Ma belle-mère indienne et moi - Céline (lundi, 16 mai 2022)

La recette magique : un mari-soutien, une belle-mère-flexible et un soupçon d'indépendance

Pour le contexte de ce post, voir la note suivante : introduction.

J’ai rencontré mon mari à 18 ans en 1999 pendant qu’il faisait un master en France. Il n’est pas rentré en Inde à la fin de ses études.

Après plusieurs années de relation, ses parents lui ont demandé ses intentions de mariage, s’ils devaient lui trouver une épouse. Il a demandé un an de réflexion, le temps que je m’installe professionnellement. Il annonça alors qu’il m’épousait ! Ils ont accepté cette décision, alors même qu’il s’agissait de leur fils unique. Mon beau-père m’a avoué avoir toujours fait confiance à leur fils quant à ses choix… (Mes beaux-parents sont tous les deux éduqués et anglophones, ils ont même fait un mariage d’amour impliquant une fuite et une cérémonie secrète (mais pas de mésalliance religieuse ou castéiste).

Après plusieurs années de vie en France, nous caressions le projet de partir tenter l’aventure en Inde. En 2010, un licenciement économique nous a mis le pied à l’étrier et nous sommes partis, avec notre fils de 9 mois sous le bras  !

Nous avons emménagé dans un appartement à Hyderabad, la « grande ville » la plus proche du lieu de résidence de ma belle-famille (à 5 heures de route). Mon mari lui-même souhaitait garder son indépendance vis-à-vis de ses parents et eux-mêmes semblaient se satisfaire de la situation, peu enclins à quitter leur cercle social.

Ma belle-mère m’a accueillie à bras ouverts ; elle a toujours respecté mes choix – qu’elle les comprenne ou pas –, et fait preuve d’une extrême gentillesse. Par exemple, elle n’a pas hésité à vendre ses bracelets en or pour nous aider quand nous avons eu des difficultés financières liés au COVID. Bien sûr, il y a eu des accrochages mais jamais de vraies disputes. Elle a toujours mis fin aux conflits en se rangeant à ma « logique », que ce soit en ce qui concerne l’agencement du frigo ou le gaspillage alimentaire.

Il y a bien eu des moments de maladresse, ou elle voulait absolument, par exemple, que je me coiffe de telle ou telle manière. Mais il a suffi que mon mari lui demande de ne pas insister, lui expliquant que cela me mettait mal à l’aise, pour qu’elle vienne me voir et me dise elle-même de faire preuve de franchise avec elle, de ne pas hésiter à partager mes sentiments. J’ai sauté sur l’occasion et ai proposé à mes beaux-parents de leur parler en toute franchise ; je ne cuisinerais pas pour eux et ne leur préparerais pas le thé – mais ma belle-mère est maligne, elle a quand même réussi à m’apprendre la recette ! – mais qu’en revanche je serais toujours honnête avec eux. La démarche, tout à fait inédite en Inde, leur a plu !

Avec mon fils, ma belle-mère a eu la finesse de comprendre que pour créer un lien, s’isoler dans la chambre et jouer avec lui fonctionnerait mieux que lui demander de s’assoir à côté de lui dans le canapé et de parler (la technique de mon beau-père !). Elle nous a aussi soutenus quand nous avons décidé de faire l’école à la maison, notamment pour accompagner notre fils qui a des troubles de l’apprentissage. Ça fait souvent grincer des dents en France mais en Inde, où cela n’existe quasiment pas, nous passons parfois pour des parents irresponsables, voire pire ! (Peu importe, cela marche bien pour nous.)

Ma belle-mère m’a appris à ignorer les envolées lyriques et colériques des hommes de la famille (son mari et son fils). Pourquoi perdre de l’énergie à essayer de les raisonner, il vaut mieux les laisser vider leur sac et penser à autre chose ! (Je n’y arrive pas toujours mais je perçois la valeur du conseil…)

Enfin, je voudrais raconter les crises de rire en essayant de me mettre un sari qui ne cessait de se faire la malle, des selfies avec des masques marrants, des séances de masque facial, etc. Elle est toujours prête pour une sortie et essayer quelque chose de nouveau.

Mais il y a deux ans, elle a commencé à devenir sénile. Je fais mon possible pour rapprocher mes beaux-parents de chez nous, pour m’assurer qu’elle ait un peu de compagnie (l’isolement lié au COVID a accéléré la maladie de manière exponentielle) et qu’elle ait accès aux soins qu’elle mérite – l’absence de soins spécifiques pour les personnes âgées et atteintes neurologiquement est abyssale en Inde. Cela pourrait aussi soulager mon beau-père. Et puis surtout, elle me manque. Plus qu’une amie, je perds une mère…

Inde,belle-mère,belle-famille,famille,belle-mère indienne

Céline et Attayya (belle-mère en telugu)

08:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : inde, belle-mère, belle-famille, famille, belle-mère indienne |  Imprimer |  Facebook |