Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 27 novembre 2009

Le meilleur moyen d'apprécier l'Inde...

… c’est d’aller visiter un pays aux antipodes…

 

Je sors la tête de l’eau pour donner un peu de nouvelles !!

 

Pour commencer, rien de tel qu’un voyage en Russie pour se rappeler qu’on n’est pas si mal en Inde !! Et la principale différence – à part que les Russes noient l’insipidité de leur nourriture dans la mayonnaise et les Indiens dans le curry – c’est… le soleil !!

Et qu’on ne voit pas de nanas faire le grand écart en string dans un restaurant d’hôtel…

 

Sinon, l’eau n’est pas potable non plus. Sauf que ce n’est pas indiqué alors j’ai comme qui dirait liquidé le robinet. Et… Rien ! D’aucuns disent que je suis immunisée !!

 

Comme la clim est trop forte ici, le chauffage est trop fort là-bas. Marrant non ?

 

Voilà, vous l’aurez compris, je reviens de Russie… Et c’est à peu près tout ce que j’aurais retenu de la Russie après 3 jours de voyage (professionnel) là-bas… Pas de photo parce que je n’ai pas vu le centre ville et que bon, une usine reste une usine. Même dans la neige…


Contente d’être rentrée !! D’autant que ma bibliothèque est désormais remplie de mes auteurs français préférés, mon frigo de fromage de chèvre, et ma chambre de musique. Je ne me suis pas affichée avec une valise de 30 kilos pour 3 jours de réunion pour rien !!

 

jeudi, 05 novembre 2009

3 ans, l'heure du bilan...

C'est quand même marrant que Sud Radio ait sélectionné le jour "anniversaire" de mes 3 ans en Inde pour une interview - dans le cadre d'une émission (Le Coeur au Sud) pour discuter de l'Inde, de mon expérience tout ça.

 

Alors voici une petite rétrospective :

§          14/11/2006 : http://www.indiansamourai.com/archive/2006/11/14/indian-samourai.html

§          2007 : nada

§          05/11/2008 : http://www.indiansamourai.com/archive/2008/11/05/deux-ans.html

 

Rien d’extraordinaire ces notes…

D’ailleurs Shiv me demande pourquoi je compte. Je fais pas exprès. Quand le 5 novembre arrive, ça fait tilt. C’est tout… Plus qu’un pays « génial », je trouve que l’Inde est un pays challengeant, où chaque jour est différent. Donc voilà, aucune idée de quand/si je rentre en France !!

 

J’ai repris mes notes et voici mon arrivée il y a 3 ans, écrite le soir même :

 

« Dans dix, cinq, quatre, trois, deux, une minutes, nous allons atterrir en Inde et je serai à presque sept mille kilomètres de chez moi. Je ne pourrai pas faire demi-tour. Bon, non, je ne suis toujours pas stressée. Ca m’intrigue de plus en plus cette histoire. Pas de stress non plus dans la (longue) queue de la douane, ni en attendant les bagages. Sans doute me suis-je mis en mode off ; le seul moyen chez moi de surmonter ma timidité c’est d’imaginer que c’est juste une espèce de rêve ! Flippant…

 

Trouver le type avec notre pancarte a failli se révéler une tâche ardue compte tenu le nombre de personnes qui attendaient à la sortie. Patrick a cherché à droite, moi à gauche et on a trouvé facilement finalement ! D’autorité le chauffeur m’a pris le chariot des mains. Soit.

 

Ca sent l’Inde ! Ca sent la même odeur que lorsque j’ai atterri à Delhi il y a six ans. Ca ne sent pas vraiment mauvais, ça sent la chaleur, l’humidité.

Sur le chemin, nous avons croisé deux enfants qui dormaient parterre, Patrick était révolté. C’est pour ça qu’il ne voyagera jamais en Inde pour le plaisir, il ne supporte pas la pauvreté absolue m’explique-t-il. A force de lectures, je me suis faite à l’idée que si les Indiens acceptent cette situation, j’en suis capable aussi… L’avenir nous le dira.

 

Le chauffeur arrête le chariot devant une mini-voiture bien défoncée. Ouhla, c’est pas gagné : nos cinquante kilos de bagages ne rentreront jamais et de toute façon cette voiture ne peut pas aller bien loin ! Heureusement, elle cache une autre voiture, plus grosse et plus moderne. On y a vraiment cru avec Patrick !

Dans le taxi, j’ai l’impression d’avoir toujours été là, c’est bizarre. Je comprends pas trop mal l’anglais (ou pseudo-anglais) du chauffeur, à l’inverse de Patrick. L’odeur, le bruit me sont familiers. J’ai déjà fait ce trajet il y a longtemps. »

 

jeudi, 17 septembre 2009

Y a ... qu'habite chez moi

Ma dernière aventure en date, en chanson.

Dédicace à Emilie qui m’a plus qu’épaulée !!

 

Et pour le rythme c’est ici :
podcast

 

Plusieurs indices m'ont mis la puce à l'oreille
J'ouvre l'oeil
J'vais faire une enquête pour en avoir le cœur net
Ca m'inquiète

Y a des détails qui trompent pas

Les traces de dents dans le savon d’la cuisine
Sont franchement nettes
A coté de mon paquet d’pain d’mie
Y a des miettes de plastique suspectes

Y a des détails qui trompent pas
J'crois qu'y a un rat qu'habite chez moi !

Une tranche de pain de mie bien entamée
Des traces de pattes à côté de l’évier
C'est certainement pas les miennes
Des petites boules bizarres
Près de la fenêtre du salon
C'est un vrai cauchemar
Quelqu'un va devoir le massacrer !

De suite j’appelle papa

Puis une amie experte
Ranger toute la nourriture

Acheter de la mort aux rats

V'là qu'elle s'en prend à ma famille !

Y a des détails qui trompent pas

Au deuxième jour, une victoire de canard

La mort aux rats n’a pas bougé

Au troisième jour, toujours pas de rongeur et puis

J'ouvre les yeux, horreur c'est d'la folie !
Y a plus de poison !
Mais il passe par où ??

Y a des détails qui trompent pas
J'crois qu'y a un rat qu'habite chez moi !

Comment vais-je pouvoir glander chez moi en paix ?

Sans craindre d’être accueillie sur une colonie ?

J’appelle mon amie experte à la rescousse

Faut trouver sa cachette !

Y a pas de trou dans les placards
Y a un rat qu'habite chez moi
Y a aussi la gazinière à vérifier
Y a un rat qu'habite chez moi !

Y a des détails qui trompent pas

Y a une surprise sous la gazinière, j’ai trop peur d’y toucher !
Qu'est-ce que c'est que ça ? Mon Dieu, c'est la mort aux rats !

Le poison est encore chaud
C'est trop je porte plainte !
Je vais l'emmener au labo
Pour vérifier les empreintes

Au 6ème jour, la mort aux rats a bougé sous la gazinière, et puis plus rien

Le coupable je le tiens
Pourvu qu’il meure pas dans l’appartement

Avec une belle puanteur

Mais non il est parti

Et il me manque, mon invisible ami !

10:37 Publié dans Histoires de Samouraï | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : inde, rat |  Facebook | |