Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 22 janvier 2008

Réflexions canines

Nous prenions notre petit déjeuner à Hampi lorsqu’un couple de jeunes allemands s’est installé à la table voisine. La fille a immédiatement commandé une omelette « for the dog ». J’ai cru que j’avais mal compris, mais non. Sitôt l’omelette sur la table, elle a transféré l’assiette sous le nez d’un petit chien mourant (du genre les mouches ont déjà attaqué) - juste devant le restaurant. Elle a voulu lui donner à boire aussi, et la tenancière a filé un coup de main : elle a découpé une bouteille ! Que l’Allemande a rempli d’eau. Son mec a ensuite déplacé le chien à l’ombre et ils ont bien recommandé aux Indiens qui les entouraient (ils étaient nombreux à être venus voir et sans doute à se dire « Mais ils sont fous ces Anglais » (oui, tous les étrangers sont des Anglais ici, et rien à voir, mais ici, l’Amérique du Sud fait partie des Etats-Unis !)) de faire en sorte que le chien puisse boire.

Quand nous avons quitté le restaurant à notre tour, le chien s’évertuait à atteindre le gobelet d’eau sans succès, et tout le monde s’en foutait… (il avait même pas pu goûter l’omelette).

Alors moi je me dis 1. Ils ont dû en baver ces Allemands parce qu’il y avait spécialement beaucoup de chiens en train de crever à Hampi (because pas de viande ??) et 2. Est-ce qu’ils nourrissent aussi les enfants (à 40 roupies l’omelette, soit 2 fois le prix de mon repas du midi, ils peuvent faire des heureux).

06:00 Publié dans N'imp | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

jeudi, 03 janvier 2008

Marie et Zoubin

049d283a58be66a8abdaa2d90f99cb35.jpgLe 30 au matin, Zoubin nous a rejoints à Gokarn. Arrivé à 6h, il s’est allongé en attendant que tout le monde se lève… Et quand Marie s’est réveillée, elle s’est trouvée nez à nez avec Zoubin, un fer à lisser à la main, tranquillement en train de se permanenter les cheveux… Dégoûtée la fille, elle n’avait pas osé emporter le sien !

Faut dire que Zoubin est mannequin. Si t’as un doute, et que tu lui demandes ce qu’il fait dans la vie, il répond « rien… enfin, je suis mannequin ».

Après le petit déjeuner, ça parti en vrille… Pendant qu’on change un pneu crevé, Zoubin change de tenue (et se recoiffe dans le rétro). Pendant qu’on cherche un hôtel (après cinq heures de route et sans déjeuner), Zoubin pose devant la voiture et demande à tous les occupants de la voiture (un peu tendus) pourquoi ils ne sourient pas ! Le soir, c’est Zoubin qui met de l’ambiance, en insistant pour nous montrer les trois pas de danse de Mickael Jackson qu’il connaît, ou en agitant un porte-clef qui clignote sous notre nez. C’est encore Zoubin qui, dès que les néons sont sortis, tombe le tee-shirt (et surtout, que tout le monde regarde !) pour se retrouver en marcel blanc : immanquable dans la foule ! 7c23b54790acb1fd665b83235e0303da.jpg

Zoubin part se baigner. Trop fort le mec : il doit être le seul que j’ai vu avec un mini-short en jean pour aller à la mer… Ah, on est SuperModel ou on ne l’est pas. Le lendemain, pas de tenue de plage mais chemise ajustée. Je lui demande si il n’a pas l’intention de nager et il me réplique, comme si j’étais une parfaite idiote, que c’est une tenue pour « chasser » (les filles) – ça se voit pas enfin ?? Oui, Zoubin était à Goa pour faire tomber les filles… Pas trop de chance aux dernières nouvelles.

4eeee4d469e14158ad4f459171fc9b38.jpgQu’il change quatre fois de tenue dans la même journée, alors que Marie n’a pas quitté sa robe de plage (même pour la grosse soirée du nouvel an), ça l’a retournée. Qu’il mette deux heures (littéralement) à se pomponner avant d’aller à la plage, alors qu’elle trépignait depuis midi, ça l’a com946a83e065cdec08363bae8e52a2c162.jpgplètement mise hors d’elle : « mais qu’est-ce qu’il fout à la fin ??? Ca fait deux heures qu’on l’attend !! Mais c’est incroyable… » Quand Marie l’a interrogé sur sa vie, il lui a parlé de ses expériences de mannequin à Bangalore, et ne lui a pas retourné la question. Elle est restée scotchée ! Non, il n’en avait rien à faire de sa vie et pas de faux semblants ! Bataille d’egos, en voilà un qui la supplante dans le genre nombriliste. N’empêche, quelque part, Zoubin s’est pris d’amitié pour elle et il lui en a sorti de belles (et m’imaginer ce qui se passait dans sa tête à elle chaque fois qu’il sortait une connerie, c’était trop marrant).

