Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 22 juin 2014

Une reprise sur les chapeaux de roue…

Par un beau mardi matin de mousson, je quitte mon petit mari (tout nouveau tout chaud) à grand-peine, m’installe au volant de ma voiture et prend la route du boulot.

inde,conduite,route,accident,policier,flicJe n’ai pas conduit depuis un bon moment mais il pleut et les chances de trouver un rickshaw décroient proportionnellement à l’intensité de la pluie… Me voilà donc à hésiter entre la route habituelle, la plus courte certes mais également la plus stressante : elle se négocie à coups de klaxon entre les vélos, les charrettes, les vendeurs de rue, les gens, les camions poubelles ; et quand le tout macère dans la boue, ça donne juste envie d’aller prendre la route principale, plus longue et pleine de feux mais aussi plus tranquille…

 Bref. J’opte pour la route bordélique. Je m’arrête à une intersection, bloquée par une voiture qui fait un espèce de demi-tour chelou. A ce moment-là surgit une moto avec deux flics qui vont engueuler le conducteur. Qui se met à reculer frénétiquement, s’approchant dangereusement de ma caisse. Malgré mes coups de klaxon, le cul de ce trouduc finit par m’emboutir !! Je regarde les flics qui m’indiquent de suivre la voiture. Et alors que je pense qu’on va se garer pour faire un constat, la voiture se barre… !

 Alors là je vois rouge. Mais alors là rouge de chez rouge. Je suis la caisse, à fond les ballons, le klaxon enfoncé. On tourne à gauche, je ne faiblis pas. On tourne à droite, j’accélère.  On tourne à gauche. Je vois une opportunité de doubler, je fonce, et je me gare en travers, coupant la route à l’autre enfoiros. Une prouesse automobile digne de Taxi.

Et alors là, je sors de la voiture, les jambes tremblantes (contre-coup de cette folle course poursuite), et je me mets à hurler « Mais putain ça va pas non ??? Quand t’as un accident tu t’arrêtes !! ».

Et mon assaillant sort de sa caisse, apparemment aussi secoué que moi, et commence par reconnaître mes talents au volant, et puis s’excuse platement…

Le conducteur est en fait une très belle jeune fille, qui dit avoir paniqué quand les policiers se sont mis à lui parler et qui promet prendre en charge les frais de réparation…

 Et là-dessus débarquent les deux gus à moto ! Enchantés !! Ils commencent par également me féliciter sur ma performance. Prennent son permis. Nous proposent d’échanger les numéros de téléphone. Viennent me faire au-revoir à la fenêtre en me répétant, le pouce en l’air, que je suis une personne géniale (je sais pas si ils font référence à mes talents de conductrice ou ma magnanimité en ne défonçant pas l’autre abrutie)…

On leur a fait leur journée : la jolie indienne moulée dans sa tenue de yoga et la connasse du huitième parisien en petite robe et lunettes de soleil qui jouent à Fast and Furious dans les rues de Bandra !! Ils étaient trop ravis pour même penser à demander de l’argent…

dimanche, 20 octobre 2013

Pourquoi en Inde c'est la jungle sur les routes ?

inde,circulation,conduite,conduire,code de la route,règles,voiture,conduite à gauche,permis,bus,transport public,métro,réseau routier,parc automobile,accidents,route,rue,vaches,chèvres,rickshawsJ’ai conduit mes quatre collègues au restaurant l’autre jour. Commentaire de l’un d’eux sur ma conduite : « Si un flic t’arrête il te donne direct la nationalité indienne ! » Comprenez ici qu’en dix minutes j’avais suffisamment klaxonné, fait de demi-tours impromptus et grillé de feux pour mériter le titre d’Indienne !! 

Mais alors, pourquoi les Indiens conduisent-ils si mal ?? 

 

Je vous arrête tout de suite, ce n’est pas la faute des femmes au volant !! En 2011, seulement 11% des permis appartenaient à des femmes (1) ; et la plupart ne conduisent pas…  

 

C’est une combinaison de facteurs qui explique l’anarchie qui règne sur les routes en Inde…  

 

Il n’y a pas assez de routes (même si le réseau routier est le deuxième mondial en termes de kilomètres et croît de 4% par ans depuis 1951) (2) ; et surtout elles sont pourries ! Et je ne parle pas des routes du Madhya Pradesh (où tu mets 10 heures pour faire 500 kms), le bitume de Mumbai (la capitale économique) est plus troué que du gruyère ! 

 

Le nombre d’automobilistes augmente vitesse grand V, une petite dizaine de millions chaque année. 

