Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 04 août 2012

Je sue, tu sues, il sue, nous suons...

Conversation avec un fidèle lecteur (français) quelque peu maniaque de l’hygiène ;)

 

Moi : C’est cool, la pluie arrive à Delhi, les températures baissent, on a perdu 15 degrés…

 

Lui : Pour les températures je constate qu'il fait quand même 32°c à Delhi ! Alors une baisse de 15°c signifierait qu'il fait 47°C..........tu serais pas un peu de Marseille !

 

Moi : Ah nan mais c’est pas des blagues, il FAIT 47 degrés l’été !
(En y repensant, il n’est pas si fidèle ce lecteur apparemment !)

 

Lui : Ok ! A cette température (48°C) on se liquéfie non ? Et j'imagine qu'il doit y avoir un déo local ULTRA puissant........ou un labo de recherche dédié ?

 

Moi : Recette de mamie (indienne) : le talc !!

 

Lui : Juste une question le talc......tu en mets partout.....????

 

Moi : Et toi le déo, t’en mets partout ??

 

Lui : Ouais... ok ! tu chipotes ! Mais je trouve assez "étrange" de mettre du talc sous les aisselles ! Donc c'est cool le matin ! Talc au pied ! sous les bras !!! on se sait jamais sur les fesses !! l'humidité pouvant provoquer des érythèmes.....ça s'achète au KG ??

 

Blague à part la plupart des Indiens utilisent du talc en guise de déodorant (ça absorbe les odeurs) et c’est mieux pour l’environnement. Même si les marketeux de l’Oréal qui se battent contre les traces blanches pèteraient un câble. Dans le métro le matin, la plupart des bonnes femmes ont des grosses traces blanches autour du cou… Et j’ai vu une fois un homme avec le dos plein de poils et de talc. Beurk…

 

dimanche, 08 juillet 2012

Les singes de Delhi

 Cette histoire n’a rien à voir avec des faits réels. Toute ressemblance avec des personnes ayant existé ait fortuite.

 

Imaginez une dizaine d’Indiens en goguette, ayant quitté leur terre natale le temps d’un week-end dans les Alpes. Passées les premières frayeurs (comme le ratage d’une correspondance aérienne), les premières déceptions culinaires (non seulement ça n’a pas de goût mais surtout il n’y a que de la viande rouge), les voilà pagayant bon an mal an dans des rapides alpins.

 

Est-ce nécessaire de préciser qu’aucun n’entre eux ne sait nager mais qu’un seul a eu le courage de le dire, et de surcroit de ne pas signer l’attestation comme quoi il sait nager ?? Après cette épreuve et une tomate (c’est tout ce qu’ils ont trouvé à se mettre sous la dent dans le pique-nique), voilà-t-y pas qu’on leur demande de participer à l’activité accrobranche !

L’animateur est clair : pour ceux qui n’en ont jamais fait et ceux qui ne sont pas en grande forme physique, ce sera le parcours bleu. Pour les autres il y a le rouge, et le noir (attention très difficile). J’ai à peine le temps de me retourner que toute l’équipée a enfilé des baudriers et s’apprête à attaquer le parcours… noir. Mais oui. Mais bien sûr. Quand est-ce que vous avez fait du sport pour la dernière fois ?? Jamais ?? Ce matin ?? Bon. Nan machin, monter au cocotier quand tu avais cinq ans ça ne compte pas. Alors maintenant les amis, on va au parcours bleu et que ça saute. Non mais attends, la noire, et puis quoi encore ?? C’est des malaaaades !!

Bon. Je me retourne à nouveau et ils sont partis pour la rouge, moins deux qui ont déjà abandonné – un obèse et une crevette (qui étaient pourtant bien chauds pour la noire !). Evidemment. Cette fois-ci je laisse courir, autrement je vais vraiment les vexer. Nous avons quand même une belle brochette de mâles indiens qui se font interdire de montrer leurs biscottos supsendus dans les arbres par une femme blanche… J’abandonne à contre-cœur ma piste bleue et les suit.

Au troisième arbre, alors que je suis déjà terrorisée et épuisée, nous sommes arrêtés par un  bouchon. Devinez ce qui se passe ? Nan, raté, c’est pas mes Indiens. C’est juste une grosse blonde sud-africaine qui se fait descendre en rappel. Au quatrième arbre rebelotte. Et là, je vous le donne dans le mille, un Indien, puis deux, puis trois, puis quatre qui se fait tracter vers la terre ferme !! Ils abandonnent !! Alors là, je ne vais pas me gêner :

  • « Oh les gars, bah alors on abandonne ?? Qui sait qu’à dit qui fallait faire la bleue hein ?? »
  • « On est fatigués, on a mal aux bras à cause du rafting. »
  • « Et tu crois que c’est pour quelle raison au juste que je t’ai dit de faire la bleue? Tu crois pas que je suis fatiguée moi aussi ? »
  • « Bah alors descends ! »
  • « Ah non, moi je n’abandonne jamais. »

Et paf prends ça ! Je continue donc vaille que vaille.

