Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 15 février 2016

Traverser la route - une science

Par une froide nuit d’hiver, dans les rues de la petite ville de Lucerne, alors que la neige répand doucement ses flocons, un Indien et une Française marchent en devisant gaiement. La Française claque des dents. Son compagnon indien a dépassé ce stade, il est tellement frigorifié que même ses mâchoires ne répondent plus… 

Et voici que l’homme interrompt abruptement la conversation par un : « Bon et maintenant on va la jouer à l’indienne ou à la suisse ? ». Le temps que le message arrive au cerveau de sa collègue, qu’elle se demande de quoi diable il peut bien parler, elle se rend compte qu’elle l’a perdu. Elle se retourne alors pour voir ce qu’il peut bien fabriquer et… il est au feu, en train s’appuyer sur le bouton pour demander au bonhomme de passer au rouge. Elle regarde alors autour d’elle et réalise qu’elle est… au milieu du passage clouté ! Et le feu ? Mais quel feu ?? Tiens, dans cette ville vide et plongée dans la nuit, ça ne lui a même pas traversé l’esprit de regarder si il y avait un feu ! 

inde,france,suisse,piéton,traverser la rue,feu,passage cloutéC’est presque le monde à l’envers ! L’Indien qui traverse sagement comme un Suisse (allemand) et la Française qui traverse sauvagement comme un Indien. Je dis « presque » parce qu’il faut savoir que les Parisiens ne s’embarrassent pas trop des feux ni des passages cloutés – mais tout ça serait la faute des automobilistes en fait ! comme ils ne laissent pas la priorité aux piétons au passage clouté ces derniers traversent donc où ils peuvent quand ils peuvent !* 

Le Parisien est donc mieux préparé à l’Inde que le Lucernois ou le Hambourgeois. Mais rien ne prépare vraiment au traversage-de-rue dans le chaos du sous-continent où il faut compter avec des animaux, des voitures à contre-sens, des bus sans frein. Le mieux pour traverser avec un maximum de sécurité reste donc de se coller à un Indien (et de telle sorte à que ce soit lui qui prenne en premier)… (se coller à une vache ça marche aussi mais ça peut prendre longtemps car elles décident souvent que le milieu de la rue est en fait « the place to be »…) 

* Source : http://www.o-chateau.com/stuff-parisians-like/crossing-the-street-in-paris.html


 

lundi, 16 novembre 2015

Interview pour Courrier Cadres


inde,interview,courrier cadres,travailler en indeLe début de la gloire ??!

Inde,interview,Courrier Cadres

 

lundi, 19 octobre 2015

Ils tapent sur des bambous et c'est (pas) numéro unj

Echange avec mon professeur de Hindi (oui j’essaye encore !) :

  • Elle : Fais une phrase avec « je suis... »
  • Moi : main thoda thakee hoon (je suis un peu fatiguée).
  • Elle : Oh non ! Mais pourquoi ?
  • Moi : Navratri... 
  • Elle : Oh tu jeunes ? (1)
  • Moi : Non je ne fais pas le jeun ! Ils tapent sur des tambours toute la nuit !! (2)

(1) Navratri est le festival où les différents avatars de la déesse Durga sont vénérés pendant neuf nuits (une nuit pour chaque incarnation). Beaucoup de gens jeûnent, en forme de gratitude à la déesse. « Le jeûne observé pendant Navratri a des origines religieuses, mais également scientifiques. Ce festival se produit deux fois par an, chaque fois quand la saison est sur le point de changer : de l'hiver à l'été et à nouveau quand l’air commence à devenir un peu frais. Et de fait, c'est aussi le moment où notre système immunitaire est faible et il est conseillé de manger des aliments légers et nutritifs. Ainsi, les règles du jeûne donnent à penser qu’on devrait s’abstenir de viande, alcool, grains, sel et tout ce qui est industriel. L’oignon et l’ail sont évités pendant le jeûne car ils sont connus pour générer beaucoup de chaleur dans le corps, tandis que les grains sont difficiles à digérer. Du point de vue ayurvédique, ces aliments attirent et absorbent les énergies négatives et devraient être évités pendant un changement saisonnier. » (source)

Oh, attends une minute ! Alors en fait je fais le jeune ! Parce que j'ai été bien malade ces 4 derniers jours (peut-être à cause du changement de temps ?) et je suis à la diète liquide (jus et soupes !) – histoire de laisser mon système digestif se reposer et laisser mon énergie se concentrer sur la guérison (t’as vu un peu comment je cause ??! ce que l’Inde m’a fait…)

(2) Ce festival est également connu pour ses danses. Et maintenant pour son bruit. Comme ils tapent sur des tambours comme des sourds tous les jours, de 21 heures à 23 heures dans le temple au pied de mon immeuble (et  oui, mamie et bébé samouraï se couchent avec les poules!). Je crois que ce soir je vais aller voir au lieu de me taper la tête contre les murs !!

Inde,hindouisme,religion,festival,Navratri,Durga

Inde,hindouisme,religion,festival,Navratri,Durga