Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 10 octobre 2019

Inde: Liens pratiques

Venir en Inde / Voyager en Inde :

Liens utiles en Inde :

Expatriation :

 Rencontrer des expatriés / échanger avec des expatriés :

 Liens pratiques pour expatriés :

 Trouver un job en Inde :

 Hindi :

lundi, 07 octobre 2019

Le rickshaw et ses déclinaisons

S’il y a bien une chose dont je ne me lasse pas en Inde, c’est bien les rickshaws. Même quand ils sont encore plus défoncés que les routes et qu’il fait une chaleur torride dehors. Y a rien à faire, j’adore. Voici quelques rickshaws (appelés « auto » en Inde, quand ils sont à moteur, et « tuk tuk » par les étrangers qui sont auparavant allés en Asie) de l’incroyable panoplie indienne :

Le rickshaw vert et jaune de Delhi NCR :

inde,rickshaw,e-rickshaw,auto rickshaw

Le e-rickshaw de Delhi NCR (qui n’est en fait pas si « e » que ça, puisque ses batteries au plomb sont difficilement recyclables en Inde et s’usent en 6 mois) :

inde,rickshaw,e-rickshaw,auto rickshaw

Le e-rickshaw de livraison d’Ikea à Hyderabad (qui utilise des batteries au lithium) :

inde,rickshaw,e-rickshaw,auto rickshaw

Le rickshaw à l’énergie solaire du campus IIT de Delhi :

inde,rickshaw,e-rickshaw,auto rickshaw

Le rickshaw le plus vert au monde, tiré par des hommes (appelés « hommes-chevaux ») à Calcuta :

inde,rickshaw,e-rickshaw,auto rickshaw

Le rickshaw à pédales dans le vieux Delhi (ou dans certains quartiers de New Delhi) :

inde,rickshaw,e-rickshaw,auto rickshaw

Le rickshaw 8 places blindé qui fait bus scolaire :

inde,rickshaw,e-rickshaw,auto rickshaw

Le rickshaw de l’ambassadrice du Mexique à Delhi :

inde,rickshaw,e-rickshaw,auto rickshaw

Le rickshaw orange et noir du Tamil Nadu (Madurai) :

inde,rickshaw,e-rickshaw,auto rickshaw

Des rickshaws classes comme celui-ci à Ernakulam, Kerala :

inde,rickshaw,e-rickshaw,auto rickshaw

Le rickshaw noir et jaune de Mumbai, qui fait aussi barque :

inde,rickshaw,e-rickshaw,auto rickshaw

L’incroyable rickshaw de Sandeep Bacche a.k.a Munnabhai SSC à Mumbai (voir l'article) : 

inde,rickshaw,e-rickshaw,auto rickshaw

Le rickshaw rose conduit par des femmes et qui ne transporte que femmes et enfants :

inde,rickshaw,e-rickshaw,auto rickshaw

Le rickshaw qui fait la course (le « rickshaw run », une course de 2 semaines organisée 3 fois par an de 3 000 km (entre Jaisalmer et Kochi) : https://www.theadventurists.com/guides/rickshaw-run/) :

inde,rickshaw,e-rickshaw,auto rickshaw

Le rickshaw écrasé (et oui ça arrive, et ça fait pot de yaourt) :

inde,rickshaw,e-rickshaw,auto rickshaw

lundi, 16 septembre 2019

Goa pendant la mousson

Peut-être faut-il vivre en pays tropical pour apprécier la pluie. Une pluie tiède qui vient délivrer d’une chaleur parfois torride parfois oppressante. Et qui, à chaque fois qu’elle tombe, rappelle combien il a fait chaud entre avril et juin. Certes, les « bonnes » années, la mousson s’accompagne de catastrophes naturelles (inondations, glissements de terrain, etc.) et d’un peu de blues – sans doute à cause d’un manque de vitamine D provoqué par la furtivité du soleil, celui-là même dont on se cachait quelques semaines plus tôt.

La mousson ne frappe pas partout avec la même intensité, et varie toujours d’une année sur l’autre, pur caprice de la nature, salvatrice et destructrice à la fois. À Gurgaon, elle s’est faite rare cette année, alors je ne fantasmai sur rien de plus que d’échapper à l’infernale chaleur d’avant l’orage qui ne venait jamais. Rien de tel qu’un voyage à Goa pour ça. Les éléments liquides qui se déchaînent, la pluie dans les vagues, accompagnés du vent qui souffle dans les cocotiers, voilà qui me faisait rêver. D’ailleurs, cet État balnéaire, bondé de touristes de novembre à février, se renouvelle et s’efforce désormais d’attirer les touristes pendant la mousson, quand la plupart des paysages deviennent vert fluo.

Il en faudra sans doute un peu plus pour convaincre les étrangers pour qui de la pluie en juillet-août est synonyme de vacances gâchées. Surtout si personne n’est là pour leur faire un chai bien chaud pendant qu’ils regardent les gouttes tomber et la vie se renouveler. À leur décharge, il me faut bien avouer qu’il n’y a pas que moi et les plantes qui revivent lorsque la pluie arrive. Il y a aussi la moisissure. Et il faut du temps pour s’habituer à l’humidité, la moiteur qui s’invite partout, sur la peau, dans les vêtements, dans les valises. Le resort Swapnagandha, à la frontière du Maharashtra, de Goa et du Karnataka, dans les ghats (à quelque 600 mètres d’altitude), prévient d’ailleurs clairement ses hôtes : si la moisissure des draps et des rideaux vous rebute, vous n’avez qu’à partir, ici on vit en harmonie avec la nature (de toute façon il n’y a rien à faire). Nous y avons mis tout le bon cœur que nous avions, mais il faut bien avouer que le soulagement fut grand de retourner dans les plaines un peu plus ensoleillées, voire même dans mon Gurgaon désertique !

inde,goa,mousson,pluie,plage,août,swapnagandha

Louer une maison de type portugaise, la nouvelle mode, et ô combien plus sympathique qu'un hôtel.

inde,goa,mousson,pluie,plage,août,swapnagandha

Le vent, les palmiers et les vagues d'une mer marronasse où on se baigne pas en cette saison.

inde,goa,mousson,pluie,plage,août,swapnagandha

Regarder la pluie tomber en sirotant un chai.

inde,goa,mousson,pluie,plage,août,swapnagandha

La luxuriance végétale de cette époque de l'année.

inde,goa,mousson,pluie,plage,août,swapnagandha

Les rizières de Goa.

inde,goa,mousson,pluie,plage,août,swapnagandha

Swapnagandha, 99,5% d'humidité, une vue incroyable sur des chutes d'eau que les nuages viennent cacher régulièrement.