Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 28 mai 2007

Vacances de samouraï

e13a5eadd2635f255cb5aa37d75be1c2.jpg

Finies les vacances... Je savais pas que ça pouvait faire autant de bien. Ne serait-ce que quitter un peu Pune. Et puis voir la mer (le soleil je le vois tous les jours à Pune - et j'apprécie! - mais je reste blanche comme un c... parce qu'il fait trop chaud pour sortir!).

Goa. Hors saison. Pas un chat! Tant mieux... Des plages quasi désertes, des "shaks" (espèces de bar en bord de mer) où il fait bon glandouiller toute la journée... Vacances, vacances.

On a moins rigolé quand, en montant dans le train de nuit qui devait nous emmener de Goa à Cochin, on a constaté que nos places avaient été attribués. Après une partie de saute-mouton par-dessus les corps des Indiens endormis n'importe où par terre (en se foutant royal des cafards qui pullulent), le controleur nous a expliqué: notre billet stipulait Bombay-Cochin et comme on s'est pas pointés à Bombay et ben tant pis pour nous! Easy... 17h debout. Alors on a installé les sacs entre deux couchettes, ou dans le couloir et on a dormi comme on pouvait. Jusqu'à ce que vers 3h, un controleur s'acharne sur ma jambe pour me réveiller: il avait trouvé 3 couchettes!

Et puis le Kerala, tout au Sud de l'Inde. De l'eau et du vert à perte de vue. Rien à voir avec le Maharashtra!! (enfin, ce que j'en ai vu du moins). Mon colloc, Shiv, nous a invités, 4 potes français et moi, dans sa famille. J'y suis allée fondango, avec la tenue indienne et à manger avec la main. Même pas peur! Mais quel accueil, c'était trop bien. On a fait du bateau, '"houseboat", dans les "backwaters", ces lacs et canaux d'eau de mer qui serpentent le Kerala. A base de musique à donf, de crevettes fraîches, de bain de minuit etc etc. Le pied! Et les plantations de thé dans la région de Munnar, où nous nous sommes pris la première pluie de la mousson (qui va progressivement remonter vers le nord). Ou encore la plage de Cochin, où j'ai failli rendre fou le propriétaire de la maison qu'on louait en l'obligeant à me courir après un peu partout: je voulais absolument rester sur la plage mais paraît que c'est dangereux. Mais plus que les arguments de ce type, l'énorme rat blanc qui s'est pointé à minuit m'a fait dégagé dare-dare.

Quel Etat sympa le Kerala, on respire, on bouffe (c'est TELLEMENT bon!), c'est propre. L'Inde et sa diversité...

Et maintenant back in Pune et au boulot! La motivation est revenue, à 200%. Et bientôt la France...

19:45 Publié dans Virées en... Inde! | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : inde, kerala, goa |  Facebook | |

