Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 18 octobre 2009

Happy Diwali !!

Alors que les familles indiennes se rassemblent et que les étrangers profitent du long week-end pour une escapade hors de Bombay, je profite de Diwali pour squatter mon canapé et me remettre de nos virées à Chhattisgarh et Goa…

 

Cette année, les festivals ont été très rapprochés. Normalement Diwali arrive plutôt en novembre. Mais bon c’est une histoire de lune donc… Tous ces festivals, ça revient cher pour les ménages… Et puis les prix ont drastiquement augmenté : les pétards coûtent 3 fois plus cher, le dal, le sucre et autres nécessités ont vu leurs prix multiplier par 7. Résultat, c’est plutôt calme, et je dois dire que je ne m’en porte pas plus mal. J’ai chopé une espèce de traumatisme des pétards à Pune (http://www.indiansamourai.com/tag/diwali) et depuis j’attends Diwali avec appréhension… Comme les chiens…

 

Par exemple, je suis allée acheter du coca ce soir et un enfoiré a fait péter un pétard à 5 mètres de moi ; j’en ai encore les oreilles qui bourdonnent. Et, sans déconner, ça me met hors de moi. Non, je ne trouve pas ça mignon ces adultes qui se prennent pour des gamins. Non, c’est juste insupportable de se sentir sur un champ de bataille en pleine guerre mondiale pendant 5 jours. Parce que c’est pas des petits pétards, c’est des très très gros pétards, qu’ils balancent sans vergogne sur les rickshaws et sur feu mes roues de vélo et partout ailleurs.

 

Bref, passons à autre chose. Cette année, nous sommes allés entre collègues faire une puja (cérémonie) à l’entrepôt. Et pour l’occasion, nous avons fait couleur locale… Depuis des mois, Nanda, ma collègue, préparait ma tenue : me convaincre de mettre un sari, l’acheter sari – avec longs débats sur la couleur vu que je voulais du noir et que c’est la seule couleur interdite parce qu’en fait c’est une non-couleur et Diwali c’est le festival des lumières / couleurs ; et faire tailler la blouse ; acheter les bangles etc. etc. Et voici le résultat !

 

Moi en sari.jpg

 

J’ai pas la pose idéale et j’ai la moitié du bide à l’air mais il fait affreusement chaud dans ces six mètres de tissu. Surtout avec la vague de canicule (October heat) qui s’est abtattue sur Mumbai ces derniers jours….)

lundi, 27 octobre 2008

Happy Diwali!!

J’ai fui Pune et le Maharashtra en espérant qu’il y aura moins de pétards au Kerala… Pas sur, pas sur. Voila un festival qui me plait moyen : fête des lumières de par son nom, les Indiens en ont fait la fête du bruit (et des pétards) et pas moins de 29 personnes se sont déjà faites exploser (le 23 octobre), avant que les festivités n’aient commencé !

En tout cas, y a des guirlandes partout, on dirait Noel ! Et on va bien manger…

Pour la petite histoire :

Diwali est, dans certaines régions de l'Inde, considéré comme le nouvel an hindou, fêté le jour de la nouvelle lune de novembre, aussi appelé "lune noire" puisque la lune est invisible. C'est une fête très populaire en Inde où l'on s'offre des cadeaux et on allume un grand nombre de feux d'artifice.

Diwãli (forme contractée) est aussi transcrit Dipavãli ou Deepavali (du sanskrit, rangée de lumière). C'est la fête hindoue des lumières, qui se tient le dernier jour du calendrier Vikram, l'un des calendriers hindous utilisés par les Indiens du Nord. Le jour suivant est le début de la nouvelle année appelée par les Indiens du Nord Annakut.

Dans l'Inde du Sud, Divâlî ne coïncide pas avec le début de la nouvelle année, car un autre calendrier est utilisé, le calendrier Shalivahana. Dans l'Inde du Sud, la nouvelle année, appelée Ugadi, est célébrée en Andhra Pradesh et au Karnataka. Vishu et Varsha Pirappu sont célébrés respectivement au Kerala et auTamil Nadu. Ces trois fêtes sont habituellement célébrées au printemps, en général en mars ou avril.

 Source : http://www.diwali.be/index.php?option=com_content&task=view&id=50&Itemid=183

lundi, 12 novembre 2007

Diwali

c971f15b2b2c895b782e3b13431163d0.jpgDiwali… Le bon côté de ce festival, c’est les 2 jours fériés qui vont avec. Le mauvais côté c’est les empêcheurs de dormir en paix qui vont avec… Le premier matin, je ris jaune quand les pétards – à ce propos je ne suis toujours pas convaincue qu’il ne s’agit pas de bâtons de dynamite – me réveillent à 5h30 du matin. Et une grasse mat’ de soufflée, une. Le soir, c’est sympa, y a des feux d’artifice, c’est festif. A minuit, ça commence à être moins sympa ; à 2h du mat’, je tournerais presque à l’hystérie avec les pétards qui me font sursauter en permanence. A 3h, je m’endors… Pour être réveillée 3h plus tard par une détonation (puis deux, puis trois…) assourdissante. Et ça dure pendant 4 jours…f8aec6f42fada35e995be9fe021d3bb6.jpg

Voilà, même si j’appellerais Diwali la fête du bruit, ici on l’appelle Diwali la fête des lumières. C’est un peu le 14 juillet et Noël à la fois. Des feux d’artifice en permanence (la nuit), des pétards en permanence (jour et nuit, vous l’aurez compris ;) ), des guirlandes sur les balcons, des lampes suspendues devant les maisons (auparavant, les gens allumaient des ‘diyas’ (lampes en argile) mais la fée électricité les a transformées en lampes électriques), des dessins sur le seuil…

Deepavali (ou Diwali) signifie littéralement, en Sanskrit, 'rangée des lampes.'  L'éclairage des lampes est une manière de demander à un dieu une bonne santé, de la richesse, de la connaissance, de la paix, du courage et de la renommée. Mais pourquoi ??