J’admire souvent Marie face à un appareil photo, elle est tellement à l’aise, et capable de prendre de vraies poses ! Mais alors là, elle s’est fait battre à plate couture par SuperModel. Voilà-t-y pas que je sors mon appareil photo pour le déjeuner et qu’il me demande de le prendre en photo. Comme le premier jet lui a plu, nous nous sommes lancés dans une séance shooting, lui ayant décidé de se faire un book. Un grand moment… (dont je mets quelques extraits – pour se faire un book, me contacter sur ce blog !!)27fdd94b5f2ed677a85eb9f711967962.jpg 286c069d9b787b14009b9cf058d8e008.jpg

Juste après cette séance, le repas arrive. Pizza au bacon avec du thon et du poulet pour Shiv, crevettes pissant l’huile pour moi. Là-dessus arrivent deux œufs à la coque. Et l’ami Zoubin qui m’explique le nombre de calories dans un blanc d’œuf et celui dont le corps à besoin par jour. J’ai sérieusement flippé, un premier de l’an, alors que je venais de me péter le bide ! Heureusement, un plat de poulet grillé est arrivé ensuite pour lui…

Pour finir, ma pauvre colloc, en plus de supporter la bêtise de Zoubin (il faut quand même reconnaître que c’est un mec gentil, toujours de bonne humeur et qu’il se met en quatre pour que tout le monde s’amuse), a fait les frais de l’inattention de Shyam, le pote de Zoubin : il lui a débranché son portable pour utiliser le chargeur. S’étant rendu compte que ça ne marchait pas cd2b542f50c728471fed8f51e65ef531.jpgavec son téléphone, il a laissé le fil pendre… Et voilà comment Marie s’est retrouvée sans téléphone pour le Nouvel An ! Et il fallait voir sa tête quand Shyam a demandé à deux nanas russes qui squattaient la table à côté si il pouvait prendre une photo avec elles : « Mais il a pas fait ça, dites-moi que c’est pas vrai… ». La réponse a claqué « Non, nous ne sommes pas mannequins et on n’est pas au zoo. ». Paf. Faut dire qu’il l’avait cherché.

C’était exceptionnel !!!

06:35 Publié dans N'imp | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |

samedi, 06 octobre 2007

Une salade en sale compagnie...

Aujoud’hui, j’ai mangé de la salade. En Inde, ça vaut le coup de le noter, ça arrive pas tous les jours… Je pense que ce sera la seule chose importante de retenir de mon déjeuner. Pasque à part ça, il y avait un Prix Goncourt à notre table (je ne citerai pas son nom, pas besoin de faire de la publicité non méritée). Si je demandais à ce prix pourquoi il n’y a presque rien dessus sur Google (à part ses livres bradés), il répondrait : « je pense que nous sommes entourés de gens médiocres » (la fin de la citation, en direct live ce midi : « et nous devons nous tenir la main pour passer au-dessus d’eux » – je vous rassure le Prix ne s’adressait pas à moi…). Qu’il me méprise passe encore, mais il aurait quand même pu porter un peu d’attention à Mista, ce petit bout de femme de 80 ballets, tout ratatiné, qui a quitté la France pour l’Inde à 20 ans et qui est devenue indienne… Surtout pour quelqu’un qui compte écrire un livre sur l’Inde. Mais non, le Prix n’a même pas écouté la fin de la réponse à la question qu’il avait posée… Alors si gagner le Prix ça vous donne une tête pareille, un ego aussi démesuré, et des allures de drogué (incapable de regarder dans les yeux quand il vous parle ou qui semble recevoir une insufflation divine chaque fois qu’il ouvre la bouche), mieux vaut aller planter des salades…

PS: En plus, pour quelqu'un de si hautement supérieur, le Prix en question ne pète pas un mot d'anglais. Sans commentaire...

15:55 Publié dans N'imp | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | |