Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 28 novembre 2007

Virée dans le Madhya Pradesh…

b2e7074e61c697ff5bfd47412d1b8bf0.pngIl y a sans doute des tonnes de trucs à dire sur cet Etat du centre de l’Inde (Madhya Pradesh (MP pour les intimes) ça veut d’ailleurs dire « Etat du Centre »). J’ai envie de dire que c’est aussi un peu le trou du c… de l’Inde (si vous me passez l’expression). Shiv s’était juré de ne jamais y mettre les pieds… mais qui me résiste ??!!

Carte de visite : 60 millions d’habitants / Capitale : Bhopal (connu (pour moi) seulement par le titre du livre Il était minuit cinq à Bhopal) / Langage principal : hindi / Spécialité culinaire : a priori aucune (fallait voir les yeux en rond de flan du serveur (d’un 4*) quand je lui ai demandé…).

Fraîchement débarquée à Jabalpur (j’aime bien ce nom, les sonorités sont sympas non ?) après 19h de train (si si, j’étais fraîche, j’ai dormi 17h !), j’ai halluciné. Pune fait figure de ville du 3ème millénaire à côté… Les rues sont crades, y a encore des cycle-rickshaw (des pousse-pousse à vélo), les bâtiments sont moches etc. etc. Mais en fait c’est rien comparé à Raipur, dans l’Etat voisin de Chhattisgarh (anciennement rattaché au MP) – mais j’y reviendrai plus tard.

A Jabalpur, nous avons loué une voiture pour aller à Kanha, déjeuné, cherché une agence de voyage pour acheter les billets de retour, appris qu’il n’y avait pas de train Jabalpur-Pune le samedi, appelé l’hôtel à Kanha pour savoir s’il pouvait s’en occuper pour nous, reçu une réponse positive et nous sommes partis !

Jabalpur-Pune : 150 kms, 4h de route et plongeon dans la campagne indienne (avec des maisons bleues et blanches super 60a2f7ff749a28c1f57e90a4e471dc01.jpgjolies, presque toutes pareilles). Une campane où les gens vont encore au puits. Mais ça ne nous a pas empêchés, dans notre super hôtel, de faire couler l’eau pendant une demi-heure (et plusieurs fois en plus) parce que l’eau chaude ne venait pas. Ca paraît honteux de dire ça, mais c’est un peu ça l’Inde : on marchande pour 10 roupies (moins de 2 centimes) avec un rickshaw et on claque 1000 roupies pour un bon repas. Au début ça révolte, après on s’y fait. Après tout, c’est nous qu’on a établi les règles hein ? Et puis bon, les étrangers sont chargés entre 10 et 50 fois plus pour tous les trucs touristiques (en fait c’est assez normal (même si ça fait râler), et ça reste abordable pour nous !!).

Après 4 jours de wildlife, nous étions prêts à repartir pour Pune… Nous avions demandé à l’hôtel de nous réserver des billets pour samedi soir, idéalement Jabalpur-Pune, au pire Jabalpur-Mumbai. Paraît qu’il n’y avait rien de disponible. Alors ils nous ont envoyé à Raipur (250 kms, en s’éloignant encore plus de Pune !!), où, ça tombe bien, la chaîne avait un hôtel et où il y avait des places mais que en 1ère classe (ah ben tiens). Jusque là pourquoi pas. Mais au moment de partir, ils annoncent le prix de la voiture : 3500 roupies. Et puis quoi encore ? En 2 minutes, ils acceptent de partir pour 2500 roupies. Bon parfait, ce sont des voleurs, et en plus les deux chauffeurs ont des tronches absolument machiavéliques. Ni une ni deux, Shiv et moi partons au village pour un benchmark. Conclusion : le prix est : 2500 roupies. Après maintes tergiversions, nous décidons de partir avec la voiture qui nous avait été réservée, pas convaincus quand même. Les deux compères chargent les bagages et nous retrouvent sur la route du village. Là-dessus j’ouvre la portière et découvre une flaque de vomi. C’en est trop… Je veux mon sac, s’il vous plaît. Le mec me parodie (ce con) et me sort mon sac. Et je me retrouve en bord de route, sur mon sac (version attraction du village), pendant que Shiv nous trouve une autre voiture. Il arrive finalement dans un mini-truc-qui pue-l’essence-mais-c’est-pas-grave. Nous sommes partis pour 6h de route ! Ah non finalement, au bout d’une heure nous nous arrêtons pour changer de voiture – la route est mauvaise et le chauffeur a peur que sa voiture le lâche (peur raisonnable à mon avis). Il nous promet une voiture d’ici 15 minutes. Il nous invite à prendre le thé dans sa famille. Première question de la grand-mère : vous avez des enfants ?? Notre chauffeur passe des coups de fil, encore 15 minutes… Nous buvons le thé, je finis par prendre mon bouquin (Shiv ne traduit quasiment rien, et en plus seulement ce que je comprends déjà…). 2 heures plus tard je commence à bouillir (pas de bol, tous les taxis sont partis à un mariage ! (vous pouvez le croire ça ??)). Shiv craint un éclat de ma part (à nouveau une crainte justifiée). En plus je viens de voir passer un gros rat dans la pièce. Bon, la voiture arrive, c’est un 4x4. Coût total : 3300 roupies. No comment…