D’abord, une explication logique : c'est par la lumière que la beauté de ce monde est éprouvée. La plupart des civilisations du monde identifient la lumière comme cadeau de Dieu. Pour les hindous, l'obscurité représente l'ignorance, et la lumière est une métaphore de la connaissance. Par conséquent, allumer une lampe symbolise la destruction, par la connaissance, de toutes les forces négatives (méchanceté, violence, convoitise, colère, envie, avarice, bigoterie, crainte, injustice, oppression et douleur, etc...). Pendant Diwali, le festival des lumières, nous allumons la lampe de la connaissance.

71dc7ea7b9ad5aede77575ce37c5829f.jpgL'histoire de Diwali est remplie de légendes. Bien que le thème central de toutes les légendes soit celui de la victoire du bien sur le mal, son mode de représentation diffère.

Le retour du seigneur Rama to Ayodhya. Exilé avec sa femme Sita et son frère Lakshman pendant 14 ans, il revient tuer le roi démon Ravana. Les gens d’Ayodhya auraient allumé des lampes à huile tout le long du chemin pour lui éclairer la route dans l’obscurité. Comme Rama a traversé le pays du Sud au Nord, le festival est célébré partout en Inde.

Le meurtre de Narakasura. Il est célébré 2 jours avant Diwali. Narakasura était un démon qui avait créé des ravages et que Satyabhama, la femme du Seigneur Krishna, a tué. Une version veut que ce soit Krishna qui est poussé sa femme a commettre le meurtre, prétendant avoir été blessé par le démon ; et ce parce que le démon ne pourrait être tué que par sa mère et que justement, ça tombe bien, Narakasura est le fils de Satyabhama ! Le démon aurait demandé une faveur à sa môman : que tout le monde célèbre sa mort avec des 900db41aaaddca85e057d784e89f5382.jpglumières colorées.

La pénitence de Shakti. La déesse Shakti aurait observé 21 jours d’ascétisme pour avoir la moitié du corps du Seigneur Shiva. Deepavali est le dernier jour de cette période ; c’est le jour où Shiva accepta Shakti comme moitié gauche et apparut comme Ardhanarishvara. d0711b911c825f67a39602658cfda870.jpg

La victoire de Krishna sur Indra (la divinité du tonnerre et de la pluie). Elle est célébrée le jour suivant Diwali. Krishna aurait vu les énormes préparatifs de l’offrande annuelle au Seigneur Indra et aurait interrogé son père Nanda à ce sujet. Il était contre le fait que les paysans révèrent un phénomène naturel. Convaincus par Krishna, ils ne célébrèrent pas Indra qui, énervé, a inondé le village. Krishna a alors élevé le Mont Govardhan pour protéger son peuple et son bétail de la pluie. Indra s’est reconnu vaincu.

Le retour de Bali des Enfers. Le roi Bali était un gouverneur généreux et très ambitieux. Vishnu a voulu le tester et lui est apparu sous forme de nain. Il lui a demandé quelle distance pourrait parcourir un nain en 3 pas. L’autre s’est foutu de sa gueule ; Vishnu est redevenu lui-même, a couvert la terre, les cieux et l’univers entier en 3 pas et envoyé Bali en enfer. Il serait autorisé à retourner sur terre une fois par an.

Les 5 jours de Diwali Le festival de Diwali s’étend sur 5 jours. A part Diwali, tous les jours sont nommés d’après le calendrier hindou.6b9a6d82f78f0933b72dd5eec3de618f.jpg

  1. Dhanatrayodashi or Dhan teras: Dhan signifie « richesse ». C’est un jour propice pour les achats, de l’or, ou au moins des ustensiles pour la cuisine.
  2. Naraka Chaturdashi: c’est le jour où le démon Narakasura a été tué, symbolisant la victoire du bien sur le mal et de la lumière sur l’obscurité. Les Hindous se lèvent avant l’aube, prennent un bain parfumé et portent de nouveaux vêtements. Ils allument de petites lampes tout autour de la maison et dessinent des kolams/rangolis élaborés à l’extérieur des maisons. On dit que prendre un bain sous les étoiles serait équivalent à se baigner dans le Gange sacré. Après la cérémonie religieuse, les enfants balancent des pétards. Le soir, on vénère la déesse Lakshmi (déesse de la richesse) en lui offrant des plats spéciaux. Comme c’est un jour sans lune, beaucoup offrent des tarpana (offrandes d’eau et de graine de sésame) à leurs ancêtres.
  3. Lakshmi Puja ou Diwali: c’est le jour le plus important du festival. On allume des lampes partout pour accueillir prospérité (Lakshmi) et bien-être (Ganesh, Dieu de la chance).
  4. Govardhan Puja : c’est le jour où Krishna a battu Indra. Le Seigneur Krishna a appris à son peuple à révérer la nature plutôt que les dieux. Il faut prendre soin de l’environnement (quelle actualité ce Krishna !). On change les cahiers des comptes.
  5. Bhaiduj : c’est le jour où les frères et sœurs expriment leur amour et affection les uns envers les autres.