Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 26 juillet 2008

Apprendre le francais

La petite note du matin pour se mettre de bonne humeur... Un flic de Delhi de 40 ans doit répondre a une enquete menée par ses supérieurs pour avoir pris des cours de... francais sans demander l'autorisation!! Il y allait un jour sur 2, de 7.30 a 9.30 et commencait son boulot normalement a 10 heures. Il présente ca comme un 'hobby': avec l'arrivée des Jeux Olympiques du Commonwealth (en Octobre 2010), il s'est dit que ce serait intéressant d'apprendre une langue étrangere. Ce a quoi ses supérieurs rétorquent: il n'y a pas de pays dont francophones dans le Commonwealth!! (a part l'irreductible region de Quebec) donc il a pas de raison d'apprendre le francais donc il doit arreter... Y a rien qui tienne debout dans leurs histoires!! Mais la photo du journal est marrante:

getimage.jpg

07:38 Publié dans IncredIble India | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : inde, flic, francais |  Facebook | |

L'Inde et le nucléaire

J’avais bien essayé de m’intéresser à autre chose qu’aux aphrodisiaques dans le journal mais j’avoue que je ne comprenais rien aux articles sur le Premier Ministre, le Vote de confiance et le Nucléaire. Heureusement le Monde est venu éclairer ma lanterne, dans un article à la fois concis mais mettant bien en lumière les ‘pratiques’ indiennes pour obtenir des voix ! Vu de l’Inde, ca parait normal. Conclusion de l’article (ci-dessous) : le Gouvernement reste en place et va pouvoir signer un accord sur le nucléaire civil avec les Etats-Unis (est-ce une bonne nouvelle ?? peut-etre que ca jouera pour les coupures d'electricite en tout cas... Je reste dans le theme!).

Pour mémoire (ou info), si l’Inde s’est clairement engagée dans le désarmement nucléaire après la 2nde Guerre Mondiale, elle s’est également imposée comme puissance nucléaire (choquant ceux qui voyaient en l’Inde un pays ‘non-violent’ mais pas assez pour que cette image, fièrement défendue par les Indiens, cesse de lui coller à la peau). ‘Nehru fut à l'origine de la plupart des résolutions sur le désarmement nucléaire déposées à l'ONU par les pays du Tiers-Monde dans les années 50. Il était convaincu de leur nécessité pour l'Inde. Ainsi proposa-t-il, dès 1951, la création d'un fonds des Nations Unies pour le développement, financé par les mesures de désarmement. En 1954, il suggéra le gel des essais nucléaires, et en 1961, leur interdiction. En 1963, l'Inde signa le Traité d'interdiction des essais nucléaires dans l'atmosphère et sousmarins. En revanche, l'Inde a toujours refusé d'adhérer au Traité de non-prolifération (TNP). Le 18 mai 1974, stuféfiant l'opinion mondiale, l'Inde fit exploser une charge atomique souterraine à Pokhran, dans le désert du Thar, près de la frontière pakistanaise. L'Inde a fabriqué les missiles Agni et Prithvi, avec une portée respective de 300 et de 1500 kms et capables de transporter des charges nucléaires. L'Inde ayant la capacité de lancer des satellites avec ses propres fusées, elle pourrait certainement construire des missiles d'une portée supérieure. Mais l'Inde considère que ses adversaires potentiels sont la Chine et le Pakistan, et ne voit pas d'intérêt à développer ces lanceurs.’ Source : L'Inde puissance nucleaire_1997.pdf

Le premier ministre indien, Manmohan Singh, a obtenu, mardi 22 juillet, le vote de confiance du Parlement, lui permettant de finaliser la signature d'un accord sur le nucléaire civil avec les Etats-Unis. Si ce dernier est ratifié par le Congrès américain, l'Inde deviendrait le premier Etat non signataire du traité de non-prolifération nucléaire (TNP) à être autorisé par les etats-Unis à importer des technologies et des combustibles nucléaires dans le domaine civil.