Mais Dieu Merci, c’était un 4x4… 6h sur la pire route de l’Inde, si on peut appeler ça une route. C’était en fait pire que les pistes de la jungle. Sans déconner. Des trous énormes (restes de la route bétonnée), et une circulation de malade. J’ai mieux compris pourquoi on répète sans cesse que si l’Inde n’améliore pas ses infrastructures, elle n’arrivera pas à se développer…

A minuit nous sommes finalement arrivés à Raipur. Mais nous n’étions pas au bout de nos surprises. D’abord, ils avaient réservé pour une seule personne, et ils n’étaient pas trop chauds pour nous laisser à deux (sans doute à cause de la station de police juste à côté – jcrois bien que c’est illégal de dormir à deux si on n’est pas marié, ou pas du même sexe (!!)). Finalement, nous nous couchons…

Le train part à 9h le lendemain. Sauf qu’à 7h30 pas de billets. Après maints appels, il s’avère que l’hôtel de Kanha, qui nous avait juré ses grands dieux qu’aucune annulation n’était possible (et c’est d’ailleurs pour ça que nous sommes quand même allés à Raipur – si Shiv m’avait écoutée, nous serions allés à Nagpur, au moins c’est dans le Maharastra, et c’est presque moins loin de Kanha que Raipur), comme nous avions refusé leur voiture, avait annulé les billets !!! Ca a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase pour Shiv… Un peu de colère, et deux billets ont été réservés le soir même pour Bombay.

Voyage électrique s'il en est : passer une journée entière dans une chambre d’hôtel plutôt glauque m’avait foutu les nerfs en pelote. Après une nuit dans le train, 1h30 de rickshaw et 2h30 de bus, nous étions rendus à Pune. Bref, que 48 heures…

Ils ont pas fini d'entendre parler de moi cette chaîne d'hôtels...

Mais ça valait le coup ;) Les tigres...

lundi, 01 octobre 2007

Sacré week-end...

Samedi midi, j'ai commencé par un pétage de bide avec de la bouffe d’Inde du Sud, à Southern Spice. J’accepte désormais d’y suivre Shiv pasque j’y ai découvert un truc pas épicé qui ressemble franchement à de la blanquette… Pourquoi se priver ??!

Samedi après-midi, sortie au zoo avec Marie, et bonne partie de rigolade. D’abord le tigre royal du Bengale. Impossible de rien voir, juste une espèce de beuglement dans le lointain… Alors forcément, quand on a vu un truc blanc s'approcher entre les branchages, et ben nous nous sommes dit ça devait être la vache qu’ils lui servent en dîner… Eh non, c’était le tigre ! Nous ne savons toujours pas si il est blanc d’origine (copain !!) ou si c’est seulement un vieux, très vieux tigre. Comme il refusait de s’approcher pour la photo (le bougre), j’ai du retenir Marie qui voulait lui balancer l’hideux porc-épic en pâture, ou même pire, un ptit indien…

Ensuite le léopard. Pauvre bête dans une cage à double rangée de barreaux, dressé pour en faire le tour quand le gardien siffle. Pathétique. En plus, avec ces doubles barreaux, impossible de prendre une photo correcte. Non mais on se moque de qui ??!

Et puis les singes. Pas de commentaire pour l’instant, les photos parleront d’elle-même…

Pour finir, les serpouilles. On nous avait promis des cobras. Mais nous refusions de croire que les espèces de couleuvres endormies étaient des cobras. Ca a un coup énorme non les cobras ?? Voilà donc que je m’excite à demander en hindi où sont les foutus cobras (« cobras kaha hai ? » - c’est pas trop difficile non plus…). Le type a du se dire que ces 2 blondes étaient un cas désespéré et a fini par agiter un bâton pour les réveiller. Oh magie, des cobras !! J’ai bien fait de laisser tomber les sciences nat…

Pour 3 roupies (0,05 €), nous avons pris un bol d’air, vu 3 animaux (mais c’est mieux que rien), et eu l’impression d’attirer davantage la curiosité que les pauvres élans qui mâchouillaient leurs brins d’herbe. Sacrée sortie !