Et la pratique de la conduite est relativement nouvelle : en une génération (20 ans) le nombre de véhicules sur les routes est passé de 5 à 142 millions ! Et encore… à peine 1% des Indiens ont leur voiture. (3) Flippant !! (à part peut-être pour les constructeurs automobiles…) 

 

inde,circulation,conduite,conduire,code de la route,règles,voiture,conduite à gauche,permis,bus,transport public,métro,réseau routier,parc automobile,accidents,route,rue,vaches,chèvres,rickshawsCe qui fait donc que la plupart des gens utilisent les transports publics (dominés à 90% par le bus) ou les rickshaws. Or les chauffeurs de bus sont des malades mentaux qui ne s’arrêtent en aucun cas (même pas pour charger les passagers). Ceux de Mumbai actionnent manuellement leur clignotant –  une flèche en métal placée au niveau des fenêtres avant. Quand ils l’actionnent. Tous conduisent des engins qui datent pour la plupart de Mathusalem et qui transportent souvent 2 à 3 fois le nombre de passagers prévus. D’où des dizaines de milliers de victimes du transport public en Inde chaque année… (4) 

 

Pour couronner le tout, la plupart des Indiens gagnent leur permis dans une pochette surprise !! Techniquement, quand tu déposes une demande de permis, on t’en donne un temporaire et pour avoir le permis définitif tu dois passer un test de conduite (ils s’en tapent que tu aies pris des cours ou non). J’ai fait un tour de table et trois de mes quatre collègues n’ont pas passé l’examen… Tout s’achète ici ! En conséquence personne ne semble vraiement savoir faire la différence entre les phares et les codes ce qui rend la conduite de nuit très aveuglante (surtout à Delhi)...

 

Le test en ligne pour savoir si tu connais le code de la route contient une dizaininde,circulation,conduite,conduire,code de la route,règles,voiture,conduite à gauche,permis,bus,transport public,métro,réseau routier,parc automobile,accidents,route,rue,vaches,chèvres,rickshawse de questions simples (5). Je l’ai fait, et puis je suis allée regarder les règles de la route en Inde (6). Il y en a tout juste une trentaine : rouler à gauche, se mettre sur la droite quand on veut tourner à droite, se mettre sur la gauche quand on veut tourner à gauche, doubler par la droite (sauf si le véhicule de devant s’est arrêté pour tourner à droite), ralentir en arrivant à une intersection ou un passage clouté, laisser la priorité à droite aux intersections quand on n’est pas sur une artère principale, ne pas faire demi-tour quand c’est interdit, ne pas écraser de piéton, laisser passer les ambulances, ne pas conduire à contre-sens dans les rues à sens unique, s’arrêter au feu et au policier qui fait la circulation. Et c’est à peu près tout ! 

Ah attendez ! Il y aussi les « signes/signaux ». Je vous laisse juger par vous-mêmes : « Pour indiquer un ralentissement, étendre le bras droit avec la paume vers le sol ; pour indiquer un arrêt, lever l'avant-bras droit verticalement à l'extérieur, paume vers la droite ; pour tourner à droite, tendre la main droite en position horizontale à l'extérieur avec la paume de la main tournée vers l'avant ; pour tourner à gauche, étendre le bras droit et effectuer une rotation en sens inverse des aiguilles d’une montre ; pour dépasser, étendre la main droite et le bras horizontalement à l'extérieur et ramener le bras de l'arrière à l'avant dans un mouvement semi-circulaire. Les signaux ci-dessus peuvent également être simplifiés par des dispositifs mécaniques ou électriques. »

Enfin, la règle la plus importante, et non écrite, c’est « regarde devant toi et fonce ». Les autres t’éviteront… Inch’allah.

 

N’oublions pas le comportement hyper individualiste des Indiens en certaines circonstances (apparemment hérité du temps du protectionnisme, du rationnement et de la pénurie, où les Indiens devaient se battre, littéralement, pour avoir accès à n’importe quel bien de consommation (bouffe, radio, fringues etc.) qui se retrouve dans les files d’attente et… sur la route !  

 

Et rappelons que les automobilistes ne sont pas les seuls à prendre la route… Les vaches, les chèvres, les charrettes à bœuf, les tracteurs, les chevaux ont également droit de circulation.  

 

On mélange le tout et on obtient le chaos sur les routes ! Et évidemment y a plein d’accidents et beaucoup plus de mortels qu’on pourrait le croire vu la vitesse réduite de conduite… (7)  

inde,circulation,conduite,conduire,code de la route,règles,voiture,conduite à gauche,permis,bus,transport public,métro,réseau routier,parc automobile,accidents,route,rue,vaches,chèvres,rickshaws

(1) Source : http://articles.timesofindia.indiatimes.com/2012-03-08/chennai/31135711_1_women-friendly-licences-motorcycle-manufacturers 

(2) Si l’Inde a le deuxième réseau routier du monde avec 4.2 millions de kilomètres qui croît de 4% par an depuis 1951 (3.4% depuis 2001), ça reste une croissance de plus de moitié du nombre de voitures. Source : http://www.indiaspend.com/investigations/indias-traffic-nightmare-roads-grow-4-vehicles-grow-11-2 

(3) 0,3 millions vehicles in 1951, 5,4 millions in 1981, 21,4 millions in 1991, 55 millions in 2001 and 142 millions in 2011!  

