Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 02 septembre 2019

Les secrets de la gestuelle indienne révélés

Sous la pression populaire (merci Anne), je reviens en force !

Et plutôt que de parler de l’élection triomphale de M. le Modi, de son annexion du Cachemire ou de la crise économique qui se confirme (même si ce n’était pas trop visible dans le bar où j’étais vendredi soir), je voudrais parler de la gestuelle indienne. À défaut de parler couramment hindi, je parle très bien indien avec mes mains, et un peu ma tête. Je la dodelinais à outrance les premiers mois de ma vie indienne, jusqu’à ce que ma colloc française se mette à secouer la tête en me parlant et que je comprenne que chaque culture à sa gestuelle, qui peut paraître grotesque sortie de son contexte. Il n’y a pas qu’à Bollywood que les Indiens théâtralisent, presque toute conversion est codée de gestes bien particuliers !

inde,gestes,gestuelles,mouvement de la tête,mouvement des mains,namasté

Une petite introduction plus drôle que vraie mais vraiment drôle quand même (merci Koldeko!)

Il y a des gestes pour tout dire : oui, non, ok, peut-être, j’ai faim, j’ai envie de faire pipi, quoi/où/quand ?, désolé, je ne sais pas, t’es niqué, cinq minutes, etc.

 

En plus de ceux de cette vidéo, il y a le geste pour dire:

  • « n'importe quoi »: se taper le front de la main
  • « oh mon dieu »: se tenir la tête entre les mains et secouer du chef
  • « viens »: tendre le bras à l’horizontal et replier les doigts jusqu’à ce qu’ils touchent la paume, ouvrir les doigts et répéter
  • « dégage »: tendre le bras à l’horizontal, le tourner à 45 degrés et bouger les doigts de gauche à droite
  • « je ne sais pas »: lever les épaules, tendre la paume des mains et faire une moue cheloue
  • « je ne comprends pas »: tendre le bras et faire le geste de dévisser une ampoule
  • « je ne comprends pas »: tendre le bras et lever les doigts pour montrer la paume

Et puis il y a tous les autres gestes, y compris régionaux, notamment dans le Tamil Nadu : 


lundi, 18 mars 2019

IndianSamourai à la ferme rajasthani

Lors de mon aventure équestre, il n’est arrivé une histoire rigolote.

Inde,rajasthan,shekhawati,campagne,maisons,fermeLe deuxième jour nous avons fait une pause chai dans une ferme, un bloc de béton hideux comme il en pousse de partout dans la campagne shekhawati, blockhaus en attente de peinture jaune, rose, bleu ou violet, qui n’ont décidément pas le charme des maisons en boue/blouse. Bref. À peine descendue de cheval, on m’installe un banc à vingt mètres de la maison, pour moi toute seule. Trop timide pour protester, je suis allée parler à mon cheval. Il faut dire qu’à part une petite mamie dans un coin, il n’y avait que des hommes, c’était peut-être poli pour eux de m’isoler ainsi.

Le lendemain, rebelote. Même ferme, même banc. Cette fois, j’ai dit non et je suis allée dire bonjour à la forme accroupie et recouverte d’un châle posée dans un coin de la cour. En guis de réponse elle a grogné un truc indistinct, j’ai eu un peu peur mais j’ai résisté à l’idée de courir à mon banc et j’ai répété « namasté » plus fort en joignant les mains. Elle m’a répondu avec un grand sourire, s’est levée et m’a posé des questions sur moi et ma vie. Pour satisfaire sa curiosité, j’ai montré des photos de ma famille. Elle était tellement contente qu’elle a voulu immortaliser notre amitié en photo !

Ensuite elle m’a offert un lait chaud sucré. Un peu surprise, j’ai bu malgré tout. Et puis elle est arrivée avec un broc à eau. J’ai cru comprendre que c’était pour me laver les mains. J’étais encore plus surprise, et un peu gênée de me faire nettoyer comme ça, mais je me suis exécutée. Comme elle n’arrêtait pas de verser de l’eau et que je ne comprenais pas son charabia, j’ai remonté mes manches pour mieux me laver. Et puis, inquiète à l’idée que ça tourne en bain public et comprenant bien qu’elle attendait autre chose de moi, je me suis tournée vers mon guide pour qu’il vienne à ma rescousse. Il m’a expliqué très clairement, en hindi, qu’après avoir bu du lait, les Indiens se lavent... la bouche. Et moi qui me récurais les mains, la honte !

Me voilà donc avec les paumes en coupe à recevoir de l’eau que je porte à ma bouche et, suivant les consignes, à cracher dans le sable à mes pieds. Une fois a suffi, même s’ils m’ont encouragée à recommencer. Heureusement que le ridicule ne tue pas !

Enfin, j’ai croisé un papi un peu plus loin auquel une jeune fille apportait un broc à eau. Et je pus remarquer qu’avant de boire ou de se rincer la bouche, il commença par se nettoyer les mains. Je n’étais donc pas complètement à côté de la plaque non plus !!

Dans la même veine, voici quelques pratiques indiennes, souvent inspirées de l’ayurveda, qui m’ont fait réfléchir :

  • Se déchausser avant d’entrée dans la plupart des lieux ;inde,rajasthan,shekhawati,campagne,maisons,ferme
  • Toujours être assis pour boire de l’eau – apparemment les organes seraient mieux irrigués ainsi, prendre le temps de boire (en s’asseyant donc) est toujours mieux, et puis ce serait un signe de respect pour le breuvage (de la même manière, il faut manger assis) ;
  • En se réveillant, se laver la bouche en crachant trois fois de l’eau – pour éliminer les gaz formés pendant la nuit ;
  • Commencer la journée par boire un verre d’eau chaude – ça, ce serait pour la digestion ;
  • Se laver la bouche (et la gorge) après un repas – tout simplement pour se laver la bouche, supposant que la nourriture est sale ( ??), ce qui donne souvent lieu au restaurant à de vibrants gargarismes dont je me passerais bien (je suis prude là-dessus mais j’assume).

Ceci nous renvoie à une certaine obsession de l’hygiène facilement observable dans l’hindouisme et surtout le brahmanisme – cela ne s’étend pas aux parties communes, il ne faut pas confondre avec la saleté environnante. Il existe en fait de nombreuses façons de se « nettoyer » l’intérieur : jala neti (ou se mettre de l’eau dans le nez et l’expulser pour se nettoyer les sinus), des potions pour récurer le foie, la pratique d’aller au fond des oreilles retirer tout un tas de trucs etc.

lundi, 11 décembre 2017

La différence fondamentale entre les Indiens et les Français c’est…

… leur approche de la pluie.

Les Indiens voient ça comme un instant magique, romantique, une tasse de chai fumant dans les mains à regarder tomber la pluie ; et pour les Français, la pluie c’est plutôt une emmerde – on parle d’ailleurs de ‘mauvais’ temps.

Paris a 1 700 heures de soleil avec une température moyenne de 12°C et 111 jours de pluie répartis également tout au long de l’année avec environ 650 mm de précipitations.

Delhi a 2 700 heures de soleil avec une température moyenne de 25°C et 52 jours de pluie répartis sur 3 mois avec environ 800 mm de précipitations. (source : Wikipédia)

En bref, on a deux fois moins de jours de pluie à Delhi et une température deux fois supérieure. Y a de quoi attendre la pluie avec impatience