Mais dimanche a battu tous les records… Debout à 9h, nous voilà dans la voiture (avec chauffeur s’il vous plaît – il y a quand même 35 kms alors j’ai décidé de ne pas écouter les conseils de notre amie indienne qui voulait nous y envoyer en rickshaw (à ce train-là nous aurions été aussi vite en charrue à bœuf)), en route pour aller faire du canasson. Un miracle, nous ne nous sommes presque pas perdus… Là, dans un magnifique centre équestre, avec de très beaux chevaux (la main d’œuvre coûte rien ici m’avait-on expliqué en décembre), nous avons fait une petite ballade d’une demi-heure dans la campagne marathe. Marie sur Naomi, moi sur Alka (ça vous fait une belle jambe pas vrai ??). Du pas, du trot, 50m de galop, quelques buffles agressifs plus tard, nous sommes de retour au bercail, saines et sauves.

Ensuite, direction un fort. Le guide en dit que la vue est magnifique et qu’elle se mérite parce qu’il y a une montée. Point. Ni une ni deux, le chauffeur se lance en direction de Nasik. Au bout d’une heure, nous lui demandons si il reste longtemps… Une heure, 50 kms. Mais on va où là ??? Une heure plus tard, il s’arrête pour demander son chemin. Et apprend au passage qu’il reste encore 45 kms (en fait 100, c’est écrit dans le guide, oups) et que la montée dure 5 heures (ah ça non, c’est pas écrit dans le guide, dammit). Allons donc prendre un cay (thé). Tranquilou bidou le chauffeur se fait inviter ! Bon pour 5 roupies on peut rien dire… ;) Et voilà que, revigoré par le cay, il prend des initiatives et décide de nous emmener voir un temple ! Puis un deuxième… Il a vraiment repris du poil de la bête parce que le deuxième est sculpté dans la roche et y a une sacrée grimpette (aurait-il décidé de lui-même de nous consoler de notre escalade au fort avortée ??). A 17h, heure de retour prévue, nous quittons le temple, un peu angoissées à l’idée qu’il nous fasse visiter les 6 autres – nous venons en effet d’apprendre que nous nous sommes lancées dans la boucle des 8 temples de Ganesh de la région de Pune !! Mais non, le chauffeur a envie de rentrer, lui aussi. Une petite demi-heure plus tard, on se dit qu’on ne va pas tarder à arriver. Douce blague, il nous faudra encore 2h pour retrouver Pune. Mine de rien, on se sera fait presque 300 kms dans la journée !! Contre les 80 prévus au départ… (ça n’a d’ailleurs pas échappé au chauffeur, qui triplera son tarif…). Mais on en aura vu des choses !

Point culturel : l’Ashta Vinayaka ou les 8 temples de Ganesh de la région de Pune-Nasik (dont j’ignorais complètement l’existence au bout de 11 mois, la honte…). http://ganapati.club.fr/anglais/asud/adetsud.html Pour les paresseux, une brève traduction : il s’agit d’un des plus importants pèlerinage dédié à Ganesh en Inde (et nous pauvres ignorantes nous pensions visiter de banals temples…). En plus il y a un ordre : Morgaon, Pali, Mahad, Theur, Lenyadri, Ozhar, Ranjangaon, Siddhatek. Evidemment, nous avons commencé par Ozhar et fini par Lenyadri (je viens de découvrir le nom de ce temple).

637dcb0f18c4c6fa02d82d1fb13d8b99.jpgda237a690372f11da70cb1ebb151318e.jpgAlors, Ozhar, ou Shri Abhinandana a une légende : Shri Abhinandana, le roi d’Hemavati a un jour fait un grand sacrifice. Indra pensait qu’il serait viré si le roi menait à bien ce sacrifice alors il a ordonné à Kala (le dieu du temps) de mettre des obstacles sur la route du roi. En fait je comprends rien donc j’arrête de traduire… Le temple est particulier parce qu’il est entouré de 4 côtés par un mur de pierre protecteur. A l’entrée il y a 2 Deep-Malas (des piliers en pierre pour les lampes à huile) et 2 énormes Dvarapala, les gardiens de la porte – effectivement, nous avions repéré ces trucs bizarres. Le temple a 2 mandapas, un avec une statue de Dhundiraj et l’autre avec une idole de rat (ah ah, Marie, j’avais raison, c’était un rat, pas un chien, t’es trop nulle !) en position de sprinter sur le marble blanc. C’est vrai, on a vu tout ça…

