Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 23 janvier 2007

Yemeni Samouraï / You are boutifoul

medium_YEMMEN_186.jpg

Il était temps de donner des nouvelles du sous-continent…

Mon boss a quitté l’appart (retour à Dubai) jeudi dernier et les 1ers squats ont eu lieu ce week-end, yepaaaaah !

Je suis confrontée à une drôle de situation en ce moment. J’avais évoqué les regards « insistants » quand je marche dans la rue. Je suis passée aux « discours » insistants. Je m’explique :

Le chanteur. Mercredi dernier, Claire Marie et moi allons à Not Just Jazz, un bar karaoké. Le chanteur, looké Patrick Swaize (un chouïa plus basané) me demande mon numéro. Il me plaît pas mais je trouve la situation marrante ; on va voir comment se passe la drague à l’indienne. Et bien en l’occurrence ça s’est passé comme ça : 2 coups de fil par jour, des textos m’expliquant qu’il ne me laisserait pas tomber et tout et tout. Et puis samedi, il m’offre un café (j’ai bien hésité à y aller, j’avais une grosse flegme mais la curiosité l’a emporté) ; il me joue de la guitare (il enregistre un album, il est plutôt bon), me raconte sa vie, me demande en mariage. Tout naturellement. Il n’a visiblement pas compris mes réponses du genre « différence culturelle », « pas prête pour le mariage », puisqu’il a voulu m’attraper la main dans la voiture et qu’il a failli se mettre à pleurer quand j’ai dit « NON ». Et je me suis carrément énervée la nuit dernière après 3 coups de fil à 2h du mat’ qui m’ont laissée complètement éveillée, à batailler avec un moustique.

Le type du câble (celui à qui je porte bonheur (voir un précédent post)). Il revient un jour, juste pour me demander mon mail. Je lui donne, dans le seul espoir que ça accélère les choses pour Internet. Dans la même journée il m’envoie 10 mails avec des PJ dont je n’ai rien à faire (je reste polie). Comme je réponds pas il m’écrit : « I am very angrry with you becouse you are not sending any massage to me.    why.......? are you  not intrested to make friendship with me. if you are intrested then send me good massages otherwise i will never send  any massage to you.  good by...................ok » L’HALLU complète. / Bref, samedi il m’appelle (à 15h), il est dans mon immeuble avec l’ingénieur, il veut que je rentre immédiatement. Je suis en ville, je lui dis que je ne peux pas venir avant 18h. A 18h30 je rentre, son ingénieur est parti, mais il a attendu plus de 3h !! Pas de bol, je dois récupérer d’une courte nuit, pas envie de faire la conversation. / Hier il se pointe enfin avec l’ingénieur. Il l’envoie faire une course et reste à papoter. L’ingénieur revient, repart. Au bout d’une heure, je demande si ça va durer encore longtemps ? Et ben non, c’était fini depuis un bon moment ! / Aujourd’hui, il vient discuter. Il squatte deux heures ma parole, à remplir mes grilles de sudoku, me dire que je suis belle, et est-ce que je peux l’aider à exporter des produits en France ?? Non mais tu m’installes le câble et tu DEGAGES. Y a des jours faut pas trop me chercher. Il est gentil, c’est un jeune gars très curieux de l’étranger (nos coutumes le dépassent visiblement) ; mais on peut pas devenir ami comme ça, si ?? Et puis il pue la transpi, c’est un tue-l’amitié je trouve.

ILS SONT FOUS CES INDIENS. Je vais devoir sévir. Fini les sourires et les éconduites gentilles. En plus, quand je leur dis « vous vous comportez comme ça juste parce que je suis blanche », ils me répondent que non, que je suis belle et que tous les mecs veulent m’embrasser. Ca fait trois fois qu’on me la sort celle-là. Ok, c’est flatteur. Mais j’ai pas changé depuis la France , et c’est pas comme ça là-bas ! Ca va me faire tout bizarre de retomber dans l’anonymat en France…

Blague à part, ma grand-mère est l’hôpital, je suis loin, c’est pas évident. Alors si vous pouviez m’envoyer un peu de pensées, d’énergie, pour m’aider à lui montrer que je suis là même à 7 000 km ce serait de la balle !

06:10 Publié dans N'imp | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | |

mardi, 16 janvier 2007

Week-end à Hyderabad

medium_RHyderabad035.jpgJe reviens d’Hyderabad où j’ai passé un week-end « escapade » avec Claire Marie chez sa copine Chandana (voir photos dans l’album).

