman, elle ne pouvait que se conformer à sa nouvelle vie….

 

Bien que ça dépasse mon entendement, je n’ai jamais vraiment jugé sa situation.

C’est sa vie, pas la mienne. J’ai même rencontré une Française que ça tentait !!

Et puis aujourd'hui, nous avons eu cet échange texte étonnant (pour moi):

 

-          Hey poulette, tu veux prendre un café ce soir ?

-          Ok. 7 à Moshe ?

-          6 heures tu peux ?

-          Pas sûr, j’ai une reunion à 5 heures

-          Alors 7 heures chez moi, qu’est-ce que t’en dis ?

-          Tu as un couvre-feu ?

-          Ouais, je ne peux sortir après le coucher du soleil seulement avec mon mari et il n’est pas là. Ca a l’air bizarre nan ? Comme la vie change ! Tout est parfait chez moi, ma belle-mère se fait du souci autrement. Qu’est-ce que t’en dis ?

-          Ca a l’air horrible. On se verra ce week-end, c’est mieux.

-          Hé hé hé, ce sont des gens adorables c’est pas ce que tu crois ! Il vaut mieux prévenir que guérir! Tout le monde dans la famille est sympa! Tu les aimeras sûrement et tu n’as pas vu où j’habite, et je veux te montrer mes photos de mariage.

-          Je suis désolée, c'est des conneries. On parle de Mumbai, à 7 heures du soir, et à 500 mètres de chez toi… Mais bon si t’es heureuse comme ça, tant mieux !

-          Poulette, pète-un coup, la vie c’est les montagnes russes ! Pourquoi tu ne veux pas venir chez moi ?

-           

-          Okkk, bon on se verra ce week-end !

-           

Bon, elle ne sera pas devenue dentiste finalement, mais philosophe…!