Sources : http://nctr.usf.edu/jpt/pdf/JPT%208-1%20Singh.pdf ; http://data.gov.in/dataset/state-wise-total-registered-mo... 

Review of Urban Transportation in India: http://nctr.usf.edu/jpt/pdf/JPT%208-1%20Singh.pdf 

Le parc automobile indien fait presque cinq fois celui de la France (avec 142 millions de véhicules sur les routes indiennes en 2011 contre 31 millions en France). Evidemment si on rapporte au nombre d’habitants la France a 4 fois plus de véhicules pour 1 000 habitants (481 contre 118).  

Sources : http://www.statistiques-mondiales.com/ue_voitures.htm; http://www.knowindia.net/auto.html; http://www.linternaute.com/auto/magazine/l-automobile-en-10-chiffres-cles/31-millions.shtml 

(4) Les bus représentent 90% du transport public en Inde – une tendance également partagée partout sauf à Mumbai où les trains transportent 58% des gens qui utilisent les transports publics. A Delhi et Chennai, moins de la moitié des gens utilisent le transport public. Une tendance opposée à Mumbai ou Kolkata – qui s’explique par la configuration des villes (les premières sont moins densément peuplées, plus polycentriques et géographiquement étalées). Le métro de Delhi est superbe mais déjà bondé (aux heures de pointe surtout) et pas pratique : sa structure en étoile impose de passer par le centre pour aller d’un point à l’autre. Bangalore et Kolkata ont aussi le métro et nombre d’autres villes y travaillent.  

Sources : http://cistup.iisc.ernet.in/Urban%20Mobility%208th%20March%202012/crisis%20of%20public%20transport%20in%20India.pdf; http://economictimes.indiatimes.com/slideshows/infrastruc...  

(5) http://rtoindia.com/startTest.asp  

(6) https://products.tradeindia.com/security-protection/roadway-safety/

(7) http://www.indiansamourai.com/archive/2009/08/18/-.html 

lundi, 02 septembre 2013

Imli-ji dans le Madhya Pradesh - Part 2

 Quel contraste entre la foule de Gwalior et le lendemain quand nous avons visité le fort d’Orchha complètement vide ! Et un cadre magnifique !! Du vert (presque fluo) partout grâce à la profuse mousson de cette année ! 

Le dimanche suivant, nous avons visité le fort de Maheshwar et les ghats (quais), grouillant de monde partout. Avec des dizaines d’Indiens nous demandant à prendre des photos de nous, ou avec nous c’est selon (voir ma précédente note à ce sujet). J’aurais tiré au moins une leçon de ces vacances : si je voyage en Inde et suis amenée à visiter un lieu touristique, un dimanche ou un jour férié, soit j’y vais super tôt soit je reste me faire masser à l'hôtel...  

 

On m'avait parlé de Mandu (à 2 heures de Maheshwar) et j’avais vraiment hâte d’y aller. Et de fait, c'était vraiment chouette ! Il y a beaucoup de choses à voir, beaucoup d'histoire et beaucoup de verdure (en cette saison). Même le lac était plein, la première fois depuis des années !  

 

Mais Maheshwar a vraiment été le clou du voyage. Un endroit avec une atmosphère incroyable ! Et l'hôtel du fort  (Ahilya Fort) n’a fait que rendre la surprise meilleure : le personnel est super sympathique (même si très anti touristes indiens (tout en étant eux-mêmes Indiens)), il y a une belle piscine et un jardin potager, presque personne, open bar 24 heures sur 24. Wow !!

Ils ont même pimenté notre sortie à Mandu en organisant l’écrasement d’un chevreau par notre chauffeur, la course poursuite par le gardien de chèvres qui a troqué sa charrette à bœufs contre une moto (plus rapide), l’échauffourée dans un village puis les discussions interminables au commissariat. Au final le chauffeur a filé 1500 roupies (20 euros) au gardien de chèvres et 1000 roupies à la police pour avoir réglé les choses « à l’amiable », et on a même rencontré le chef politique du coin qui a sauvé la peau du chauffeur en intervenant auprès des flics (lui évitant ainsi d’appeler l’hôtel à l’aide et sans doute perdre son emploi).  

 

inde,madhya pradesh,mandu,maheshwar,conduite,route,ahilya fort