Nous avons attaqué cash en prenant le train. On s’en doute, les gares indiennes sont blindées de monde. En plus de ça, le panneau indique les trains, les horaires et les quais qui lui plaisent. Heureusement il y a toujours un Indien pour indiquer le quai – à croire qu’ils squattent toutes leurs journées dans la gare ! Nous avons bu un thé sur le quai, en tapant la discut à un vieillard très avenant et puis le train est arrivé, avec un bon quart d’heure de retard (je ne critiquerai pas ici la ponctualité indienne parce que notre train de retour est parti avec deux minutes d’avance !). Nous étions dans la 3ème classe (ça veut dire 3 lits les uns au-dessus des autres) AC (air conditionné). C’était un peu balisant quand on a dû se serrer à cinq ou six sur la banquette. Bon ce n’était pas choquant non plus, on est en Inde ou on n’y est pas ! En fin de compte, tout le monde a dégagé et nous nous sommes retrouvés 3 par banquette. A 22h on a défait les paquets contenant les draps tout propres (carrément agréablement surprenant) et au lit tout le monde ! Pas de bébé qui chiale, (presque) pas de ronfleurs, il n’y avait que Claire Marie et moi qui parlions. Je m’attendais à tout sauf à ça !!

Chandana et sa famille nous ont très gentiment accueillies en ce week-end de fête. Pour Sankranti, festival télougou (ça veut dire de cette région, l’Andhra Pradesh) qui marque la fin de la moisson, les femmes décorent leurs pas de porte de kolam colorés (dessins réalisés avec de la farine de riz) et les hommes peignent les cornes de leurs animaux. Chandana nous a emmenées au musée, le Salar Jung Museum (qui abrite les collections d’un grand vizir – selon Chandana c’est le 1er ou 2nd plus grand musée d’Asie, j’espère que c’est faux : c’est grand mais y a pas trop d’explication, et soyons honnête, c’est relativement chiant, surtout après une nuit dans le train. Ensuite elle nous a fait visiter le temple Birla Mandir, un véritable havre de paix tout en marbre. Puis le bazar, avec ses dizaines d’échoppes de chaussures, de perles (c’est la spécialité d’Hyderabad avec les bracelets), de saris etc. C’est hyper bruyant, only comment. Nous avons fait le tour en voiture du Charminar, une espèce d’arc de triomphe construit en 1591 pour célébrer la fin d’une épidémie dévastatrice. Nous avons passé une demi-journée à Ramoji Film City : des studios de cinéma de 800 ha, « le plus grand studio du monde » qu’ils disent. On a batifolé avec les personnages en cire, les animaux sculptés dans les buissons. On a dîné à côté d’un monument construit pour qu’une danseuse dont était tombé amoureux un des régents puisse se produire (une sorte de Taj Mahal en somme, il semble que les Indiens sont très fleur bleue). Pas besoin d’aller très loin pour visiter toute l’Inde (ses monuments, ses caves, ses villages…), suffit d’aller à Ramoji ! De nuit, on a pris une photo du Bouddha en pierre de 17,5 mètres – selon Chandana c’est le plus grand bouddha debout du monde depuis la destruction des bouddhas afghans par les Talibans ; j’ai un peu de mal à croire que les Chinois n’aient pas fait mieux mais passons. Cette jeune statue (1990) a chaviré et passé 2 ans au fond du lac avant d’arriver là où elle est !

Nous avons mangé des biryanis comme recommandé par le Lonely Planet. Bon, je ne vois pas trop ce que ça a de spécial : du poulet, du riz et des épices. Mais c’est bon et paraît que c’est typique, alors…

Hyderabad est la 5ème ville du pays et capitale de l’Andhra Pradesh – c’est donc une grande ville et on a beau eu me dire que les maisons sont plus belles qu’à Pune, j’ai pas vu trop de différence (il y a surtout plus de sites touristiques). Cet Etat est à 95% hindou et pourtant la plupart des monuments sont de style musulman et on croise des multitudes de femmes voilées. L’Andhra Pradesh est également un centre international de la pensée bouddhiste. Toute la diversité religieuse de l’Inde est là !

Merci à Chandana et sa famille pour ce chouette week-end !

http://perso.orange.fr/bharat/geographie/andhra/hyder.htm

mercredi, 10 janvier 2007

Toutes des salopes

Non vraiment, ces femelles moustiques sont de vraies salopent à venir vrombir comme ça dans nos oreilles toute la nuit. Qu’elles aient besoin de notre sang pour nourrir leurs œufs ok, mais qu’elles aillent le trouver ailleurs – et ce ne sont pas les animaux qui manquent en Inde ! Et en plus, c’est pas vrai qu’elles meurent après avoir sucé le sang, elles remettent ça (pendant les 15 jours que dure leur vie) !!

Après une nuit carrément infernale, je me suis demandée POURQUOI elles s’acharnent dans mon oreille. Bon je n’ai pas trouvé la réponse, mais j’ai des pistes, et j’en ai appris la masse sur les moustiques.

Pour commencer dans la bonne humeur, vous la connaissez sans doute, mais quelle est la différence entre un moustique et une salope ? Le moustique arrête de sucer quand on lui tape sur la tête.