Pour l’autre, Lenyadri, ou Shri Girijatmajvinayak, je vais faire court. Il est situé dans une montagne dans la région de caves bouddhistes connues. Girijâtmaja Vinayaka est enterré ici: il est considéré comme une manifestation de Ganesh enfant.96cdc6f70ccade20ede9ce63e7e561c3.jpg

La légende est intéressante : désireuse d’avoir Vinayak pour fils, Parvait a fait pénitence pendant 12 ans dans ces caves. Ganesh, satisfait, lui a donné le fils qu’elle voulait. Puis un jour, Parvati a pris un bout de son corps (ou son écharpe, j’ai pas trop compris), l’a mélangé avec de l’huile et des onguents et a formé l’idole de Ganesh. Elle célèbrait son idole (on appelle ça pooja) quand soudain l’idole a pris vie et dit à Parvati qu’elle pouvait emmener l’avatar chez elle. Le 11ème jour il a pris le nom de Ganesh, ce qui signifie la personne qui maîtrise les 3 qualités Satva, Raja and Tama. Le seigneur Shiv Shankar (non non pas le mien) lui a donné le pouvoir que quiconque se souvienne de Ganesh avant de commencer un ouvrage le finisse avec succès. Pendant les 15 premières années de sa vie à Lenyadri, Ganesh a tué pas mal de démons…

Tu savais pas tout ça, hein Marie???

1a3930e8e1e3ec2943b7a839518fc730.jpg

mardi, 28 août 2007

Week-end à Mahabaleshwar

Ce week-end j’ai traîné Shiv à Mahabaleshwar (vous pouvez vous entraînez, ça prend un moment avant d’arriver à le prononcer correctement…), petite ville dans les montagnes du Maharashtra. A 120 km de Pune, il nous a fallu quand même 5 heures de bus pour y arriver, tout ça en étant parti à 6h du mat’. Après s’être demandé ce qu’on faisait là, avec aucune idée de quel hôtel choisir ni de quoi visiter, Shiv a fini par prendre les choses en main et nous emmener dans un hôtel qui tombait limite en ruine. Mais les chambres étaient correctes, juste un brin humide, le téléphone et la télé en panne et pas d’eau chaude. Mais bon… Le mieux c’est le soir, quand le hall se transforme en boîte (3 néons et un DJ) pour les 2-3 familles maharashtriennes en week-end dans le coin. Des grosses mamas en sari qui se lâchent, leurs maris tout aussi gros, les gamins, c’est la folie ! Un spectacle depuis la salle de restaurant je vous jure… On a bien rigolé ! Les principes du Club Med sont franchement internationaux !

Attendez, j’ai sauté une étape. Avant le dîner, nous sommes allés visiter un fort. C’est pas que ça enchantait Shiv mais il fallait bien faire quelque chose, et profiter un peu de l’air pur de Mahabaleshwar, « beau plateau vert abondant caressant au milieu des gammes de montagne de Sahyadri (1372m) ». C’était aussi la capitale d’été pour la présidence de Bombay au temps de l’empire.

On commence par oublier les temples, c’est pas le truc de Shiv qui préfère les églises (à tout prendre). Pas pour des questions de religion mais il trouve les temples sales et bruyants ! Et nous voilà partis pour le fort Pratapgad (voir les photos). Pas mal de marches, mais le jeu en valait la chandelle : arrivés tout en haut, sur les remparts, le brouillard (apparemment fameux dans la région) s’est brusquement levé et nous avons pu voir la luxuriante jungle de la vallée… Nous avons donc passé une ou deux heures à batifoler dans le fort, à respirer et écouter le silence (ça se remarque les endroits où y a pas beaucoup de gens ici).

Ensuite, il a fallu s’arrêter pour m’acheter des chips (une alternative sympa à la bouffe indienne) et, du coup, nous nous sommes arrêtés dans un « jardin » - en fait un terrain avec un tout petit peu de verdure et des tables (et, en contre-bas, des plantations de fraises, spécialité de la région, généreuse en confiture). La surprise c’est quand Shiv m’a apporté mon brownie : sizzler brownie, apporté sur une plaque chauffante avec 2 boules de glace dessus et du coulis de chocolat en quantités… abondantes. De quoi récupérer de la marche !

Enfin voilà, un bon bol d’air et c’est reparti !