 

D’autant qu’une nouvelle collègue indienne vient de me rejoindre en queue de peloton. Elle je ne la connaissais pas, alors je n’ai pas osé la dégager de la piste noire. Et pourtant… Elle est catastrophée d’avoir dû abandonner, après deux tentatives infructueuses pour grimper dans le premier arbre, le parcours noir. Elle m’en rabache les oreilles pendant une heure d’ailleurs. Jusqu’à ce que je lui dise qu’elle n’avait rien à prouver à personne, on est là pour s’amuser ! Et pour terminer, alors qu’elle est clairement à bout de force, elle choisit l’option « difficile » sur la dernière partie du parcours. Elle va donc s’écraser dans un filet suspendu dans les airs (ça c’est prévu dans l’option) dont elle n’arrive pas à s’extirper (ça c’est pas prévu). Pauvre mouche qui se débat dans une toile… Quelqu’un doit aller à sa rescousse.

 

Ils font pas dans la demi-mesure ces Indiens !

Et ils doivent se dire que les Français sont des maboules, ils mangent quasiment rien (en tout cas rien qui baigne dans le gras) et ils ont des activités sportives en plein air de tarés !!

samedi, 26 mai 2012

Discussion édifiante avec une institutrice

Grand moments de solitude. Ca me demande un terrible effort de faire la conversation à des gens que je ne connais pas, ou que je connais mais qui me mettent mal à l’aise. Et ce qui me met le plus mal à l’aise c’est le silence. Alors je me mets à parler, et attention on ne m’arrête plus. Par moment je m’entends parler et je me donne envie de partir en courant. C’est comme ça que j’en arrive à évoquer les orgies sexuelles de certains Maharajas (ça arrive quand je lis un livre sur le sujet par exemple) avec des Indiens bien traditionnels et conservateurs – je sais que je devrais me taire mais y a rien à faire, ça sort tout seul !

Tout ça pour amener ma dernière conversation avec une institutrice keralaise d’une soixantaine d’années. Moi qui sais à peine faire la différence entre la gauche et la droite (j’ai honte mais j’assume – j’ai appris avec étonnement le mois dernier que Raffarin n’était plus premier ministre (à ma décharge, il l’était quand j’ai quitté l’Inde !)), je me suis lancée dans une discussion politique. Du grand n’importe quoi.

Mais mon interlocutrice m’a battue à plate couture :

  • Moi : Est-ce que votre système électoral n’est pas un peu similaire à celui des Etats-Unis vu que les deux pays sont des unions d’Etats ?
  • Elle : Oui peut-être mais c’est pas pareil. Nous on est une démocratie et eux c’est des capitalistes.
  • Moi (horrifée) : Oui d’accord mais démocratie et capitalisme ne s’opposent pas si ? On pourrait plutôt opposer démocratie et dictature non ? Comme en Afrique, ou en Chine.
  • Elle : Ah non, la Chine c’est une démocratie.
  • Moi (abasourdie) : Ah bon ? La Chine a changé de régime récemment ? Non parce qu’il me semblait bien que les théories économico-politiques comparant l’Inde et la Chine stipulent que la Chine s’est développée beaucoup plus vite à cause de son régime autoritaire. Mais vous avez peut-être raison*…

On est mal barré…

Mais ce n’est pas fini !

Son beau-frère (un juge de la Cour Suprême) entre dans la conversation :

  • Lui : Au fait, la France c’est une monarchie ou une démocratie ??
  • Moi (bon d’accord on a quand même encore pas mal de monarchies en Europe donc je ne saute pas au plafond) : Euh on a aboli la monarchie pendant la Révolution.
  • Lui : Et vous allez pas y revenir ?
  • Moi : Nan c’est pas trop prévu.

 

* « Une République n'est pas forcément une démocratie et inversement. Si les deux termes sont proches, ils ne sont pas forcément identiques. Ainsi, une République n'est pas toujours une démocratie. Aujourd'hui, le régime chinois a pour nom "République populaire de Chine" mais il s'agit d'une dictature : les libertés sont limités, le pouvoir communiste est autoritaire. Le président chinois est désigné par le Parti Communiste. Il existe bien des élections en Chine, mais c'est pour désigner un parlement de près de 3000 députés, qui ne se réunit qu'une seule fois dans l'année et n'a aucun pouvoir.
A l'inverse, une démocratie n'est pas obligatoirement une République. L'Angleterre est une monarchie mais la reine ne possède qu'un pouvoir honorifique, c'est le Premier ministre britannique qui gouverne avec un Parlement élu au suffrage universel direct. Bien qu'étant une monarchie, le Royaume Uni est donc une démocratie. Par conséquent, si Démocratie et République ont des sens étymologiques proches, ils recouvrent souvent une réalité différente. »

Source : http://www.politique.net/republique-et-democratie.htm