Alors d’abord POURQUOI LA MOUSTIQUE FAIT DU BRUIT ? Qu’on se rassure déjà, si on est dérangé par le bruit de la moustique toute la nuit, on a de la chance ! Sur Terre, 3 animaux sur 4 sont des insectes. Parmi les 3 000 espèces de moustiques (Oh. Mon. Dieu.), quelque 300 piquent l’homme et certains sont porteurs de la malaria. OR, « les moustiques ne font pas tous du bruit quand ils volent ! Les Anophèles vecteurs de la malaria sont particulièrement discrets et on n'entend guère leur vrombissement. » Peut-être que le bruit c’est pour dire « me tue pas, chuis clean ?? » BEN NON, la moustique utilise mon oreille comme les Américains le drive-in. Le bruit du moustique est provoqué par ses 400 à 2300 battements par seconde de sa paire d’ailes qui provoquent des vibrations sonores aiguës captées par nos oreilles (70 décibels). Ces vibrations ne sont en fait pas destinées à nous empêcher de dormir (ben voyons), mais à capter l’attention des moustiques mâles. C’est d’ailleurs l’un des seuls insectes qui utilisent le bruit du battement de leurs ailes ainsi (super !!!!!). En fait, elle "drague" les moustiques mâles grâce à ces signaux sonores associés à l’émission de phéromones (hormones sexuelles).

Ensuite POURQUOI CE BORDEL JUSTE DANS MON OREILLE ? Pas vraiment d’explication. Soit on transpire plus de l’oreille que du reste, soit l’oreille bouge toute seule, soit elle émet particulièrement du gaz carbonique ??? Je dis ça parce que la moustique est attirée par le mouvement d’un animal, par sa chaleur émise – les yeux des moustiques sont sensibles aux infrarouges émis par les des animaux à sang chaud –, et par deux types d'odeurs : celle du gaz carbonique et celle d’acides gras. Une peau exhalant plus de gaz carbonique qu’une autre attirait plus les piqueuses. Et un épiderme dont la sueur était riche en acides gras, comme l’acide butyrique, aux relents ammoniaqués, était un mets apprécié. Vous savez maintenant ce qu’est une « peau à moustiques » !!

Enfin, POURQUOI ON SE GRATTE ? Si les boutons de moustiques gonflent et démangent, c'est à cause de la salive du moustique et de notre système immunitaire. Quand elle pique, la femelle moustique injecte sa salive et un anticoagulant qui neutralise nos plaquettes afin que le sang reste liquide et ne bouche pas la trompe de l’insecte. En déclenchant une réponse immunitaire, celui-ci est responsable de la démangeaison. Mais ce produit provoque aussi une réaction immédiate de certaines cellules qui sécrètent notamment de l’histamine, un neuromédiateur responsable d'une démangeaison désagréable. La sensation de démangeaison est induite en 30 à 60 secondes pour atteindre un maximum après 2 ou 3 minutes et se dissiper après environ 10 minutes. Voilà pourquoi le bouton démange de plus en plus si on ne se gratte pas. Mais POURQUOI ON NE PEUT PAS S’EMPECHER DE GRATTER ? La douleur est transmise au cerveau par certains neurones, la démangeaison par d’autres. Ces deux informations sensorielles voyagent côte à côte sans s'entremêler. Cependant, certaines interactions sont possibles. Par exemple, le grattage peut provoquer une douleur qui peut soulager à merveille la sensation désagréable de démangeaison, en détournant le message de démangeaison avant qu'il parvienne au cerveau.

Pour finir, toute ma compassion à ceux qui sont atteints d’acouphènes, autrement dit qui perçoivent en permanence des bruits comme le tintement, le bourdonnement, le chuintement ou le sifflement (selon les cas, les personnes atteintes peuvent endurer des bruits, allant d'un simple rasoir électrique à une tondeuse à gazon ou à un réacteur d'avion). Avoir un moustique scotché dans l’oreille, ça doit tout simplement être l’enfer.

Et une petite note d’humour (pasqe c’est pas si grave tout ça !):

1.       Il existe des programmes informatiques « anti-moustiques » qui génèrent des ultrasons, inaudibles pour l’oreille humaine (attention toutefois si vous possédez d'autres animaux, vérifiez auparavant que ces ultrasons ne dérangent pas vos chiens, chats, etc). Pratique en pleine jungle non ? http://www.pcastuces.com/logitheque/antimoustique.htm

2.       Le saviez-vous ? 90% des plus de 30 ans ne perçoivent pas certains sons qui sont subis par 90% des moins de 20 ans (et oui, l’ouïe diminue en vieillissant !). On a donc créé un « bruit de moustique » que la police en Angleterre et d’autres s’en servent pour faire fuir les jeunes, et que les jeunes l’utilisent comme sonnerie de téléphone (Mosquitone), idéale pour les échanges entre ados dans les espaces à risque, une salle de cours, par exemple.  

3.       Qu’est-ce qui passe par la tête d'un moustique qui s'écrase sur votre pare-brise ? Son trou de balle.

medium_moustiq.jpg

19:25 Publié dans N'imp | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : inde, moustiques |  Facebook | |