lundi, 12 février 2007

Dharamsala/Mac Leod Ganj: suite et fin

medium_Mc_Leod_Blog0005.jpg
medium_Mc_Leod_Blog0001.jpg
medium_Mc_Leod_Blog0002.2.jpg
medium_Mc_Leod_Blog0003.jpg
Fini le voyage! Du moins en ce qui me concerne...
Guillaume et moi (photo 1) avons passé ensemble 3 jours à Mac Leod Ganj, avec Motup (photo 2), sa femme, leur ami Norboo et leurs proches moines bouddhistes. Notre séjour aura été davantage spirituel qu'ornithologique - je m'en excuse encore Guillaume!
Après un thé dans un couvent de nonnes (une des nonnes a reconnu le moine qui nous accompagnait comme quelqu'un de sa région et nous a invité, après avoir dûment échangé son numéro de portable avec celui de notre guide!), nous nous sommes allés voir Karmapa. Pour les incultes, les "Gyalwa Karmapas, chefs de l'école Karma Kagyu, l’un des grands courants du bouddhisme tibétain, constituent la première lignée déclarée de tulkus, réincarnations de Düsum Khyenpa (12ème siècle); Le Karmapa (en sanskrit « la manifestation de l'activité de tous les Bouddhas ») est le titre du chef des Karma Kagyu, l'une des quatre écoles majeures du bouddhisme tibétain". Les critères de reconnaissance d'un successeur (indications orales ou écrites laissées par le précédent Karmapa, rêves et intuitions de lamas consacrés, comportement de l’enfant etc..) ne sont en général pas suffisamment précis pour écarter toute contestation quant à son identité. Total le Dalaï Lama a reconnu récemment un deuxième 17ème Karmapa et ça fait des histoires...
Rencontre avec un Karmapa: Nous avons dû attendre 1/2h pour se faire enregistrer, plus 1/2h de queue, plus une 1/2h d'attente dans le monastère, plus 1/2h de queue, pour arriver devant un jeune type, rasé (c'est certainement pas lui qui a ton peigne papa), et là c'était un peu la panique. Un peu comme avant la communion à la messe, les premières fois. Je me suis un peu embrouillée entre le foulard blanc à déposer sur l'autel, l'enveloppe de dons, la cordelette rouge à attraper, la courbette et tout. Total j'ai juste vu une main tendue et j'ai tendu la mienne pour une bonne poignée de main!!! La honte. Des types m'ont soufflé "take it, take it", un peu stressés, alors j'ai attrapé la queue du mickey (une cordelette qui sert à chais pas trop quoi) et j'ai filé.
Il faut avouer que mon cousin et moi étions les seuls vrais touristes. Non pas qu'il y ait pas d'occidentaux, mais ceux qui étaient là étaient visiblement à bloc, à faire des génuflexions, baiser le sol et réciter des prières... Freaky!
Après cet épisode divertissant, il s'est mis à flotter. Des trombes. Bel aperçu de la mousson. Franchement ça me disait rien de prendre le bus dans ces conditions et je ne me suis pas trompée. Bon le chauffeur était étonnamment prudent, ça c'était la bonne suprise. La moins bonne c'est que j'avais 10 cm pour les jambes, que les fenêtres étaient ouvertes (et qu'il faisait quand même des températures glaciales) et que de l'eau me coulait sur le pantalon. J'en suis quitte pour une bonne crève!
La tempête à Delhi dimanche, le blues du week-end dans les montagnes avec mon cousin, tout ça a fait que j'étais bien contente de retrouver Pune ce matin, et sa bonne vieille chaleur. J'étais même contente que Lucky (alias le gars du câble) vienne chez moi (me réparer ma connection).
Guillaume, si tu t'embêtes avec les oiseaux, Pune et moi-même t'attendons!!!

vendredi, 09 février 2007

2 samourais a Dharamsala

Lundi matin, je suis arrivee a Delhi passablement pas fraiche apres une courte nuit... J'ai enchaine avec 3 jours de salon. Resultat: passablement mal aux genoux et beaucoup de travail pour la semaine prochaine (et ca c'est cool).

Mardi matin j'ai recupere mon cousin a l'aeroport, a 5h du mat. Et je l'ai envoye dans les rues de Old Delhi voir le Red Fort et la Jami Masjid (la plus grand mosquee en Inde). Le Lonely Planet recommande de ne pas y aller le 1er jour,e t Guillaume confirme! Y a un monde ouf, on en deviendrait agoraphobe...

Mercredi soir nous avons pris le bus de nuit, direction l'Himachal Pradesh, les contreforts himalayens. Ouais je sais, je le menage pas mon cousin. La nuit a ete mouvementee, ca saute, ca tourne, ca bavasse. Pas facile de dormir... Et bonjour l'arrivee a 6h du mat a quelques 2000m d'altitude, avec mon pantalon leger et mes ballerines trouees. J'avais oublie qu'il pouvait faire si froid!!!

J'avais embarque dans la voiture mon pote ladakhi, Motup, sa femme, Palley, et leur pote Norbu. Pratique pour chercher un hotel dans la nuit noire avec la tete dans le ... Ils nous ont organise une entrevue avec l'adjoint du Dalai Lama pour demain (ah oui, j'oubliais de preciser que Dharamsala, ou nous sommes, est la ville du gouvernement tibetain en exil). Aujourd'hui nous avons dejeune avec le cousin de Palley, un moine ladakhi qui a cuisine pour nous! Le moine qui a un portable plus moderne que celui de mon cousin!!!

Dharamsala (http://www.dharamsalanet.com/) est une petite ville blindee d'etrangers un peu flippants: soit ils sont rases avec des robes bordeaux (comme les moines bouddhistes) soit ils ont des dread locks et ils sont fringues avec des loques (il y a toute une communaute israelienne qui vient fumer, l'herbe locale figurant au top des cartes des coffee shops d'Amsterdam). J'ai un peu peur de laisser Guillaume tout seul ici! Il fait froid, il pleut un peu aujourd'hui mais nous allons marcher un peu quand meme. L'air de la montagne fait vraiment du bien!

Samedi soir je prends un bus de nuit, retour a Delhi, et je laisse mon cousin aux bons soins des oiseaux de la region...