Quatre partis de la gauche communiste, estimant que la signature de cet accord allait soumettre le pays à "l'impérialisme américain", s'étaient désolidarisés de la coalition au pouvoir. Le Parti du Congrès est finalement parvenu à éviter des élections anticipées en nouant des alliances avec des formations régionales, dont le Samajwadi.

Le scrutin s'annonçant comme serré, les partis n'ont rien épargné pour s'assurer les voix des parlementaires. L'un d'eux a obtenu que l'aéroport de Lucknow, dans le nord de l'Inde, soit rebaptisé du nom de son père. Cinq députés, en convalescence à l'hôpital, se sont rendus dans la capitale indienne à bord d'avions médicalisés, depuis l'Inde et Los Angeles. Le plus malade d'entre eux a franchi les portes du Parlement allongé sur une civière, tout en répondant aux questions des journalistes. D'autres, incarcérés pour divers délits, ont été autorisés à sortir de prison pour participer au vote, comme la Constitution les y autorise et sont arrivés sous escorte policière. Le destin du scrutin parlementaire s'est d'ailleurs joué, en partie, dans les centres pénitentiaires. Derrière les barreaux, des députés n'ont pas hésité à changer de parti, rendant l'issue du scrutin incertaine.

NOMBREUX REBONDISSEMENTS

Les deux journées du débat précédant le vote, retransmis pour la première fois en continu à la télévision, ont été marquées par de nombreux rebondissements. Un député de l'opposition a déclenché le chaos en ouvrant des sacs bourrés de billets de banque en pleine session. La preuve, selon lui, qu'un parti rival avait tenté de le corrompre. Le leader du principal parti d'opposition, le Bharatiya Janata Party (BJP), en a profité pour réclamer la démission du premier ministre. La séance a été interrompue. L'image du parlementaire agitant des liasses de billets a été immédiatement remplacé par Mère Teresa sur les écrans de la télévision publique indienne...

En début de soirée, les résultats du vote électronique ont été annoncés dans la confusion : 54 voix manquaient, celles des députés restés dans les couloirs du Parlement au moment du scrutin. Tous ont revoté avec, cette fois, des bulletins. Une heure plus tard, le président du Parlement annonçait la victoire du gouvernement, plus large que prévu, avec 275 voix favorables contre 256.

"Le Parlement s'est exprimé sans ambiguïté, ce qui est de bon augure pour le développement du pays", a déclaré le premier ministre. L'Inde doit désormais négocier avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) les règles d'inspection auxquelles seront soumises ses installations nucléaires civiles, puis devra obtenir le feu vert du groupe des pays fournisseurs de combustible nucléaire (NSG). Le Congrès américain n'aura alors plus qu'à ratifier l'accord sur le nucléaire civil d'ici à la fin de l'année. 

Le vote de confiance indien_230708.pdf 

vendredi, 25 juillet 2008

Des niouses... électriques

La fée électricité est en vacances...  

Pas de pluie (mauvaise mousson cette année) à pas d’électricité (vu que c’est surtout les barrages qui la produisent dans la région). Donc par exemple un jeudi sans courant (même pas une seconde) à on s’est pas du tout embêté hier au bureau !

Et après un plan de coupures 2 heures quotidiennes, c’est passé à 6 heures (par 2 tranches de 3 heures).

Enfin estimons-nous heureux parce qu’on a pas encore de problème d’approvisionnement en eau, encore que ça devrait pas tarder...

Perso, pour rajouter du charme à tout ca, mon ordi est en panne et il me manque ! Devinez le problème ? Un câble qui a fondu quelque part dans l’alimentation. Electricité quand tu nous tiens...

Tiens d'ailleurs ça me fait penser à mes histoires de compteur, qui durent depuis le mois de février quand même... Enfin j’ai pris beaucoup de distance par rapport à ça : c’est le problème du proprio, pas le mien : comme si j’allais payer une facture de 1000 euros pour 4 mois parce qu’il a changé illégalement son compteur qui déconnait ! Apparemment la MSEB (l’EDF local) serait revenue à de meilleurs sentiments en m’envoyant une facture de 70 euros en début de semaine. Affaire à suivre...

A part ça, petite routine...