Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 21 novembre 2016

Trekking au Népal en aout – Chapitre 2, Où trekker en Inde en août ?

Restait plus qu’à trouver l’endroit où baptiser notre sac… Et là… Pas facile. Parce qu’en août, il pleut en Inde. Pas tout le temps mais assez pour rendre une randonnée un peu pénible.

Je connais notamment deux coins secs et superbes : le Ladakh et la Spiti Valley. Mais j’avais déjà exploré les lieux (en août, et en toute sécheresse) mais l’altitude me faisait un peu peur avec mon petit. Ma mère avait par exemple eu un sal mal d’altitude dans la Spiti Valley.

J’explorai ensuite l’Himachal Pradesh, avec des options autour de Manali (moins haut et moins loin que la Spiti Valley) mais les 15 heures de bus pour s’y rendre m’ont arrêtée net. A la grande surprise de l’organisateur local qui voyait pas le problème – et très franchement je sais pas comment les Indiens font pour se taper des trajets pareils avec des enfants…

Je partis ensuite sur la piste de l’Uttarakhand où j’avais fait un très beau (et mouillé) séjour en août dans la région de Kumaon. Mais posée dans un chouette hôtel, la pluie sonnait plus romantique que sous tente. Pourtant de nombreux treks dans cette région ne se font QUE pendant la mousson, la plupart étant des pèlerinages. Faut croire que c’est donc possible. Une grosse pluie mit fin à mes considérations, quand j’entendis parler de nouveaux glissements de terrain – fallait voir la débâcle en 2013, avec la disparition de quelques 5 700 personnes suite à trop de pluie.

Je finis donc par m’orienter sur le Cachemire et achetai les billets d’avion avant que qui que ce soit ne vienne me décourager : je la connais la réputation de Cachemire mais si on se base là-dessus on ne fait plus rien ! Immédiatement ma prof de Pilates (Kashmiri) me mit d’ailleurs en garde : c’est de la folie d’y aller un 15 août (jour de l’Indépendance de l’Inde) quand les insurgés qui veulent faire sécession profitent de la fonte des neiges estivales pour aller mettre un peu le bordel dans la capitale. Bon ben tant pis, les billets étaient pris, on verrait bien ! Et là, PAN !, à peine quelques jours plus tard, un insurgé se fait buter, le conflit reprend de plus belle, 350 personnes sont blessées, le couvre-feu est mis en place. Pas de panique. Il me reste un mois avant le départ, ça va bien se calmer.

Et puis pour en rajouter une petite couche, quelques jours plus tard, j’apprenais qu’une fille de notre groupe était enceinte ! Là ça commençait à faire beaucoup pour bibi… Elle demanda conseil à sa gynéco qui réagit sans ambiguïté : « Faire un trek au Cachemire en août ? Mais pourquoi ?? Tu vas pas aller au Cachemire maintenant non ? Moi je suis du Cachemire et je te le dis cash, c’est niet en ce moment ! ». Elle lui demanda donc de faire abstraction de la destination et de lui dire si elle pouvait faire un trek… Et elle était pas chaude chaude : ce qui l’angoissait c‘était l’exercice physique, quand on recommande d’y aller mollo pendant le premier trimestre. « Pourquoi tu veux te fatiguer ? » Elle renonça à lui expliquer ! Parce que c’est vrai, au fond, quand on y pense, pourquoi se fatiguer ??

Et voilà, nous étions à trois semaines du départ, sans début de programme. Ça continuait de péter au Cachemire, à tel point que les compagnies aériennes et agences touristiques remboursaient les billets d’avion à 100%. Et pour tout dire je commençais à me demander si tout ça n’était pas un signe du destin, genre allez donc vous reposer au bord de la mer dans un resort pépère… Je trainais donc sur la toile, des îles Andamans à Koh Sa Mui, quand je tombais sur un site avec en bas à gauche un encart Népal. Mais c’est bien sûr !! Le Népal !!

lundi, 14 novembre 2016

Trekking au Népal en aout – Chapitre 1, La genèse

Faire un trek au Népal en août ? Mais pourquoi ??

Bah voilà pourquoi…

Tout a commencé par une fraiche journée d’avril 2015, alors que je me baladais en famille dans les monts corses, avec un Bébé Samourai de 4 mois installé dans son porte-bébé. J’étais pas peu fière avec mon rejeton position bébé kangourou ! Quand, après une ou deux heures de marche je vis passer une famille avec un petit d’un an dans un sac à dos spécial rando, un truc de compèt. Qui m’a donné plein d’idées !

Quand vint la question des vacances d’été cette année, j’imaginai donc direct un petit trek avec Bébé Samourai, du haut de ses 20 mois. La première partie fut relativement aisée : trouver un porte-bébé de compèt. Ça n’existe pas vraiment en Inde, ou alors je ne suis pas au courant. Mais une Française en vendait un d’occas sur un site d’expatriés. Aussitôt vu aussitôt acheté !

lundi, 07 novembre 2016

Le glam des métropoles indiennes

image1.JPG

Gurgaon, dans le brouillard post-pétards de Diwali (trois jours plus tard et l'air est toujours difficilement respirable)

image3.JPG

Hyderabad

image2.JPG

Bangalore