Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 19 mars 2020

Le coronavirus vu par une Française en Inde - 19 mars 2020

19 mars

  • Nombre de cas en France : 10 995 (372 morts)
  • Nombre de cas en Inde : 198 (4 morts)

Ce matin je me suis réveillée avec cette impression étrange d’émerger d’un cauchemar. Je visionnais des rues vides et un sentiment oppressant m’envahissait. J’ai aussi rêvé de pénis découpés en rondelles. Tu crois que je perds les boules ?

Une collègue de Mumbai a des symptômes du Coronavirus. Sa famille aussi. Ils sont d’ailleurs allés à l’hôpital ce week-end – sachant que la plupart des Indiens feront tout ce qu’ils peuvent pour éviter d’y aller, craignant de revenir avec plus de merdes qu'ils n'en avaient au départ – et ils ont été renvoyés chez eux, en quarantaine. Pas de test. Pourtant ils revenaient de voyage, et ces cas sont testés en priorité. Du coup, ils testent qui ?? La rumeur dit que l’Inde a la capacité de faire 5 000 tests par jour et n’en fait que 60… Tremblez pauvres mortels… Cette fille prend un train bondé deux fois par jour, va au bureau et a une vie sociale active. Mais ne paniquons pas, le Gouvernement semble resté convaincu que la maladie ne se transmet pas localement et de fait on ne mentionne que les cas d'Indiens voyageurs infestés.

De fait, soyons réalistes. On ne peut ni confiner (comme en Europe) ni tester (comme en Corée du Sud) 1,3 milliard d’indisciplinés (l'Indien n'est pas le Chinois ; d'ailleurs, comparer Indiens et Chinois c'est un peu comme comparer myrtilles et petits pois : y en a beaucoup dans un pot mais ils n'ont ni la même couleur ni le même goût). Que les plus forts survivent, et moins on comptera moins on paniquera.

En attendant, ma nounou s’est prise de passion pour le savon et passe sa journée à demander à mon fils de se laver les mains. Je ne peux que l’encourager. Mais qu’elle aille ensuite passer sa journée dans le métro et des sites comme le Lotus Temple, je comprends pas…

Il y a quand même de quoi rire (jaune) un peu dans ce pays de fou :

  • Des médecins ont été arrêtés pour avoir vendu des médicaments soignant le coronavirus (source) – d’ailleurs les prescriptions ayurvédiques et homéopathiques vont bon train sur les groupes whatsapp, véhiculés y compris par des babas millionnaires comme le fondateur de Patanjali, Baba Ramdev (source). Sache quand même qu’en Inde, un gros paquet de docteurs n’ont pas de diplôme mais les Indiens leur font confiance.
  • Un type suspecté d’avoir le virus se serait suicidé à l’hôpital (source).
  • Un type autoproclamé « le baba du corona virus » a été emprisonné ; il vendait une amulette qui protège du coronavirus (source).
  • Tout est chance de business. Au moins 3 lignes de faux gels hydrauliques ont été démasquées, à Pune, Mumbai, Gurgaon et Srinagar (source).
  • Certains Indiens se gavent d’urine de vache, un remède imbattable contre le corona (source). La vache est sacrée et puis c'est tout ; même ce qui sort de son anus ou de sa vessie est sacré, pas que ce qui vient du pis. C'est pas nouveau-nouveau non plus, mon collègue allait chercher tous les matins de l'urine fraîche pour sa belle-mère qui se battait contre le cancer.

Pour finir, ce soir, petite bière chez les voisins, en regardant passer les joggers et les promeneurs. Les gens de notre résidence (y compris nous-mêmes) ne sont jamais autant sortis de chez eux (dans le cadre de notre résidence) que depuis qu’ils sont confinés. Honnêtement, nous sommes pour l’instant dans une petite bulle. Quand je demande à mon petit samourai si cette situation ne le perturbe pas trop, il me répond que non, mais qu’il a hâte de pouvoir jouer avec ses amis sans leur mettre des paillettes dessus – il a bien compris cette vidéo qui explique le virus via la métaphore des paillettes ! (Il a de la chance de pouvoir encore jouer avec eux, ça ne devrait pas durer.)

Ah au fait, j'aillais oublier ! Psychose ou changement de temps ? Depuis 2 jours que ma gorge menace de début d’angine, je me gave de miel – à défaut d’une grippe je vais attraper du surpoids – de citron vert et de gingembre. C’est aussi qu’aujourd’hui je fête officiellement l’été : c’est le premier jour où nous mettons en marche les ventilos et dépassons les 30 degrés en journée. Or c’est bien connu (en Inde) : il faut faire attention au changement de saison, le corps prend cher.

Bon je te laisse, mon fils crache ses poumons dans son lit...

inde,expatriation,santé,corona,coronavirus,journal,covid-19

Corona, coronavirus, virus, covid, covid-19, Inde

mercredi, 18 mars 2020

Le coronavirus vu par une Française en Inde - 18 mars 2020

18 mars

  • Nombre de cas en France : 9 134 (264 morts)
  • Nombre de cas en Inde : 170 (3 morts)

Aux grands petits virus les grands remèdes : je vais faire le plein de courses. Au moins, en Inde, les pâtes et le PQ ne viendront pas à manquer – j’adore cette photo qui s’insurge contre la pénurie de papier toilette : « Coronavirus, c’est des complications respiratoires, par une diarrhée explosive » ! D’ailleurs, j’entends des rumeurs d’Occidentaux ayant remplacé le PQ par du papier journal. Ça va pas la tête non ?? C’est dégueulasse – va savoir où il est passé ce journal, et l’encre et tout. Utilisez de l’eau bon sang, et lavez-vous les mains !

En loucedé je remplis le caddie de thon en boîte et de chocolat importé – produits de première nécessité s’il en est. Mon mari se moque de moi mais ne la ramène pas trop, au moins il n’aura pas à me consoler ce soir. (Depuis notre mariage il y a bientôt 7 ans, nous mangeons très bien, des plats locaux ou des salades avec nos propres légumes, alors acheter une boîte avec 10 sardines à 5 euros, ça le rend dingue !)

Trois magasins plus tard, le bilan est établi : les Indiens ne se sont pas encore rués pour stocker de la bouffe – en tout cas pas ceux qui en ont les moyens – et ils ont surtout acheté du gel pour les mains, du thé et des gâteaux. Plusieurs Indiens m’ont regardée différemment : les Caucasiens sont les nouveaux Français d’origine chinoise vu que sur 137 cas, 25 viennent d’hors d’Inde. Ça fait un peu bizarre de dégringoler de mon piédestal comme ça ! M’enfin, je n’ai pas noté d’agressivité non plus. Faut dire je ne suis pas allée dans les coins touristiques, juste faire mes courses.

Je commande des livres et des puzzles. Je suis prête !!

Alors que les Français en sont au jour 2 de confinement, je m’y mets par solidarité – et par bon sens. Je me demande quand même que faire de ma femme de ménage ? Et comment font-ils dans les prisons ? Annule-t-on les cours d’équitation (où on ne touche personne à part le cheval) ?

Ce soir, nous fêtons l’anniversaire de mon frère par skype : mes parents en Normandie, mon petit frère chez lui, et mon frère dans l’appart parisien familial avec sa copine. C’est chouette de les voir, même si ça me rappelle que je suis loin. Foutrement loin.

inde,expatriation,santé,corona,coronavirus,journal,covid-19

Supermarché à Gurgaon, le 18/03/2020

inde,expatriation,santé,corona,coronavirus,journal,covid-19

Livraison Amazon à Gurgaon, le 18/03/2020

Corona, coronavirus, virus, covid, covid-19, Inde

mardi, 17 mars 2020

Le coronavirus vu par une Française en Inde - 17 mars 2020

17 mars

  • Nombre de cas en France : 7 340 (175 morts)
  • Nombre de cas en Inde : 140 (2 morts)
    • Fermeture des monuments historiques, et de certains temples.
    • Fermeture des écoles partout en Inde – déjà en place à Delhi NCR depuis le 5 mars. Il faut dire, en Inde, on ferme les écoles pour tout et rien : trop chaud, trop froid, trop de pluie, élections etc. C’est qu’il y a en général les grands-parents ou des nounous à demeure, voire les mères qui ne travaillent pas. Pour les plus démunis c’est une autre histoire.
    • Le Gouvernement demande aux autorités de mettre en place la distanciation sociale.
    • Hier, les autorités de Delhi ont réquisitionné 3 hôtels pour la quarantaine des passagers entrant en Inde : 2 Lemontree et l’Ibis d’Aerocity – la note sera à la charge du voyageur, mais limitée à 50€ la nuit.

Hier nuit, grande première, j’écoute le discours du Président français en live. Celui dans lequel il répète six fois que mon pays est en guerre. Et dans lequel il annonce la fermeture des frontières. En fin de journée, la fatigue aidant, je craque ma petite larme. Depuis 2006, la France ne m’a jamais parue aussi loin. La raison me dicte de me calmer : ce n’est que pour que quelques semaines, et en cas d’urgence l’ambassade nous rapatriera. Peut-être mais je n’ai pas envie d’être raisonnable ce soir. Alors je chouine. Et mon mari me demande de cesser d’aller sur Facebook :-)

La bonne nouvelle du jour c’est que mes amis français souvent trop occupés pour se souvenir de moi – en même je n’ai qu’à m’en prendre à moi-même, c’est moi qui suis partie – se rappelle à mon bon souvenir ! Ils ont un peu plus de temps pour envoyer des messages, c’est chouette.

Et puis mes voisins indiens se sont mis au télétravail et les aires publiques de la résidence les voit désormais se balader – oui je sais, c’est illogique, ils sortent maintenant qu’on leur demande de rentrer chez eux… Mais du coup, on se rencontre, on se parle, on rit, on échange. Certains (Indiens) flippent (au bord de la psychose), la plupart voit tout ça de loin, incapables de même imaginer ce que les Chinois et les Européens vivent et beaucoup prennent la situation avec philosophie. « Dekhte hain. » (On verra bien.) C’est-à-dire qu’ici, on est habitués aux catastrophes naturelles : sécheresses, inondations, tremblements de terre, famines (24 entre 1770 et la dernière, en 1943, qui auraient fait 60 millions de morts), la grande grippe de 1818 qui auraient causé 17-18 millions de morts (source). Bref, inconscients ou philosophes, les Indiens vivent au jour le jour…

Ils ont même leurs propres blagues du genre « Ce que les Indiens n’ont pas réussi à apprendre aux Anglais en 400 ans [d’occupation], le coronavirus leur a appris en 4 jours : le namasté » !

inde,expatriation,santé,corona,coronavirus,journal,covid-19

Corona, coronavirus, virus, covid, covid-19, Inde