Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 30 septembre 2008

Au pays de Candie: Kaas plateau

Dimanche matin (à 6 heures si si, je deviens insomniaque le week-end…), je suis partie avec un ami journaliste et ses potes de collège (des amis de 30 ans !), regarder les fleurs…

 

Rahul avait demandé à un botaniste de nous guider mais 1. le type était occupé avec un autre groupe, 2. son anglais n’était pas terrible et 3. je me suis rendue compte qu’il me prenait plus en photo que les fleurs ! Oui oui moi y en a être belle plante mais quand même…

 

Bref, au sud de Pune, il y a Satara (60 kms) et à 25 kms de Satara, il y a le plateau Kaas, dans la chaîne de montagnes Sahyadri (en tout près de 3 heures de route). Et le plateau Kaas est une version locale de la « vallée des fleurs » de l’Himalaya, plus connue et un peu plus spectaculaire (avec quand même plus de 300 espèces de fleurs sauvages) – à visiter entre la mi-août et fin septembre.

 

Enfin, cette année c’était tout de même assez énorme parce que c’était l’année de la floraison de la magnifique fleur Karvy (Strobilanthes callosus). Cette fleur, qu’on ne trouve que dans la région Ouest (Western Ghats) et dans quelques endroits d’inde du Sud, met 7 ans à pousser et meurt après avoir la floraison (qui dure entre 15 et 20 jours de mi-août à fin septembre). Son cycle de vie est intéressant : une fois qu’elle a fleuri, elle fabrique un fruit qui prend une année entière à sécher et n’est prêt à germiner qu’à la saison suivante. Ce qui fait qu’on ne peut la voir en fleur que tous les 8 ans (la dernière floraison a eu lieu en 2000). L’année prochaine, en se baladant à Kaas Plateau, on entendra le gros crac des graines de Karvi qui s’ouvrent.

Le miel de ces fleurs est très rare (et donc très prisé).

 

En revanche j’ai loupé la floraison du bambou qui apparemment a eu lieu cette année après plusieurs décennies… Damm it !

 

Alors si il fait gris chez vous et que vous voulez un peu de soleil (il est revenu depuis une semaine, fin officielle de la mousson !) et de nature, voilà quelques photos  de l'album ci-dessus:

Bee2.jpg

 

 

 

Kaas Plateau0010.jpg
Kaas Plateau0023.JPG

dimanche, 17 août 2008

Voyage au bout de la nuit

Goa0004.jpgHellloww!

Long time…

Et voici le récit de mon escapade à Goa avec Shiv pour mon anniversaire.

 

Quand je l’ai quittée début août, l’Inde envisageait de déclarer l’état d’urgence pour cause de sécheresse, la mousson boudant le pays. Et ben tac, pas plus tôt avions-nous posé le pied à Goa que la mousson reprenait du poil de la bête et il en est tombé… En 2 jours, les barrages autour de Pune se sont mis à déborder – c’est pour dire : ces fameux barrages ne se décidaient pas à se remplir, provoquant 6 heures de coupure d’électricité par jour !

 

Bref, Goa, sous la pluie. C’est terrible ! Surtout à l’abri dans une chambre d’un hôtel bien confortable – les prix sont cassés pendant la mousson, et oui !! Tellement bien que Goa0003.jpgnous avons prolongé d’une nuit…

Bien mal nous en a pris : il a plu sans discontinuer pendant 48 heures. Dans l’absolu pas de problème mais alors là, bonjour le retour en bus !!

 

Goa-Pune, 300 kms, 12 heures. Nous avons fait Goa-la campagne du Maharashtra, 60 kms, 30 heures. Normal. Premier arrêt de 3 heures à cause d’un arbre en milieu de la route. Deuxième arrêt vers minuit pour cause inconnue ; quand nous avons rouvert les yeux, la lumière du petit matin se pointait et nous n’avions pas bougé. Deuxième obstacle vaincu. A 11 heures, Goa0002.jpgnouvel arrêt. Après un bon moment à s’interroger sur la marche à suivre, nous avons vidé la cale du bus et empilé les sacs dans nos mini-couchettes pour passer une route inondée, une rivière en fait. Et puis à midi nouveau blocage : pas de bol, un camion venait de verser sur le bas-côté) et le bus n’avait pas la place de passer. Notre chauffeur est donc retourné se coucher (il a bien pioncé çui-là pendant ce voyage) pendant qu’un pauvre type s’acharnait à virer le grain de son camion. Ensuite un tracteur playmobil est venu le tirer de là, enfin essayer. 5 heures plus tard, pas l’once d’un progrès. Et ça faisait 5 heures que je cherchais un endroit tranquille pour pisser… Dans la tempête. Au milieu des rizières (impraticable avec mes petites ballerines !). Sur une route de rase campagne blindée de camions et de curieux…

 

Les rats ont finalement quitté le navire et nous nous sommes entassés à 9 dans une jeep pour rejoindre la granGoa0001.jpgde ville la plus proche. Entassée à l’arrière avec les valises qui faisaient pression sur ma vessie, j’en avais marre. Mais je n’étais pas prête d’arriver à Pune…

A Kolhapur, nos 3 collègues ont mis une heure à négocier un taxi. J’étais encore trempée – Shiv a failli faire une apoplexie quand j’ai voulu changer de pantalon dans le taxi – et le restaurant du coin refusait de me laisser aller aux toilettes. Pour finir avec cette histoire, j’ai pitié de vous, notre taxi s’est arrêté sur la partie la plus éclairée de l’autoroute et je me suis soulagée sur le côté. Dieu merci, je n’ai pas provoqué d’accident : un cul blanc sur l’autoroute c’est plutôt risqué (mais à ce stade ce n’était plus mon problème)!

 

Bref, quand le chauffeur a décidé de s’arrêter boire un chaï, nous avons constaté une fuite d’air dans le pneu… 1er atelier fermé, 2ème aussi, 3ème ouvert ! Mais impossible de changer le pneu (problème technique que je n’ai pas voulu approfondir). Nous sommes donc repartis avec un peu d’air dans le pneu. Et arrivés à bon port à minuit !!

 

Résultat : 30 heures pour faire 300 kms sans nourriture ni eau ni pause pipi (j’y tiens). Je suis convaincue qu’au moment où nous atteignions le lit, le bus était toujours derrière son tracteur… Vous avez dit l’Inde un pays en voie de développement ??

Et puis la blague : « nous partîmes cinq cent [répartis en une dizaine de bus] et par un prompt renfort » personne n'arriva au port: certains bus ont tout simplement fait demi-tour, d’autres ont bifurqué et tenté d’autres routes, et nous étions 2 bus Paulo Travel derrière ce foutu camion. Et qu’on ne me dise pas que cette bande de branquignoles n’avait aucun moyen de savoir que la route Goa-Pune était bloquée un peu partout…

 

Heureusement, le séjour à Cavelossim tenait du paradis (mouillé) !

 

samedi, 05 juillet 2008

Vacances françaises

Helllllowwwwww!

Voici un post dédié à mon ex-colloc préférée qui s’impatiente, s’impatiente. Alors, Marie-Aymée, voici le récit de mes vacances !

Atterrissage à Paris le vendredi matin. Dîner à Beaubourg le vendredi soir, pour l’anniversaire de Shiv. Un des restos les plus « in » de la capitale et Shiv estime qu’on trouve la même chose à Bombay… Conclusion, c’est fini, je n’essaierai plus de l’impressionner !! Tu verras, j’ai marqué des points ailleurs ;)

Dimanche, nous partons à Amsterdam, où nous avons la surprise de trouver le soleil et la chaleur – il faisait un temps tristoune à Paris. C’est important de noter qu’il fait beau, parce que. Parce qu’en arrivant à l’hôtel je réalise que j’ai perdu mes deux cartes de crédit ! Je te passe les galères pendant les 9 jours suivants, à courir après les western unions (top le service visa assistance) et ma carte bancaire d’urgence qui n’arrivera pas à cause de la grève des camionneurs espagnols…

Amsterdam. Les coffee shops (t’as entendu, depuis lundi on ne peut plus y fumer de tabac !! plus que de la drogue pure…), le maison d’Anne Frank, le musée Van Gogh, les canaux, le Red Light district (juste le temps de prendre une photo pour les potes de Shiv, il était plutôt mal à l’aise !!)… Trop bien.

Mardi matin, départ pour Barcelone, où nous passons la journée à chercher une consigne pour le sac. 25 kgs. Shiv pense qu’on devrait monter un système de « coolie » dans le métro ! Parc Guell aussi, mais sous la pluie… A 20h30, nous nous rendons au port pour prendre le bateau pour Ibiza. « Ah. On vous a pas dit ? le bateau est annulé à cause de la grève des camionneurs (espagnols – on y revient). » Donc non on nous a pas dit. Ils savent pas quand sera le prochain départ ni où nous pouvons loger. C’est marrant, quand Shiv m’avait demandé si c’était possible, qu’ils annulent, j’avais dit un truc du style « eh oh ça va, c’est pas l’Inde ici ». Au temps pour moi. Mais t’aurais dit pareil non ??

Nous courons (avec le sac) acheter des billets d’avion et trouver un hôtel. Le lendemain matin, Shiv a dû mal à se lever et se traîne dans le métro. Résultat, nous loupons l’avion et je frôle la crise de nerfs. Mais j’ai appris à être persévérante : nous réservons sur l’avion du soir et retournons visiter Barcelone à se ruiner les pieds (Montjuic, la plage et tout ça).

Ibiza. De super ballades en scooter. Des petites criques sauvages (vraiment sauvages : les rares types qui s’y risquent sont tous à poil – Shiv m’oblige à prendre des photos !). Shiv chausse masque et tuba pour la 1ère fois et là j’ai fait mouche !! Il a surkiffé. Des restos chinois. J’ai oublié de te dire que nous les traquons – ah, tu te rappelles quand nous aurions pleuré pour un camembert ?? ben lui c’est pour des goûts chinois. Une boîte aussi le dernier soir, le Pacha (40€ l’entrée par personne, 12€ la bière à l’intérieur mais avec le mal qu’on s’était donné pour y arriver…). Nous sommes restés 2h avant de filer à l’aéroport attendre notre avion à 6h du mat pour Barcelone !

Barcelone, un super week-end avec mes sœurs de Grenade ! Elles nous ont dégotté un petit resto mexicain où Shiv a mangé des crevettes épicées à décorner les bœufs et m’en parle encore… Et puis c’était trop bien de les voir !!

Passage éclair à Paris, le temps d’aller faire mon visa à VFS (le nouveau gag de l’ambassade : maintenant tu peux attendre toute la journée pour déposer tes papiers, du moment que t’arrives avant 14h ! et y a des chaises. Pour le reste l'organisation est nullissime, et en plus ils te chargent 12€.). Je dis faire mon visa mais en fait, entre la prise de mon ticket d’attente et mon passage, 5 heures se sont écoulées, me laissant largement le temps de… perdre mon passeport. Et si. Là aussi j’ai cru défaillir. Ben tu vas pas le croire : en une semaine j’avais un nouveau passeport et en 3 jours mon visa… Just in time.

Après nous avons visité les châteaux de la Loire. Enfin plus exactement Chambord, et le Carrefour du coin (devant l’immensité du truc, Shiv, qui ne voulait pas perdre de temps, m’a carrément soulée pour que je demande où étaient les serviettes hygiéniques à la bouchère !!). On a fait de la barque autour du château. Quel changement par rapport au lac d’Ooty (Tamil Nadu) où tu ne peux faire du rameur que si un Indien rame pour toi !! Shiv se rappellera toute sa vie de son menu « gastronomie »… T’aurais vu sa tronche devant les spaghettis à l’encre de sèche ! Il m’a maudite de ne pas l’avoir laissé acheter sa barquette de riz cantonnais à Carrefour…

Ensuite direction Rocamadour. Un type super sympa nous a laissés monter dans le château la nuit !! On a visité le gouffre de Padirac et regardé un spectacle d’aigles, de condors et de perroquets…

Nous sommes partis à Bordeaux, chez Sam, notre premier colloc dans l’appart. Sa mère est du Kerala ! Nous avons grimpé la dune du Pilat, dégusté du vin à Saint-Emilion et été à la fête de la musique. A quand une telle manifestation en Inde ?? Là encore, un super week-end…

Pour finir, 4 jours à Paris pendant lesquels j’ai bossé et Shiv passé des entretiens pour des stages. Ca s’est tellement bien passé qu’il ne tient plus qu’à lui de dire quand il veut commencer ! Je t’en dis pas plus, vu que j’en sais pas plus ;) Dîner « dégustation » dans un grand resto parisien avec mes parents et mon frère. Et surprise, il a aimé ! même les cuisses de grenouille, les huîtres et tout le tralala… Il sait maintenant un peu apprécié le vin, se débrouiller dans le métro et faire visiter Montmartre à ses potes kéralais (deux d’entre eux étaient de passage). Pas mal non ?

Dernier week-end. En Normandie. Shiv fait du VTT dans les bois pour la première fois ! Tu vas pas me croire, le lendemain il en a redemandé. Et je peux te dire que le VTT avec mon père c’est pas de tout repos ! On a aussi joué au billard, au ping-pong, au racket-ball. Nous sommes rentrés épuisés !! Pour partir le lendemain matin. Avec une petite frayeur : l’annonce de la grève des camionneurs français ; nous avons feinté et sommes partis bien en avance, ah ah !!

Retour en Inde épique : en moins d’une heure, et dans une voiture, j’ai perdu mon porte-monnaie avec mes roupies, ma carte de débit indienne et les clés de mon appart. Et impossible de joindre la banque avec 8h du mat. Du coup pas possible de dormir. Et du coup je me suis prise le décalage horaire en pleine face (et oui, 3h et demi ça peut faire mal, on s’en douterait pas !). Heureusement j’ai beaucoup de travail, donc la reprise se passe bien…

Alors ma poule, t’en redemandes ?? Plus de détails ??